Menu

Eau

Les leçons des inondations de 2016 et 2018 en Île-de-France

Partager :
     
Les leçons des inondations de 2016 et 2018 en Île-de-France
Par A.B., le 29 juin 2018
Ce 26 juin, la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) organisait une rencontre pour faire le point sur les dispositifs de protection existants contre les crues de la Seine et les enseignements à tirer des deux derniers épisodes qu’a connus le bassin parisien.
 
Été 2016, hiver 2018 : la Seine s’est récemment rappelée par deux fois en dix-huit mois au bon souvenir de ses riverains, avec un niveau de 6,10 mètres pour la première et 5,84 mètres pour la seconde. La différence entre les deux : une crue estivale avec des précipitations centrées au cœur du bassin provoquant une brusque élévation du niveau du fleuve pour l’une, une crue hivernale résultant de pluies centrées à l’est du bassin et entraînant une montée lente des eaux pour l’autre. Dans ce dernier cas, les quatre lacs-réservoirs de l’Établissement public territorial de bassin (EPTB) Seine Grands Lacs, le syndicat mixte qui regroupe les quatre départements de Paris et de la petite couronne ainsi que les communautés d’agglomération de Troyes et de Saint-Dizier, ont permis « le contrôle de ce qui tombe en amont de l’Île-de-France », explique Marc Vincent, directeur général des services techniques d’EPTB Seine Grands Lacs. En janvier 2018, ils ont donc pleinement rempli leur rôle en stockant 800 millions de mètres cubes, limitant ainsi les conséquences de la crue en aval. Par contre, en été, s’ils soutiennent l’étiage du fleuve, ils se révèlent incapables de contenir des pluies orageuses tombant en aval, comme en 2016.
 
Un cinquième ouvrage
 
Pour augmenter encore les capacités de stockage, l’EPTB Seine Grands Lacs planche sur un cinquième ouvrage, plus proche de Paris, situé à la confluence de l’Yonne et de la Seine, dans la plaine alluviale de la Bassée. « L’eau serait pompée de la Seine en crue et déversée dans la plaine, des digues protégeant les pourtours », explique Marc Vincent. Un site pilote serait mis en service fin 2023. Il serait le premier d’une série d’une dizaine de réservoirs de stockage, qui cumuleraient un total de 55 millions de mètres cubes. S’ils avaient existé, ils auraient été capables d’écrêter de 30 cm la crue de l’hiver dernier. En ce qui concerne les crues estivales, selon Marc Vincent, « elles nécessitent une politique plus diffuse à l’échelle des communes, au niveau de la gestion des eaux pluviales ». Une politique qui passe par plusieurs leviers d’action : la conclusion de programmes d’actions de prévention des inondations (Papi) entre l’État et les collectivités qui hiérarchisent les actions de prévention des risques liés à la crue. Les Papi « créent de la cohérence sur le territoire concerné », avance Cédric Herment, chef du service prévention des risques et des nuisances à la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE) d’Île-de-France. Et de rappeler que « surtout, les PPRI (plans de prévention du risque inondations) doivent être appliqués ».
Enfin, Roland Nussbaum, directeur de la Mission risques naturels, un service de la Fédération française de l’assurance, a présenté les différents outils dont dispose la profession pour analyser les risques d’expositions aux inondations (SIG MRN) et évaluer le coût moyen des inondations par communes (BD Silehc) et celui des aléas climatiques à l’échelle du bâti. Ces outils, les assurances commencent à les mettre à disposition d’autres acteurs, en particulier les professionnels de la construction, afin de « faire et reconstruire mieux, même si cette profession est difficile à mobilier », précise Roland Nussbaum.
Restent les techniques de désimperméabilisation, qui impliquent une nouvelle gestion des eaux pluviales et dont les intervenants ont vanté les vertus.
© Pixabay
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier S'inscrire
En partenariat avec
À lire également
Bassins Rhône-Méditerranée Corse : 112,5 millions d’euros investis au deuxième trimestre 2018
Bassins Rhône-Méditerranée Corse : 112,5 millions d’euros investis au deuxième trimestre 2018
Au deuxième trimestre 2018, l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée Corse a investi 112,5 millions d’euros pour environ 1800 projets.
Succès suédois pour Suez
Succès suédois pour Suez
Collecte des déchets, dépollution, équipement d’une usine de traitement des eaux usées, Suez annonce la signature de nouveaux contrats en Suède.
Un robot sous-marin sonde le lac Léman
Un robot sous-marin sonde le lac Léman
Deux laboratoires de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), en collaboration avec l’Université Davis de Californie, vont sonder l’un des gyres du lac Léman (Haute-Savoie) afin de déterminer son influence sur l’écosystème.
Eau potable : le Sedif innove pour sécuriser son usine de Méry-sur-Oise
Eau potable : le Sedif innove pour sécuriser son usine de Méry-sur-Oise
L'usine de traitement de l'eau potable du Syndicat des eaux d'Ile-de-France basée à Méry-sur-Oise, bénéficie d'un système de dépotage spécialement conçu par Veolia en 2015.
Assises de l'eau : 70% des Français souhaitent avoir plus d'informations sur l'eau
Assises de l'eau : 70% des Français souhaitent avoir plus d'informations sur l'eau
Alors que les conclusions de la première partie des Assises de l'eau ont été rendues le 29 août dernier, le Centre d'information sur l'eau publie une nouvelle enquête sur l'avis des Français à propos de la politique de l'eau.
Agences de l’eau : la réforme de redevances n’exclut pas la hausse du prix du mètre cube
Agences de l’eau : la réforme de redevances n’exclut pas la hausse du prix du mètre cube
Les directeurs des agences de l’eau ont esquissé des pistes de réforme des redevances, lors de l’audition devant la Commission du développement durable de l’Assemblée nationale, le 12 septembre.
L'Union européenne veut améliorer la qualité et l'accès à l'eau
L'Union européenne veut améliorer la qualité et l'accès à l'eau
Le 11 septembre dernier, la Commission de l'environnement du Parlement européen a annoncé vouloir renforcer les limites de présence de certains polluants dans l'eau.
Eaux usées : Wilo rachète GVA
Eaux usées : Wilo rachète GVA
Wilo SE, fabricant de pompes et de systèmes de pompage, muscle ses compétences dans le domaine des eaux usées en faisant l’acquisition de la société GVA (Gesellschaft für Verfahren der Abwassertechnik mbH & Co.
Les candidatures pour obtenir le label Aquaplus sont ouvertes jusqu’au 28 septembre
Les candidatures pour obtenir les labels Aquaplus sont ouvertes : ils valorisent les collectivités, entreprises de l’eau et maîtres d’ouvrage qui s’engagent dans une gestion durable de l’eau et de l’assainissement.
Assises de l’eau : cinq milliards d’investissements additionnels de 2019 à 2024
Assises de l’eau : cinq milliards d’investissements additionnels de 2019 à 2024
Contrairement à ce qui fut un temps pressenti, les mesures découlant de la première séquence des Assises de l’eau ne se limitent pas à un plan anti-fuites dans les zones les moins performantes et chacun s’en réjouit.
Événements
Artibat
24 Septembre 2018
Artibat
Cycl'eau
3 Octobre 2018
Cycl'eau
Journée anniversaire du CFMS
4 Octobre 2018
Journée anniversaire du CFMS
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.