Menu

Eau

Les polluants agricoles menacent l’eau

Partager :
     
Les polluants agricoles menacent l’eau
Par A.B., le 26 juin 2018
Selon un rapport que vient de publier, le 20 juin, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la pollution de l’eau liée à des pratiques agricoles non durables menace la santé humaine et les écosystèmes de la planète. Un phénomène que sous-estiment souvent les décideurs politiques et les agriculteurs dénonce la FAO.
 
L’agriculture est la plus importante cause de pollution de l’eau, selon la publication « More People, More Food, Worse Water? A Global Review of Water Pollution from Agriculture » que viennent de publier l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Institut international de gestion de l’eau à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue au Tadjikistan du 19 au 22 juin. Regroupant la plupart des ouvrages scientifiques produits sur la question jusqu’à ce jour, le rapport indique que les nitrates d’origine agricole sont le contaminant chimique le plus fréquemment détecté dans les aquifères. D’après ce document, l’agriculture « moderne » libère de grandes quantités de produits agrochimiques, de matière organique, de sédiments et de solution saline qui se déversent ensuite dans les plans d’eau. Une pollution qui affecte des milliards de personnes et engendre des frais qui atteignent chaque année des milliards de dollars. « L’agriculture est le secteur produisant le plus d’eaux usées, en termes de volumes, et le bétail génère beaucoup plus d’excréments que les êtres humains. Alors que l’utilisation des terres s’est intensifiée, on constate que les pays utilisent de plus en plus de pesticides synthétiques, d’engrais et d’autres intrants », ont écrit Eduardo Mansur, directeur de la division des terres et des eaux de la FAO, et Claudia Sadoff, directrice générale de l’Institut international de gestion de l’eau (IWMI), dans leur introduction. Ces intrants, s’ils ont permis de stimuler la production alimentaire, ont aussi contribué à augmenter les risques de menaces environnementales et ceux sur la santé humaine.
Comme sources de pollution, le rapport cite l’utilisation massive d’engrais minéraux (multipliée par dix depuis 1960), les pesticides (dont les ventes sont passées en une cinquantaine d’années d’un milliard de dollars par an à 35 milliards), les polluants liés à l’élevage (matières organiques mais aussi antibiotiques, vaccins et autres hormones de croissance dont les résidus finissent dans les milieux aquatiques), et enfin l’aquaculture (dont l’importance a été multipliée par vingt depuis 1980) qui relargue des excréments, de la nourriture non consommée, des antibiotiques, des fongicides et des agents antisalissures dans les eaux de surface.
 
Des solutions existent
 
Au-delà du constat, le rapport apporte des solutions, même s’il juge le défi complexe à relever. Réduire les polluants à la source se révèle le plus efficace. La première manière d’y parvenir est, selon les auteurs, de développer des politiques et des motivations pour faire évoluer les régimes alimentaires des populations vers des régimes plus durables et de limiter la hausse de la demande alimentaire. Au niveau du consommateur, la lutte contre le gaspillage alimentaire peut y contribuer. Les instruments réglementaires « traditionnels » continueront à être essentiels, note le rapport. Et de citer la mise en place de normes sur la qualité de l’eau et de permis de rejets de polluants, l’obligation de bonnes pratiques, l’évaluation des impacts environnementaux de certaines activités agricoles, l’installation de zones tampons autour des exploitations, de restrictions sur les pratiques agricoles ou sur le lieu d’implantation des exploitations ou encore des limites sur la commercialisation et la vente de produits dangereux.
Toutefois, le rapport reconnait que certains principes appliqués actuellement, tels que celui du pollueur-payeur, sont difficilement applicables à la pollution diffuse d’origine agricole, car il est compliqué d’identifier le responsable. Par contre, les mesures destinées à susciter l’adhésion des agriculteurs au principe de la réduction à la source sont essentielles (exemptions fiscales pour l’adoption de bonnes pratiques, paiement à l’entretien du paysage). Le rapport cite par ailleurs plusieurs bonnes pratiques visant à réduire l’exportation de nutriments et de pesticides dans les écosystèmes, la meilleure étant d’en réduire l’usage. De même, la lutte antiparasitaire intégrée, qui associe l’utilisation de variétés agricoles résistantes aux ravageurs au système de rotation des cultures, est également présentée comme utile. En ce qui concerne les élevages, les techniques traditionnelles telles que la restauration des pâturages dégradés, une meilleure gestion des régimes alimentaires des animaux, des additifs alimentaires ou encore des médicaments sont essentielles.
Néanmoins, les auteurs avancent que davantage doit être fait, notamment en matière de techniques de recyclage des nutriments et dans le développement de nouvelles technologies, comme la méthanisation des déchets agricoles.
© FAO
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier S'inscrire
Ou à l'adresse :
contact@environnement-magazine.fr
En partenariat avec
À lire également
Assises de l’eau : les opérateurs publics veulent garder la main sur leurs investissements
Assises de l’eau : les opérateurs publics veulent garder la main sur leurs investissements
Alors que le premier volet des Assises de l’eau, consacré au petit cycle de l’eau, sera clôturé le 17 juillet prochain, France eau publique, qui réunit 70 opérateurs publics de l’eau, intervient dans le débat.
Assises de l’eau : les professionnels veulent regagner la confiance des consommateurs
Assises de l’eau : les professionnels veulent regagner la confiance des consommateurs
A quelques jours de la fin de la première phase des assises de l’eau, la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau revient sur ses priorités et détaille ses propositions concernant l’avenir de la gestion de l’eau et des réseaux et son financement.
Marc Vigreux est nommé délégué général de Profluid
Marc Vigreux est nommé délégué général de Profluid
Le 12 juin dernier, Marc Vigreux a été nommé délégué général de Profluid, l’Association française des fabricants de pompes et agitateurs, de compresseurs et de robinetterie.
Bordeaux Métropole confie à Veolia la gestion de ses eaux usées et pluviales
Bordeaux Métropole confie à Veolia la gestion de ses eaux usées et pluviales
Le conseil métropolitain de Bordeaux a voté, ce 6 juillet, en faveur de l’offre de Veolia pour la délégation du contrat de concession des services publics de l’assainissement des eaux usées et de gestion des eaux pluviales.
De l’intérêt d’utiliser l’eau de pluie
De l’intérêt d’utiliser l’eau de pluie
Le Cerema vient de publier un ouvrage sur « L’intérêt de l’utilisation de l’eau de pluie dans la maîtrise du ruissellement urbain ».
Un logiciel pour gérer les eaux pluviales à la parcelle
Un logiciel pour gérer les eaux pluviales à la parcelle
Les récentes inondations ont rappelé l’importance des techniques de gestion alternative des eaux de pluie.
Sedif : « L'eau est exempte de CVM »
Sedif : « L'eau est exempte de CVM »
En réaction à un article des Echos du 22 juin dernier, le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France rappelle la "parfaite qualité" de son eau "exempte de chlorure de vinyle monomère" qu’il distribue à quelque 4,7 millions de franciliens.
[Tribune] Eau potable et pollutions diffuses : comment reconquérir la qualité des captages ?
[Tribune] Eau potable et pollutions diffuses : comment reconquérir la qualité des captages ?
Cette semaine, Guillaume Attard, chef de projet Gestion intégrée des ressources au Cerema, présente une méthodologie permettant de reconquérir la qualité des captages d’eau souterraine soumis à des pressions agricoles.
Douze communes ré-adhèrent au Sedif
Douze communes membres des EPT Plaine Commune et Grand Orly Seine Bièvre, représentant plus de 430 000 habitants, viennent de ré-adhérer au Sedif.
Surveiller la qualité de l’eau potable en temps réel
Surveiller la qualité de l’eau potable en temps réel
L’eau potable est un produit alimentaire qui peut être exposé à des pollutions accidentelles.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Salon Amiante
12 Septembre 2018
Salon Amiante
Artibat
24 Septembre 2018
Artibat
Cycl'eau
3 Octobre 2018
Cycl'eau
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.