Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

TERRITOIRES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Futurs élus, pensez évapotranspiration !

Partager :
[Tribune] Futurs élus, pensez évapotranspiration !
Par Pierre Georgel, président et cofondateur d'Ecovégétal, le 16 mars 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Territoires
En cette semaine d’entre deux tours des élections municipales, le président et cofondateur d’Ecovégétal, Pierre Georgel, revient sur l’importance de construire des sols perméables, pour permettre l’évapotranspiration des eaux de pluie et le rafraîchissement urbain.

Notre récent sondage Opinionway le prouve. Les attentes en matière de
réchauffement climatique sont au centre des débats. Les canicules et
les inondations, des phénomènes aggravés par le changement climatique, seront toujours plus fréquentes, toujours plus violentes
provoquant toujours plus de pertes de vie humaines et de dégâts.  Résister aux solutions coûteuse n’est pas si difficile que ça !

Pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut aussi résister aux solutions coûteuses et inefficaces qui traitent un petit bout de la chaîne sans penser "cycle de l’eau" dans sa globalité. Ajouter des bassins de rétention en amont des rivières dangereuses ne limitera pas les dégâts des inondations si l’on continue à artificialiser les sols en aval. Mettre la clim’ partout ne règlera pas le problème des îlots de chaleur urbains l’été. La première chose à faire pour les nouveaux élus sera donc d’éviter les fausses bonnes idées. Et surtout, de s’émerveiller de la puissance d’un phénomène particulier de la nature.

L’évapotranspiration

Qu’ils prennent juste quelques minutes pour le comprendre. Ce phénomène fascinant possède une puissance incroyable pour "capter" les eaux de pluies et rafraichir les villes, comme si la nature avait prévu depuis toujours la trousse de secours pour réparer l’erreur humaine. Le premier réflexe d’une goutte d’eau qui tombe au sol est en effet de chercher à s’évaporer. C’est plus facile pour elle que de ruisseler. Pour cela, elle adore être piégée par des végétaux qui vont la retenir, s’en nourrir et la “re-transpirer” ensuite, quelques heures plus tard.

Avec, à ce moment-là un effet de levier très puissant : quand la plante transpire la goutte d’eau, celle-ci, va utiliser l’énergie disponible sur place pour s’évaporer. L’évaporation va ainsi consommer des calories et, comme le fait un climatiseur, rafraîchir l’ambiance. Un tilleul adulte transpire 600 litres/ jour, l’été.

L’eau captée pendant les orages, restituée quand il fait trop chaud

Autant d’eau que l’arbre aura besoin de capter au premier orage. Or, un tilleul adulte représente une surface de feuilles (surface développée) bien supérieure à celle de sa seule ombre portée au sol. Plus il développe
de surface, plus il capte d’eau, mieux il peut restituer de la fraîcheur.

Une grande surface développée pour capter des centaines de litres d’eau et les stocker dans le végétal, ce sont précisément des centaines de litres d’eau qui ne ruisselleront pas pour boucher les égouts et foncer vers les fleuves en emportant les polluants. Autant de dégâts en moins causés par l’orage et autant litres d’eau qui rafraîchiront, lors de la canicule du lendemain, les passants.

Une étude menée en 2002-2003 a prouvé qu’il suffisait de végétaliser seulement 6% des toits de Toronto pour réduire la température dans cette métropole de 1 à 2°C, l’été. Ces chiffres sont considérables.

Règles d’urbanisme

Comment intégrer la puissance de ce phénomène  dans les règles d’urbanisme ? Tout simplement en ne traitant plus l’eau comme un nuisible. Arrêtons de diriger l’eau de pluie vers des tuyaux toujours plus gros, de la retenir tout en "bétonnant" les espaces en amont. Le jour où les tuyaux se révèlent trop étroits tout le monde se retrouve les pieds dans l’eau.

On sait désormais faire des sols qui absorbent la totalité de l’eau qui tombe, sans créer de boue, ni de ruissellement et avec une évapotranspiration maximale.

Vers de nouveaux Indicateurs de performance ?

Voilà pourquoi je plaide depuis plusieurs années pour que les règles d’urbanisme évoluent vers ce mode de raisonnement. Exiger des bâtiments qu’ils soient dotés d’un % d’espace vert consiste à geler de la surface au sol, très chère. Exigeons plutôt des projets bâtis des performances en matière de coefficient de ruissellement (minimum, voire nul) et d’évapo-transpiration (maximum).

Exigeons également des coefficients de compensation intelligents. Il faut raisonner “surface développée”, comme notre tilleul de tout à l’heure. Pour un mètre carré pris au sol, il faut restituer au moins X mètre(s) carré(s) en surface végétale développée sous la forme de toitures et balcons végétalisés, de parkings engazonnés, etc. Définir ce X doit devenir la responsabilité majeure du nouvel élu. Un vrai levier pour que tout projet urbain se transforme en climatiseur. Pardon, évapotranspirateur.

Voilà autant de solutions concrètes à mettre en place pour que le cycle de l’eau ne soit plus subi mais vécu comme une délivrance.
Pierre Georgel, président et cofondateur d'Ecovégétal
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Urbanisme : les friches, une niche à réinvestir
Urbanisme : les friches, une niche à réinvestir
La densification n’est guère populaire et « des candidats aux municipales font campagne sur le thème du village, à moins de 10 km de la Porte de Bagnolet », relevait-on lors de l’atelier de l’Institut Paris Région sur la reconstruction de la ville sur elle-même. L’Ile-de-France urbanise 840 ha/an et en renature 250. Pour aller vers zéro artificialisation nette, « il conviendrait de consommer 400 ha et d’en rendre autant à la nature », pose le directeur de l’Institut, Fouad Awada. Principale piste évoquée le 27 février : réinvestir le bâti existant et les terrains délaissés.
L’Ile de France part à la reconquête de ses territoires en friches
L’Ile de France part à la reconquête de ses territoires en friches
La région lance un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour reconquérir les friches franciliennes.
Un régime « sain » limiterait les besoins en terres cultivées, selon l’INRAE
Un régime « sain » limiterait les besoins en terres cultivées, selon l’INRAE
Réduire l’alimentation carnée au profit des protéines végétales et des fruits et légumes allègerait la tension sur les terres à l’échelle mondiale, selon l’étude publiée le 14 février dernier par l’Institut national de la recherche agronomique et de l’environnement (INRAE).
Les communes françaises peuvent comparer leurs consommations énergétiques
Les communes françaises peuvent comparer leurs consommations énergétiques
La Banque des Territoires vient de lancer « Mon comparateur énergétique », un service en ligne qui permet aux communes françaises de comparer leurs consommations énergétiques.
Elections municipales : le RAC décrypte les programmes des candidats de 10 villes
Elections municipales : le RAC décrypte les programmes des candidats de 10 villes
Le Réseau action climat (RAC) publie ce mardi 3 mars, un décryptage de l’ambition climatique des programmes des principaux candidats aux élections municipales dans les 10 plus grandes villes françaises.
Ginger prend une participation au capital d’Hydrosol Fondations
Le groupe d’ingénierie Ginger a racheté les parts de l’actionnaire UBCI qui détenait 30 % du capital d’Hydrosol Fondations, une société tunisienne spécialisée en ingénierie géotechnique et travaux de fondations.
Coronavirus : les bureaux d'études restent mobilisés
Coronavirus : les bureaux d'études restent mobilisés
Le Syndicat national des bureaux d'études en énergie et environnement (SN2E) indique dans un communiqué du 2 avril, maintenir l'activité pendant la période de confinement, en répondant aux consultations des collectivités publiques.
Tous les articles TERRITOIRES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN DE MAINTENANCE INDUSTRIELLE H/F
- Plombier H/F
- Technicien / Technicienne qualité en industrie alimentaire
- Ingénieur de maintenance optique F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.