Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

La REP sur les filets de pêche, une amorce de solution aux pollutions marines par le plastique

Partager :
La REP sur les filets de pêche, une amorce de solution aux pollutions marines par le plastique
Par Laurence Madoui, le 12 avril 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Certes, décontaminer le milieu marin passera d’abord par la collecte et le traitement des déchets et des eaux usées. Pour autant, la récupération des filets de pêche canalisera un pan de pollution moins anecdotique qu’on ne le croit : le matériel de pêche contenant du plastique représente 27 % des déchets marins retrouvés sur les plages européennes, selon Bruxelles. Au plan mondial, les matériels de pêche jetés en mer pèsent quelque 640.000 tonnes par an.

D’ici janvier 2023, les Etats-membres devront avoir instauré une filière à responsabilité élargie du producteur (REP) sur les filets de pêche, selon la directive sur les plastiques à usage unique, en passe d’être définitivement adoptée. « En tout état de cause, le ministère de la transition écologique a fait part de sa volonté de transposer le texte courant 2020 », lit-on sur le blog du cabinet Gossement Avocats.

La consigne, garante du retour à terre des déchets

Il y a urgence à appliquer le principe pollueur-payeur, presse le collectif Expédition MED. « Sur la côte atlantique française, l’activité maritime génère par endroits 80% voire plus des déchets, dont des filets de pêche - parfaitement recyclables, relève le fondateur de l’association, Bruno Dumontet. Cela nuance l’idée dominante d’une origine à 80% terrestre des déchets polluant les mers, qui ne se vérifie pas toujours localement. » Selon l’intensité de l’activité, un fileyeur normand produit 150 à 2.500 kg/an de déchets de filets1.

La récente étude de préfiguration sur la création d’une filière2 évalue à 25% le niveau actuel de valorisation des filets et chaluts issus de la pêche française. De préférence à une contribution financière, Laura Châtel, responsable du plaidoyer de Zero Waste France, défend une REP sous forme de consigne, « qui garantit le retour au port du filet de pêche ». Ces déchets et ceux issus des produits en plastique à usage unique (coton-tige, ballons, vaisselle jetable) représentent plus de 70% des déchets marins, selon la Commission européenne.

Les microplastiques, nids à virus et bactéries

Même déployée à l’échelle communautaire, la REP n’hameçonnera qu’une modeste part des pollutions marines. « 80% des plastiques finissant dans les océans proviennent de six pays d’Asie du Sud-Est », pointe Jean-Marc Boursier, directeur général adjoint de Suez. Mathieu Combe, qui vient de publier « Survivre au plastique »3, rappelle qu’au niveau mondial, « 2 milliards de personnes n’ont pas accès à un service de collecte des déchets et 80% des eaux usées ne font l’objet d’aucun traitement. En Europe, 95% des eaux sont épurées mais la performance est sérieusement dégradée par temps de pluie ».

Semi-fermée, la Méditerranée4 met un siècle à se renouveler. En 2016, seulement 47% des eaux usées des 22 pays riverains étaient assainies, selon l’ONU5. « C’est l’une des mers les plus polluées au monde, où circulent des microplastiques (d’une taille inférieure à 5 mm) en surface et dans la colonne d’eau. On commence même à en déceler dans les sédiments, note Bruno Dumontet. Par endroits, ces débris sont aussi présents que le plancton. Ils sont colonisés par des virus et des bactéries, dont certaines sont pathogènes pour les élevages de poissons voire les mammifères marins », poursuit l’explorateur de « ce nouvel écosystème qu’est la plastisphère ». Parmi ces bactéries, de type vibrio, se trouve celle porteuse du choléra. L’Expédition MED publiera d’ici l’été les résultats des campagnes 2017-18.


1 : Sous-produits et déchets plastiques des filières pêche, conchyliculture et algues en Normandie, 2017
2 : menée dans le cadre du projet « Pechpropre » (septembre 2016-août 2018).
3 : éd. de l’Echiquier
4 : où 7 % des microplastiques se concentrent sur 1 % des eaux marines du globe, selon un rapport du WWF de 2018.
5 : qui vise un taux de 90 % en 2025.
Expédition MED / DR
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
[ PARTENARIAT ] Intégrer durablement les eaux de pluie dans l'aménagement du territoire
Voilà ce que DOUAISIS AGGLO met en œuvre depuis plus de 25 ans. Riche de cette expérience, le territoire tire aujourd’hui de multiples bénéfices de cette politique volontariste et efficace. Il est donc logique que Douai accueille, les 5 et 6 juin prochains, les Assises nationales de la gestion durable des eaux pluviales.
En partenariat avec
À lire également
Wicona met des billettes d'aluminium bas carbone sur le marché
Wicona met des billettes d'aluminium bas carbone sur le marché
L’industriel Wicona a annoncé le 13 mars dernier, la mise sur le marché de billettes d’aluminium bas carbone.
La première usine agroalimentaire « zéro plastique et zéro déchet polluant » verra le jour dans le Vaucluse
La première usine agroalimentaire « zéro plastique et zéro déchet polluant » verra le jour dans le Vaucluse
Désireuse d’être une entreprise vertueuse sur le plan environnemental, la société vauclusienne Juste Bio, distributeur en vrac bio de fruits, graines et légumineuses, a décidé de ne plus émettre, dès le 1er janvier 2020, le moindre emballage polluant.
Récylum va recycler 30.000 tubes fluorescents à la Défense
Récylum va recycler 30.000 tubes fluorescents provenant d’un chantier de « relamping » opéré dans deux tours de la Défense, à Paris.
Dépôts sauvages : l’Ile-de-France mûre pour actionner le volet « répression »
Dépôts sauvages : l’Ile-de-France mûre pour actionner le volet « répression »
Malgré l’ouverture de déchèteries et le déploiement de solutions de collecte de proximité, les dépôts sauvages pullulent en Ile-de-France.
Un premier éco-organisme agréé pour la déconstruction des bateaux de plaisance
Un premier éco-organisme agréé pour la déconstruction des bateaux de plaisance
L'association pour la plaisance éco-responsable a été agréée le 2 mars dernier par le ministère de la transition écologique et solidaire, comme éco-organisme de la filière des déchets issus de bateaux de plaisance ou de sport.
La Poste et Suez fêtent le premier anniversaire de leur co-entreprise Recygo
La Poste et Suez fêtent le premier anniversaire de leur co-entreprise Recygo
Créée officiellement début 2018 par les groupes La Poste et Suez, la co-entreprise Recygo, spécialisée dans la collecte et la valorisation des déchets de bureaux, vient de fêter sa première année d'existence.
Déchets de chantiers : Hesus lève 10 millions d'euros
Déchets de chantiers : Hesus lève 10 millions d'euros
L'entreprise Hesus, spécialiste de la valorisation des terres et matériaux de chantiers, vient d'annoncer une levée de fonds de 10 millions d'euros auprès de Paris Fonds Vert, de Suez Ventures et de Construction Venture.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Construmat
14 Mai 2019
Construmat
TAP 2019
15 Mai 2019
TAP 2019
Les Confs Amiante Bordeaux
16 Mai 2019
Les Confs Amiante Bordeaux
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Poseur de stores et rideaux (H/F) - Anglet (64)
- Opérateur(trice) Gestion des Reseaux H/F
- Jardinier / Jardinière
- Chargé(e) Etudes Construction F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.