Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

L’Ademe Ile-de-France définit ses priorités pour 2018

L’Ademe Ile-de-France définit ses priorités pour 2018
Par H. Y., le 26 février 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Directeur régional de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) Ile-de-France depuis fin 2017, Michel Gioria fait le bilan de l’année écoulée et donne sa feuille de route pour 2018. Au programme : récupération de chaleur fatale, rénovation énergétique des logements, nouvelle mobilité et implication des franciliens dans la transition énergétique et écologique.

En 2018, dans un contexte de baisse globale du budget national (540 M€ contre 590 sur les cinq dernières années), «la politique régionale de l’Agence sera plus sélective», prévient Michel Gioria, directeur régional de l’Ademe en Ile-de-France. «Nous allons privilégier les expérimentations et respecter notre obligation de résultat». L’Ademe va aussi s’appuyer sur ses partenaires (BPI, Agence de l’eau, acteurs de la finance, syndicats d’énergie…), à l’image de la convention qu’elle a signé avec la Caisse des dépôts afin de renforcer leur coopération dans le déploiement de la transition énergétique et écologique (TEE) en Ile-de-France. «Cela nous permettra de croiser nos expertises et nos financements», poursuit le directeur régional. «Nous voulons créer un club francilien des bailleurs de la TEE».
Au service de cette ambition Michel Gioria insiste sur la place de l’innovation «outil indispensable pour préparer l’avenir». Et d’illustrer avec la première mondiale réalisée à Cachan en géothermie profonde – 1er forage subhorizontal – soutenue à travers le Fonds Chaleur. L’Ademe entend poursuivre dans cette voie en 2018, notamment via la récupération de chaleur fatale. «Nous avons identifié un potentiel valorisable de 6 600 GWh et un potentiel éligible de 900 GWh qui concerne une trentaine de projets», détaille le directeur régional en évoquant l’exemple d’un Data Center à Bailly-Romainvilliers (77) dont la chaleur récupérée permet d’alimenter un réseau de chaleur de plus de 3 km sur lequel sont raccordés un centre nautique et un parc d’entreprises. «La région obtient déjà de très bons résultats puisque 45% de la chaleur des réseaux franciliens est d’origine renouvelable. Nous voulons passer à 50% d’ici 2020. En ce sens, la récupération de chaleur fatale représente un vrai potentiel», insiste Michel Gioria avant d’aborder un autre chantier prioritaire de l’Agence sur la région en 2018 : la rénovation énergétique des logements.
 
Priorité sur les copropriétés

Pour ce faire, l’Ademe soutien déjà un réseau de 70 conseillers info-énergie qui ont reçu plus de 17.000 demandes et accompagnés plus de 12.000 projets. «Avec l’objectif de réduire la facture énergétique du parc existant qui représente 13 Md€, nous allons poursuivre notre travail d’accompagnement des copropriétés tout en accompagnant la montée en compétences des professionnels, notamment par des formations aux spécificités du travail avec les copropriétés», explique le directeur régional. C’est ainsi que sur les 10.000 copropriétés franciliennes identifiées par l’Ademe, 400 ont déjà voté des travaux et que l’objectif de l’agence régionale est d’atteindre 1.500 votes à la fin 2018. «C’est ainsi que la copropriété Beccaria – années 1965, 67 logements – qui n’avait pas effectué de travaux depuis plus de 20 ans et dont les charges de chauffage représentaient 100 000 €/an ont pu passer en Bâtiment Basse Consommation et réduire les charges énergétiques de 70%», illustre l’Ademe.
«Il nous faut aussi explorer les innovations sociales, comme on le voit dans le champ de l’économie circulaire, avec des acteurs qui récupèrent des matériaux et les transforment en produits manufacturés fabriqués en série, et qui sont soutenus par le Fonds Déchets», reprend Michel Gioria qui poursuit sur la mise en place des Fonds Air Bois pour réduire les particules fines dans l’air. Le directeur régional de l’Ademe mise aussi sur les nouvelles mobilités (indemnité kilométrique vélo, autopartage) et l’électromobilité, avec par exemple plus de 2.000 points de charge financés en 2017.
 
Implication des citoyens

Enfin, l’Ademe Ile-de-France souhaite faciliter et développer l’implication des citoyens dans la transition énergétique, en encourageant les initiatives des particuliers dans le montage de projets EnR. «La mise en place du nouvel outil de financement EnRcit que l’Ademe à lancé avec la Caisse des dépôts va permettre d’accompagner les réseaux d’expertise citoyenne, comme Energies Partagées, qui suit actuellement une quinzaine de projets sur la région», détaille Michel Gioria qui annonce que les premières réalisations concrètes ne sont pas attendues avant 2019.
 
ENCADRE
28 M€ en 2017
Le budget global de l’Ademe Ile-de-France s’est élevé à 28 M€ pour 2017, dont 91 % ont été dirigés vers des appels à projets. Plus de la moitié, 15,3 M€, ont été consacrés aux projets de chaleur renouvelable, via le Fonds Chaleur. Le Fonds Déchets a mobilisé quant à lui 6 M€. Enfin, l’Ademe a consacré 5,3 M€ aux territoires, 1,3 M€ aux bâtiments économes en énergie et 500 000 € aux infrastructures de recharge de véhicules électriques.
Crédit : H. Y.
Mat Environnement
Le magazine des matériels et process. Pour les professionnels confrontés aux respects des législations.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Planète Oui intègre le consortium du programme Islander
Planète Oui intègre le consortium du programme Islander
Le fournisseur d’électricité verte pour les particuliers, entreprises et collectivités, Planète Oui, a été sélectionné pour participer au projet de recherche européen Islander.
Frédérique Seels nommée directrice générale du CD2E
Frédérique Seels nommée directrice générale du CD2E
Après plus de 4 ans à la direction générale du CD2E, Victor Ferreira passe le relais à Frédérique Seels qui a pris ses fonctions le 1er avril 2021.
Ingérop : Coralie Balère nommée responsable développement durable
Ingérop : Coralie Balère nommée responsable développement durable
Le groupe Ingérop se réorganise et annonce la nomination de Coralie Balère au poste de responsable développement durable.
Logistique responsable : Club Déméter lance sa nouvelle édition de l’Appel à projets Innovants 
Logistique responsable : Club Déméter lance sa nouvelle édition de l’Appel à projets Innovants 
Le club Déméter lance la nouvelle édition de « l’Appel à projets Innovants » destiné aux expérimentations innovantes de la logistique responsable.
Prolongation du programme Génération Energie jusqu'en 2022
Prolongation du programme Génération Energie jusqu'en 2022
Fort de son succès, le programme de sensibilisation des élèves aux enjeux du réchauffement climatique « Génération Energie », sera prolongé jusqu'en juin 2022.
Région Île-de-France : les habitants peuvent voter pour les projets écologiques
Région Île-de-France : les habitants peuvent voter pour les projets écologiques
Dans le cadre de la deuxième session du budget participatif d'Île-de-France, organisée du 10 février au 8 mars 2021, tous les Franciliens de plus de 15 ans sont appelés à voter pour les 701 projets écologiques en lice.
Nîmes : Soprema construit deux sites de production pour s’ouvrir aux marchés européens
Nîmes : Soprema construit deux sites de production pour s’ouvrir aux marchés européens
Le groupe Soprema vient d’acquérir deux terrains à Nîmes (Occitanie), pour y construire deux nouveaux sites de production dans la Zac Mitra.
Tous les articles TERRITOIRES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.