Menu

Biodiversité

Le PEFC prend son bâton de pèlerin

Partager :
     
Le PEFC prend son bâton de pèlerin
Par Laurence Madoui, le 5 juin 2018
La certification des surfaces forestières et des produits issus du bois va croissant. Mais l’association PEFC est bien consciente que les chiffres flatteurs sont l’arbre qui cache une forêt globalement peu protégée.

Le label du Programme de reconnaissance des certifications forestières (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes, PEFC) couvre deux tiers des surfaces certifiées pour leur gestion durable, soit 313 millions d’hectares dans le monde. S’il devance le référentiel du Forest Stewardship Council (FSC, environ 200 M ha), le PEFC n’y voit nulle raison de pavoiser. Sachant qu’un tiers des espaces arbore une double certification PEFC-FSC, « ce sont moins de 10 % des forêts mondiales qui sont gérées de façon durable », relativise Paul-Emmanuel Huet, directeur exécutif du programme.

« La marge de progression est très importante, en particulier dans les pays où la certification n’est pas pratique courante et où la déforestation continue », poursuit-il. Le label est « en plein développement » en Asie et en Amérique latine, selon l’association fondée en 1999 et aujourd’hui présente dans 50 pays. En Afrique, le Gabon devrait voir de premiers sites certifiés en 2019.

Un critère à intégrer aux politiques d’achat

Dans l’Hexagone, un tiers de la forêt est certifié. Si les propriétaires sont contrôlés par les antennes régionales du PEFC ou des coopératives forestières, les exploitants forestiers font l’objet d’un audit annuel par un organisme certificateur indépendant. L’intégralité des forêts domaniales affiche le label, qui concerne les deux-tiers des forêts communales et moins de 20 % de la forêt privée – très morcelée et sous-exploitée. Au total, 8,2 M ha de forêts françaises (dont 2 M en Guyane), détenus par plus de 69 000 propriétaires, sont certifiés. Les surfaces labellisées étant les plus productives, « les deux-tiers du bois commercialisé sont certifiés », précise Paul-Emmanuel Huet.

Du côté des entreprises, plus de 3 000 transformateurs de la filière forêt-bois-papier appliquent les règles de traçabilité du PEFC, contrôlées chaque année par un certificateur indépendant. Sur la chaîne graphique (papèterie, presse, édition, emballages), « la démarche est très bien installée, en France comme au plan mondial », observe le responsable de l’ONG. Si le secteur du meuble recourt au label, PEFC- France doit sensibiliser aux achats éco-responsables les majors de la construction, « à fort pouvoir d’influence » sur leurs fournisseurs et sous-traitants. La pédagogie se déploie aussi auprès des distributeurs.

Un logo convoité

Le « schéma de certification forestière » 2017-2022 renforce les exigences. Les propriétaires de plus de 10 ha doivent ainsi présenter dès leur adhésion leur document de gestion, jusqu’alors attendu sous trois ans. Le Code des bonnes pratiques sylvicoles, visant les propriétaires privés de moins de 25 ha, s’assortit désormais d’un programme de coupes et travaux. Les rythmes et niveaux d’exploitation sont restreints sur les sols sensibles.

De 2010 à 2017, le PEFC a traité un millier de plaintes, déposées par des associations (environnementales ou consuméristes) ou des entreprises. Motif dominant : l’usage illicite du logo. Pour Paul-Emmanuel Huet, « cela montre la réelle valeur ajoutée du label ».
Crédit : PEFC Bois
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier S'inscrire
Ou à l'adresse :
contact@environnement-magazine.fr
En partenariat avec
À lire également
La Fête de la nature, étape de la « mobilisation générale »
La Fête de la nature, étape de la « mobilisation générale »
Nicolas Hulot appelle à une « mobilisation générale » sur la biodiversité, bientôt dotée d’un plan, « frère jumeau » de celui sur le climat.
Un appel à projets pour le reboisement en France
Un appel à projets pour le reboisement en France
Ce lundi 28 mai, Reforest’Action lance un appel à projets national dans l’objectif de planter un million d’arbres entre fin 2018 et début 2019.
Sondage : les Français souhaitent que la biodiversité devienne une priorité gouvernementale
Sondage : les Français souhaitent que la biodiversité devienne une priorité gouvernementale
Alors que le gouvernement vient d’appeler à la mobilisation nationale pour la biodiversité, la Fête de la Nature, qui se déroulera du 23 au 27 mai prochains, publie une enquête réalisée en partenariat avec YouGov.
Philippe Reignault nommé directeur du laboratoire de santé des végétaux de l’Anses
Le 4 juin dernier, Philippe Reignault a été nommé directeur du laboratoire de santé des végétaux de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).
Etude : La pollution affecte les champignons et la nutrition des arbres en Europe
Etude : La pollution affecte les champignons et la nutrition des arbres en Europe
Les champignons sont affectés par la pollution, ce qui expliquerait la tendance à la dégradation de la nutrition des arbres dans les forêts européennes.
Oiseaux et câbles électriques : FNE, la LPO, Enedis et RTE renouvellent leur convention au sein du Comité national avifaune
Oiseaux et câbles électriques : FNE, la LPO, Enedis et RTE renouvellent leur convention au sein du Comité national avifaune
Vendredi 25 mai dernier, les associations France nature environnement (FNE) et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), ainsi que les gestionnaires de réseaux électriques Enedis et RTE ont renouvelé la convention qui les unit au sein du Comité national avifaune depuis 2004.
[Tribune] Le nouveau plan biodiversité de la ville de Paris : Faux-semblants et vraies menaces
[Tribune] Le nouveau plan biodiversité de la ville de Paris : Faux-semblants et vraies menaces
Cette semaine, la présidente de la fédération parisienne de France Nature Environnement (FNE), Christine Nedelec, revient sur les mesures annoncées par la ville de Paris en mars dernier, en faveur de la biodiversité.
A Paris, « La Caverne » cultive son jardin dans un parking sous-terrain
A Paris, « La Caverne » cultive son jardin dans un parking sous-terrain
Au deuxième niveau du parking sous-terrain de la résidence Raymond Queneau, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, un espace de 3.500 m² est dédié à la culture d’endives et de champignons.
Agromousquetaires signe un partenariat pour la préservation de sites naturels
Le pôle agroalimentaire du groupement Les Mousquetaires, Agromousquetaires, a annoncé le 25 mai dernier, engager un partenariat d’une durée de trois ans avec les Conservatoires d’espaces naturels (CEN) et le Conservatoire du littoral, afin de « préserver et mettre en valeur les sites naturels ».
Un portail de sciences participatives pour la biodiversité
Un portail de sciences participatives pour la biodiversité
Fin mai dernier, le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN), l'Union nationale des Centres permanents d'initiatives pour l'environnement (UNCPIE) et la Fondation pour la nature et l'homme (FNH) ont lancé un portail web de sciences participatives autour de la biodiversité baptisé « Open ».
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
<R>EVOLUTION
19 Juin 2018
<R>EVOLUTION
Forum des Infrastructures Numériques
28 Juin 2018
Forum des Infrastructures Numériques
Salon Amiante
12 Septembre 2018
Salon Amiante
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.