Menu

Biodiversité

La fécondité des poissons-clowns est impactée par le blanchissement des anémones de mer

Partager :
     
La fécondité des poissons-clowns est impactée par le blanchissement des anémones de mer
Par E.G, le 11 octobre 2017
Une étude menée par des chercheurs du Centre de recherches insulaires et l’observatoire de l’environnement (CNRS/EPHE/Université de Perpignan Via Domitia) en Polynésie française, révèle que le blanchissement des anémones, dû au réchauffement de l’eau, a des conséquences sur les populations de poissons-clowns.

En conséquence du réchauffement climatique, les anémones de mer subissent le même sort que les coraux : elles blanchissent. Une conséquence qui a aussi des retombées sur la faune marine et notamment les poissons-clowns, dont la fécondité se voit affaiblie. Ce sont les conclusions d’une étude menée pendant 14 mois en Polynésie française par des chercheurs du Centre de recherches insulaires et l’observatoire de l’environnement (CNRS/EPHE/Université de Perpignan Via Domitia), et publiée mardi 10 octobre sur la revue Nature Communications.

Pendant plus d’un an, l’équipe de chercheurs et étudiants ont suivi treize couples de poissons-clowns ainsi que leurs « anémones hôtes », dans les récifs coralliens de l’île de Moorea. « Ce suivi s’est déroulé avant, pendant et après l’évènement El Niño qui, au cours de l’année 2016, a provoqué un réchauffement de l’océan Pacifique et un blanchissement des coraux à l’échelle mondiale », précise le Centre national de recherche scientifique (CNRS) dans un communiqué. En mars 2016, la température de l’eau dans le lagon de Moorea a en effet surpassé son record historique et a atteint jusqu’à 29,3°C.

Hausse du stress et de la mortalité des œufs 

Au cours de ce suivi et de cet épisode de réchauffement, la moitié des anémones observées ont blanchi et perdu leurs microalgues. « A l’instar des coraux, les anémones de mer sont des animaux vivant en symbiose avec une algue microscopique, qui leur donne leur couleur, et en association avec certaines espèces de poissons », expliquent les chercheurs. Ainsi, les anémones servent d’abri pour les poissons-clowns qui vont pondre leurs œufs à leurs pieds. Chez les poissons-clowns associés aux anémones blanchies, les chercheurs ont constaté une baisse de 73 % d’œufs viables, alors qu’aucun changement n’a été relevé chez les poissons abrités dans des anémones non blanchies. En cause : la forte augmentation des taux de cortisol – hormone du stress – dans le sang des poissons-clowns abrités dans les anémones blanchies. Leur sang témoigne également d’« une baisse importante des concentrations en hormones sexuelles – les équivalents de la testostérone et de l’œstradiol », expliquent les chercheurs.

« Ainsi, le blanchissement des anémones provoque un stress qui diminue les taux d’hormones sexuelles et donc la fécondité des poissons. Ces liens, déjà établis dans des expériences de laboratoire, sont confirmés pour la première fois dans des conditions naturelles chez des poissons », concluent les scientifiques. « Heureusement, la mortalité des œufs des poissons-clowns revient à son taux d’avant le blanchissement, dès que les anémones reprennent des couleurs » et que les températures reviennent à la normale, soulignent les chercheurs dans leur rapport. Un suivi sur les mêmes poissons sera à nouveau assuré lors du prochain épisode El Niño, afin d’analyser la réaction des poissons-clowns face à un nouvel épisode de réchauffement : le fait d’avoir subi un premier stress leur permet-il de mieux s’acclimater à un second, ou au contraire, les fragilise ? Par ailleurs, les scientifiques se demandent quelle serait la situation en cas de réchauffement plus intense ou plus long.

51 espèces de poissons concernées 

Ces conclusions inquiètent les chercheurs, qui rappellent dans leur rapport qu’au moins 51 espèces de poissons vivent en symbiose avec des anémones dans le monde. En Polynésie française, 12 % des espèces de poissons, soit 56 espèces sur 464 recensées, « dépendent directement, que ce soit pour la nourriture ou l’habitat, d’organismes capables de blanchir (anémones et coraux) », relèvent les scientifiques. Du fait de ces réactions en cascade, le CNRS souligne qu’ « en cas de blanchissement prolongé, comme celui de la Grande barrière de corail australienne en 2016 et 2017, c’est le renouvellement de toutes ces populations qui pourrait être affecté, et avec lui la stabilité des écosystèmes. »
Crédit : Suzanne C. Mills
À lire également
Avec Casciomar, Ecocéan repeuple les côtes de la métropole de Marseille
Avec Casciomar, Ecocéan repeuple les côtes de la métropole de Marseille
Depuis 2015, le projet Casciomar pêche des poissons à l’état post-larvaire puis les élève dans des nurseries artificielles, jusqu’à ce qu’ils puissent être relâchés en sécurité.
Abeilles : controverse autour de l'autorisation de produits contenant du sulfoxaflor
Abeilles : controverse autour de l'autorisation de produits contenant du sulfoxaflor
Le 20 octobre dernier, des associations ont alerté sur l'autorisation de mise sur le marché de deux produits phytopharmaceutiques contenant du sulfoxaflor : une substance proche des néonicotinoïdes, néfastes pour les insectes pollinisateurs.
L'AFB et l'ONF s'allient pour la protection de la biodiversité
L'AFB et l'ONF s'allient pour la protection de la biodiversité
Le 24 octobre à Rambouillet, l'Agence française pour la biodiversité et l'Office national des forêts ont signé une convention cadre : les deux établissements vont développer des synergies pour mutualiser leurs compétences et développer un réseau commun de surveillance de la biodiversité.
Paul-Emmanuel Huet, nouveau directeur exécutif de PEFC France
Le 30 octobre 2017, Stéphane Marchesi a cédé sa place à la tête de l’organisme de certification forestière.
Le papetier Sofidel noue un partenariat avec le WWF
Le papetier Sofidel noue un partenariat avec le WWF
Sofidel France et WWF France vont développer des actions communes pour promouvoir la certification FSC, pour une gestion durable des forêts.
La commune de Muttersholtz, championne française de la biodiversité
La commune de Muttersholtz, championne française de la biodiversité
Dans le cadre du concours annuel organisé par l’UICN, la ville de Muttersholtz dans le Bas-Rhin a été désignée « capitale française de la biodiversité 2017 ».
Une consultation ouverte en vue d’un nouveau portail d’informations sur la biodiversité
Une consultation ouverte en vue d’un nouveau portail d’informations sur la biodiversité
Dans l’objectif de créer un nouveau système d’information de la biodiversité, le ministère de la transition écologique et solidaire, l’AFB et le Muséum national d’histoire naturelle invitent les acteurs du secteur à participer à une consultation en ligne.
Événements
SMCL, salon des maires et des collectivités locales
21 Novembre 2017
SMCL, salon des maires et des collectivités locales
Solutrans
21 Novembre 2017
Solutrans
Paysalia
5 Décembre 2017
Paysalia
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Archives
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.