Menu

Eau

Les Français sont de plus en plus conscients de l'impact du changement climatique sur les ressources en eau

Partager :
     
Les Français sont de plus en plus conscients de l'impact du changement climatique sur les ressources en eau
Par Eva Gomez, le 5 décembre 2017
Pour sa 21ème édition, le baromètre « Les Français et l’eau » du Centre d’information sur l’eau, révèle une préoccupation grandissante des consommateurs français concernant l’imapct du changement climatique et des pollutions sur les ressources et la qualité de l’eau.

Les Français pensent à 82% que le changement climatique a un impact sur les ressources en eau, et 74% sont conscients qu’elles ne sont pas inépuisables. D’après les chiffres de la dernière édition du baromètre « Les Français et l’eau », publié par le Centre d’information sur l’eau (CIEau), les Français semblent pessimistes quant à l’état des ressources en eau et à leur pollution. En effet, 59% des 2.510 individus interrogés par TNS/Sofres pour la réalisation de ce baromètre, craignent de manquer d’eau dans leur région à plus ou moins long terme, contre 50% en 2016. La directrice générale du CIEau Maryllis Macé, précise que ce pourcentage est en hausse depuis 2004, suite à la forte canicule de l’été 2003. « L’inquiétude face à la sécheresse et à l’épuisement des ressources en eau est croissante depuis 2003, et en 2017 elle atteint son point culminant », indique-t-elle.

La pollution des nappes phréatiques et des cours d’eau est également un facteur d’inquiétude chez les sondés : 73% considèrent que les ressources en eau sont polluées. Et ils sont 62% à penser que la qualité de ces ressources va se dégrader, contre seulement 13% qui espèrent qu’elle s’améliore. Si une grande majorité des Français interrogés pensent que le changement climatique a des conséquences sur le manque d’eau, les inondations, l’augmentation du niveau de la mer, la dégradation de la qualité des ressources et la dégradation de l’eau du robinet, ils sont tout de même 59 % à admettre contribuer à la pollution de l’eau dans leur vie quotidienne. 86% d’entre eux estiment avoir un rôle à jouer dans la préservation des ressources en eau. Ainsi, 75% des sondés expliquent par exemple qu’ils évitent l’usage des pesticides. Ou encore, 64% d’entre eux déclarent ne plus laver eux-mêmes leur voiture, mais l’amener dans un centre de lavage qui récupère et traite les eaux polluées aux hydrocarbures.

Quid de la réutilisation des eaux usées traitées ?

Ainsi, conscients des enjeux climatiques liés à l’eau, les Français sont 54% à déclarer qu’ils accepteraient de payer les services d’eau plus cher afin d’améliorer les ressources. 86% d’entre eux déclarent être attentifs à leur consommation d’eau. « C’est le signe que le consommateur fait une mue et qu’il peut faire des choix responsables, au-delà du coût économique », estime Maryllis Macé. Même si finalement, 47% des sondés avouent surveiller leur consommation d’eau pour réaliser une économie financière, contre 29% qui le font pour contribuer à la préservation des ressources en France, et 24% pour participer à la sauvegarde de la planète.

Par ailleurs, pour la première fois dans cette nouvelle édition du baromètre du CIEau, des questions sur la réutilisation des eaux usées traitées ont été posées aux sondés. Et les résultats « surprenants », selon Maryllis Macé. En effet, 84% des sondés accepteraient d’utiliser de l’eau usée traitée pour les usages domestiques et 82% seraient favorable au remplacement de l’eau du robinet par de l’eau de pluie traitée. « Plus étonnant encore, 73% des Français se disent prêts à consommer des légumes arrosés avec des eaux usées dépolluées et 49% seraient même prêts à en boire », précise la directrice générale du CIEau.

Environ 400 euros par an et par foyer

La qualité de l’eau du robinet en elle-même satisfait 76% des sondés. « Les reproches qui sont adressés concernent en priorité le goût et la présence de calcaire, plus que le caractère bactériologique », explique Maryllis Macé. « La présence de perturbateurs endocriniens ou de nanoparticules dans l’eau n’est pas recherchée », indique Dominique Allaume-Bobe, administratrice de l’Union nationale des associations familiales (Unaf) au développement durable. « Pourtant, ces sujets tracassent de plus en plus les Français », ajoute-t-elle. L’Unaf défend par ailleurs la mise en œuvre du principe pollueur-payeur : « 80% des taxes aux Agences de l’eau sont payées par les particuliers », indique Dominique Allaume-Bobe, « alors que ce sont les secteurs agricole et industriel qui polluent le plus les ressources », poursuit-elle.

En dehors des considérations environnementales, le baromètre révèle que 87% des consommateurs sont satisfaits des services d’eau, même si le rôle des différents acteurs n’est pas bien connu du grand public. « Peu de consommateurs savent par exemple que ce sont les municipalités qui décident du prix de l’eau, ou que les contrôles sont effectués par les autorités sanitaires », indique la directrice générale du CIEau. Elle estime également qu’un « travail de pédagogie sur la gestion et l’utilisation des redevances » doit être effectué. Majoritairement (53%), les Français se sentent bien informés sur les services de l’eau, notamment grâce à la facture détaillée que reçoivent les abonnés directs. Mais ils voudraient en savoir plus « sur les contrôles, les normes, la composition de l’eau et sa provenance », souligne la directrice générale du CIEau. En moyenne une famille paye 400 euros par an pour sa facture d’eau, soit 0,8% des dépenses totales du foyer.
À lire également
[Dossier] À ouvrage exceptionnel, entretien particulier : zoom sur le Tima du Siaap
[Dossier] À ouvrage exceptionnel, entretien particulier : zoom sur le Tima du Siaap
À l’instar de Chicago, le Syndicat interdépartemental d’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap) a équipé en 2008 son réseau d’un ouvrage de stockage des eaux pluviales aux dimensions impressionnantes.
[Dossier] La métropole Rouen-Normandie, pionnière dans le risque amiante
[Dossier] La métropole Rouen-Normandie, pionnière dans le risque amiante
De manière volontaire, la métropole Rouen-Normandie s’est penchée sur le risque potentiel encouru par ces agents lors des opérations de curage des réseaux en amiante ciment.
Solution portable d’analyse des métaux lourds
Solution portable d’analyse des métaux lourds
La quantification des métaux lourds (arsenic, mercure, cuivre) présents sous forme de traces dans les eaux de surface est habituellement réalisée en laboratoire en utilisant des techniques coûteuses.
Accord de partenariat pour la recherche sur le fonctionnement du Rhône
Accord de partenariat pour la recherche sur le fonctionnement du Rhône
L’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et les chercheurs du groupement d’intérêt scientifique de la Zone atelier du bassin du Rhône (GIS-ZABR) ont renouvelé, le 2 février dernier à Lyon, leur accord de partenariat pour développer des travaux de recherche sur le fonctionnement du Rhône et de son bassin versant.
Tarification sociale de l’eau : les essais de la loi Brottes restent à confirmer
Tarification sociale de l’eau : les essais de la loi Brottes restent à confirmer
L’expérimentation d’une tarification sociale de l’eau autorisée par la loi Brottes a permis à certaines collectivités de tester des dispositifs sociaux allégeant le budget que les ménages en difficulté consacrent à l’eau.
[Dossier] La chauve-souris des réseaux, une innovation partenariale du groupe Saur
[Dossier] La chauve-souris des réseaux, une innovation partenariale du groupe Saur
En 2016, le groupe Saur et la start-up britannique Acoustic Sensing Technology ont signé un partenariat exclusif pour le développement de SewerBatt en France.
Téléconduite étendue
Téléconduite étendue
La nouvelle unité de téléconduite (Remote Terminal Unit/RTU) Simatic RTU3010C de Siemens ainsi que les fonctions ajoutées à la Simatic RTU3030C étendent les possibilités d’utilisation des RTU compactes en matière de téléconduite.
Pour 60% des Français, l'eau potable est une ressource menacée
Pour 60% des Français, l'eau potable est une ressource menacée
Selon les résultats de l’enquête "IFAT Environment Index 2018", menée auprès de 1.052 personnes, 60% des Français considèrent l’eau potable comme une ressource naturelle menacée.
Un guide pratique des micropolluants dans le bassin Seine-Normandie
Un guide pratique des micropolluants dans le bassin Seine-Normandie
L'agence de l'eau Seine-Normandie vient de publier la seconde édition de son « Guide pratique des micropolluants dans les eaux du bassin Seine-Normandie », en partenariat avec l'Ineris.
Appel à manifestations d'intérêt pour la surveillance et l'évaluation de l'état des eaux et des milieux aquatiques
L'Agence française pour la biodiversité (AFB) a lancé le 20 février dernier, la seconde édition de son appel à manifestations d'intérêt pour la surveillance et l'évaluation de l'état des eaux et des milieux aquatiques.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
EnerJmeeting
8 Mars 2018
EnerJmeeting
Aquibat 2018
14 Mars 2018
Aquibat 2018
Bois Énergie
15 Mars 2018
Bois Énergie
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.