EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneRECYCLAGE & RÉCUPÉRATION

Tribune | « Pour répondre à l’urgence environnementale et sociale, la place déterminante des réseaux de chaleur décarbonés !»

Par Laurent Monnet, président du syndicat mixte des Réseaux d’énergie calorifique. Publié le 5 décembre 2022.
Tribune | « Pour répondre à l’urgence environnementale et sociale, la place déterminante des réseaux de chaleur décarbonés !»
Laurent Monnet, président du syndicat mixte des Réseaux d’énergie calorifique. Crédit : SMIREC
NEWSLETTERS
Archiver cet article
« Dans un contexte d’urgence énergétique et climatique, décarboner la production de chaleur est en effet déterminant pour l’avenir de nos territoires », avance Laurent Monnet, président du syndicat mixte des Réseaux d’énergie calorifique (SMIREC).

Alors que les dirigeants mondiaux, réunis pour la COP27, ont une fois de plus échoué à se mettre d’accord sur une sortie effective des énergies fossiles et que le parlement français est amené à se prononcer prochainement sur le développement des énergies renouvelables, des mesures pérennes sont nécessaires pour permettre une vraie planification écologique, avec en particulier, un soutien renforcé au développement des réseaux de chaleur verts, projet vertueux pour les citoyens et pour l’environnement, trop souvent négligé.   

Dans un contexte d’urgence énergétique et climatique, décarboner la production de chaleur est en effet déterminant pour l’avenir de nos territoires. Acteurs sur un territoire urbain, dense et populaire de Seine-Saint Denis, nous savons depuis longtemps déjà que la question environnementale est aussi une question sociale. Et aujourd’hui plus que jamais, notre responsabilité nous engage à accélérer le déploiement de réponses vertueuses, locales et durables.  

Les réseaux de chaleur, un levier de résilience énergétique   

Régulièrement absente des débats sur l’énergie, la chaleur, produite à plus de 50% à partir d’énergies fossiles, représente près de la moitié des consommations énergétiques nationales. Délaissés par le projet de loi d’accélération des énergies renouvelables, les réseaux de chauffage urbains confirment pourtant, avec la crise, le caractère résilient de leur modèle de développement.   
Ces réseaux de chaleur constituent en effet le moyen le plus efficient de mobiliser massivement, dans les territoires urbains denses, des énergies à la fois renouvelables et locales, comme le bois, la géothermie, la chaleur solaire, la valorisation des déchets ou encore la récupération de la chaleur des datacenters ou des usines, garantissant ainsi des prix et des approvisionnements plus stables et mieux maîtrisés que ceux des énergies fossiles.   

Accélérer le développement d’une production de chaleur et de froid plus renouvelable et plus locale, en raccordant des bâtiments existants actuellement chauffés au fuel ou au gaz fossile mais aussi bien sûr les nouvelles constructions, est donc crucial pour répondre à l’ambition environnementale tout en mettant nos populations à l’abri des fluctuations erratiques et exorbitantes des marchés.  

Une augmentation du Fonds chaleur pour des réseaux encore plus vertueux   

Avec près de 800 réseaux de chaleur en service, la France dispose incontestablement d’un savoir-faire dans le domaine. Mais, avec moins de 5% de la chaleur produite au niveau national, cette contribution efficace à la transition énergétique reste très en deçà de ce que font nombre de nos voisins européens et très insuffisamment exploitée comme le soulignait en septembre 2021 un rapport de la Cour des comptes.   

Des outils existent pourtant et les collectivités, laboratoires d’idées, savent s’en saisir. Le Fonds chaleur de l’ADEME, véritable accélérateur de projets depuis 2009 pour relocaliser et décarboner notre production de chaleur, en est un. Le Président de la République s’était engagé à le porter à 1 milliard d’€ lors de la dernière campagne présidentielle. Il n’est pourtant aujourd’hui doté que de 520 millions d’€, comme le rappelle l’AMORCE, dans une lettre adressée à la Première Ministre[1]. Sans une augmentation conséquente de ce Fonds chaleur le projet de loi de finances 2023 n’est pas à la hauteur des ambitions affichées mais surtout des nécessités pour une sortie rapide des énergies fossiles.   

Une augmentation de 50% de l’enveloppe du Fonds de chaleur d’ici 2024 sera déterminante pour maintenir les projets des collectivités, développer de nouvelles actions et accélérer la décarbonation de la chaleur et la transition énergétique du pays.  
 
Le Biogaz, une solution pour décarboner la chaleur   

Parmi les multiples solutions de décarbonation du mix énergétique des réseaux de chaleur, il est nécessaire de soutenir le biogaz issu de la méthanisation de matières organiques, disponible localement et qui présente de nombreux atouts. Outre le fait qu’il permet de maintenir en exploitation des chaudières à gaz souvent récentes et de profiter d’un réseau déjà en place, il valorise une solution vertueuse de gestion locale de nos biodéchets avec les impacts économiques et sociaux associés.  
Mais pour que les collectivités puissent pleinement remplir leur rôle de moteur de la transition énergétique vers le biogaz, qu’elles se protègent ainsi que ses habitants des comportements des marchés de l’énergie, il est essentiel que le code des marchés publics leur permette de signer des contrats d’approvisionnement à long terme avec ces producteurs de gaz verts (et plus généralement d’EnR) locaux.  

Les solutions sont donc à disposition mais il faut aujourd’hui un soutien accru de l’Etat et des modalités d’intervention facilitées pour les collectivités dans les projets de production d’EnR. Dans le contexte de crises multiples que nous traversons, les réseaux de chaleur et de froid constituent indiscutablement un levier puissant pour atteindre la neutralité carbone, la stabilisation des coûts pour leurs usagers, la souveraineté énergétique du pays mais aussi pour favoriser l’emploi local. Il est grand temps de leur donner les moyens d’accélérer leur développement vertueux pour l’environnement. 
 
1 Sans augmentation du Fonds chaleur, le projet de loi de finances 2023 est incohérent avec la politique de sortie des énergies fossiles (amorce.asso.fr) 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Pellenc ST double ses capacités de production
11 janvier 2023
Pellenc ST double ses capacités de production Pellenc ST, l'entreprise française spécialisée dans l'industrie du recyclage, construit un nouveau centre de production pour répondre aux besoins croissants de l'industrie du tri intelligent.
Décryptage | Réemploi du verre : la boucle se réamorce
27 janvier 2023
Décryptage | Réemploi du verre : la boucle se réamorce 10 % des emballages, issus des entreprises et des foyers, devront être réemployés en 2027, selon la loi Agec. Le verre, consigné jusque dans les années 1980, sera déterminant dans l’atteinte de l’objectif, qui englobe l’ensemble des matériaux. Si la restauration avoisine déjà les 40 %, le verre ménager est en deçà de 1 %. Pour que la roue du réemploi tourne, les consommateurs devront fournir de gros débits.
Les indicateurs sont au vert pour Séché Environnement
13 septembre 2022
Les indicateurs sont au vert pour Séché Environnement Porté par les enjeux environnementaux, Séché Environnement, spécialiste du traitement et de la valorisation des déchets, a réalisé au cours des six premiers mois de l'année 429 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit une hausse de 21 % par rapport au 30 juin 2021.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN MONTEUR PNEUMATIQUES GENIE-CIVIL H/F
- Conseiller Clientèle Facturations/ Décompte H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Coordinateur Maintenance Capitalisable F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola