Menu

Biodiversité

Un quart des sites naturels du Patrimoine mondial est menacé par le changement climatique

Partager :
     
Un quart des sites naturels du Patrimoine mondial est menacé par le changement climatique
Par Eva Gomez, le 21 novembre 2017
Dans son rapport publié le 13 novembre dernier, l’UICN indique que le nombre de sites naturels du Patrimoine mondial menacés par le changement climatique est passé de 35 à 62 en trois ans.

Entre 2014 et 2017, le nombre de sites naturels du Patrimoine mondial  menacés par le changement climatique est passé de 35 à 62. Il s’agit de l’alerte lancée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dans un rapport publié le 13 novembre dernier dans le cadre de la COP23 à Bonn (Allemagne). Parmi les 241 sites du patrimoine mondial de l’UICN, 29% présentent de « graves préoccupations » et 7% ont « un avenir menacé », selon l’organisme. Pour établir ce rapport intitulé « Horizon du patrimoine mondial de l’UICN 2 », l’organisme a analysé pour chacun des 241 sites du patrimoine mondial, «  les menaces, la protection et la gestion des sites ainsi que l’état de leurs valeurs de patrimoine mondial ». Tout ceci en les mettant en perspective avec les problématiques propres à chaque site, en fonction de sa géolocalisation, des enjeux régionaux et du contexte local.

Le rapport de l’UICN estime qu’un quart de ces sites est mis à rude épreuve du fait du changement climatique. Ainsi, les phénomènes de blanchissement des coraux, fonte des glaciers, sécheresse, hausse des températures marines, ou encore érosion de la biodiversité, se multiplient. L’UICN précise que les récifs coralliens et les glaciers sont parmi les écosystèmes les plus menacés. Par exemple, la Grande barrière de corail a « subi un blanchissement massif qui a touché jusqu’à 85% des récifs coralliens observés en 2016 », indique le rapport. En cause : la hausse des températures marines, notamment après le passage d’El Niño. Par ailleurs, la fonte des glaciers impacte d’autres sites naturels, tels que le Parc national du Kilimandjaro (Tanzanie), et le site du Jungrau-Aletsch (Alpes Suisses). « Les zones humides, les deltas à faible altitude, le pergélisol et les écosystèmes sensibles au feu », font également partie des sites les plus touchés.

Des conséquences sur l’économie et la vie locales

« Les sites naturels du patrimoine mondial jouent un rôle crucial pour soutenir les économies locales et apporter des moyens de subsistance », explique Tim Badman, Directeur du Programme du patrimoine mondial de l’UICN sur le site de l’organisme. « Leur destruction peut donc avoir des conséquences dévastatrices qui vont au-delà de leur beauté exceptionnelle et de leur valeur naturelle. Dans le Parc national de Huascarán au Pérou, par exemple, la fonte des glaciers perturbe l’approvisionnement en eau et les métaux lourds qui se trouvaient sous la glace contaminent l’eau et le sol. Cela accentue l’urgence du défi qu’il faut relever pour protéger ces lieux », poursuit-il.

Défis et évolutions

L’UICN évoque également dans son rapport, les enjeux à venir et les « autres défis à relever », en insistant notamment sur les menaces que représentent le développement des espèces envahissantes, l’impact du tourisme non durable ou du développement des infrastructures (bâtiments, routes, etc.). « Elles affectent les processus écologiques et menacent la survie des espèces dans les sites. Les espèces exotiques envahissantes constituent la menace la plus répandue. Leur impact est souvent aggravé par le changement climatique qui facilite leur propagation et leur installation », explique l’organisme sur son site. Par ailleurs, selon l’UICN, « la qualité et l’efficacité de la gestion des sites naturels du patrimoine mondial ont chuté depuis 2014, notamment en raison de ressources financières insuffisantes ». En effet, seuls 50% des sites auraient « un bon niveau de gestion ». Enfin, l’UICN souligne les évolutions positives : « Le Parc National de Comoé en Côte d’Ivoire, par exemple, a vu sa population d’éléphants et de chimpanzés se rétablir grâce à une gestion efficace et au soutien international, suite à la stabilisation politique du pays. » 14 sites ont progressé dans le classement par rapport à la première version du rapport qui date de 2014. C’est le cas du site des lacs de Ounianga (Tchad), qui est passé d’un état de « bon avec des préoccupations » à « bon », ou encore du site des montagnes dorées de l’Altaï, qui présentait de « graves préoccupations » en 2014, et dont l’état est désormais « bon avec des préoccupations ».

Publié durant la COP23, « ce rapport de l’UICN adresse un message clair aux délégués réunis ici à Bonn : le changement climatique agit vite et n’épargne pas les trésors de notre planète. La rapidité et l’échelle à laquelle il dégrade notre patrimoine naturel met en évidence à quel point une implication urgente et ambitieuse des nations est indispensable pour mettre en œuvre l’Accord de Paris », précise Inger Andersen, directrice générale de l’UICN.
Photo: IUCN / Célia Zwahlen
À lire également
Un robot nageur pour traquer la pollution
Un robot nageur pour traquer la pollution
Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont codéveloppé un robot-anguille nageur capable de détecter les sources de pollution dans l’eau, baptisé Envirobot.
Un appel à projets européen pour la forêt
Un appel à projets européen pour la forêt
ERA-NET lance un appel à projets européen autour de la forêt et de la bio-économie.
Avec Casciomar, Ecocéan repeuple les côtes de la métropole de Marseille
Avec Casciomar, Ecocéan repeuple les côtes de la métropole de Marseille
Depuis 2015, le projet Casciomar pêche des poissons à l’état post-larvaire puis les élève dans des nurseries artificielles, jusqu’à ce qu’ils puissent être relâchés en sécurité.
Biodiversité : un nouveau centre d'expertise scientifique pour les collectivités locales et les entreprises
Biodiversité : un nouveau centre d'expertise scientifique pour les collectivités locales et les entreprises
Le Muséum national d'Histoire Naturelle, l'Agence pour la Biodiversité et le CNRS viennent de signer une convention pour créer un centre d'expertise et de données « unique » sur la nature.
L'AFB publie son rapport d'activité 2016
L'AFB publie son rapport d'activité 2016
L'Agence française pour la biodiversité dresse un bilan de ses activités en 2016, mais également des dix ans d'activités de ses quatre structures constituantes, avec la création de 10 parcs nationaux, de 9 parcs naturels marins, de 1756 sites Natura 2000 ou la formation de plus de 600 inspecteurs de l'environnement.
Urbalia veut concilier biodiversité et aménagement urbain
Urbalia veut concilier biodiversité et aménagement urbain
La jeune pousse Urbalia, créée par AgroParisTech et Vinci Construction, entend intégrer la biodiversité et l’agriculture urbaine dans les projets d’aménagements urbains.
Événements
World Efficiency
12 Décembre 2017
World Efficiency
Carrefour de l'eau
24 Janvier 2018
Carrefour de l'eau
Aquibat
14 Mars 2018
Aquibat
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Archives
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.