Menu

Énergie

Réseaux de chaleur et de froid : un développement impacté par la diminution du Fonds chaleur

Partager :
     
Réseaux de chaleur et de froid : un développement impacté par la diminution du Fonds chaleur
Par E.G, le 17 octobre 2017
Le SNCU et l’association Amorce ont rendu leur rapport d’étude sur les réseaux de chaleur et de froid pour l’année 2016 : la part d’énergies renouvelables et de récupération utilisées par les réseaux atteint 53%, mais l’objectif 2023 sera difficilement atteint sans le doublement du Fonds chaleur pourtant promis.

D’après l’enquête annuelle du Syndicat national de chauffage urbain et de la climatisation urbaine (SNCU) et l’association Amorce, le développement des réseaux de chaleur et de froid est fragilisé par la diminution du Fonds chaleur. « Les résultats de l’enquête démontrent le réel engagement environnemental des collectivités et de leurs opérateurs ; engagement qui est pourtant entaché par l’effondrement du dispositif de soutien, le Fonds chaleur », expliquent les deux organismes dans un communiqué. Leur inquiétude renforcée par le projet de loi finances 2018, qui prévoit « de réduire ce dispositif de soutien déjà largement sous dimensionné. »
Selon l’étude, en 2016, 53% des énergies utilisées par les réseaux sont des énergies renouvelables et de récupération , soit 3% de plus par rapport à 2015. Les 669 réseaux faisant l’objet de l’enquête représentent 5.015 km d’installation et 24.643 Gwh d’énergie thermique livrée. « Cette chaleur est presque essentiellement destinée au chauffage des bâtiments résidentiels et tertiaires », précisent le SNCU et Amorce dans leur rapport, soit 2,32 millions d’équivalents-logements. Par ailleurs, l’enquête relève qu’en 2016 « 80% des réseaux, soit 86% des livraisons de chaleur, ont utilisé au moins une source d’énergie renouvelable et de récupération (…) Les réseaux démontrent ainsi leur capacité à mobiliser les énergies disponibles localement, en premier lieu la chaleur de récupération provenant des unités de valorisation énergétique (25%), la biomasse (21%) et la géothermie (4%). »

L’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Ile-de-France en tête 

Concernant la biomasse, son utilisation est passée de 1% à 21% du mix énergétique en dix ans. « Entre 2015 et 2016, la production de chaleur à partir de biomasse a augmenté de près de 1.200 Gwh soit un peu plus de 465.000 tonnes (équivalent bois) consommées en plus sur un total d’environ 2.500.000 tonnes », détaille le rapport, soit une hausse de +26%. En termes d’émission carbone, le bilan des réseaux de chaleur et de froid s’établit à 126 g CO2/KWh en 2016 et a réduit de 42% en dix ans. Le rapport souligne que « le nombre de réseaux neutres en CO2 ne cesse d’augmenter passant à 122 en 2016, contre 90 en 2015. » L’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Ile-de-France sont les régions les plus équipées : elles comptent respectivement 145 et 102 réseaux sur leurs territoires. Vient ensuite la région Grand-Est (85 réseaux), suivie par la Bourgogne-Franche-Comté (58 réseaux), la Nouvelle-Aquitaine (51 réseaux), les Hauts-de-France (45 réseaux), la Normandie (44 réseaux) et l’Occitanie (41 réseaux). Avec moins de trente réseaux chacune, les régions PACA (27), Pays de la Loire (26), Centre-Val-de-Loire (23) et Bretagne (22), sont à la traîne.

Quid du doublement du Fonds chaleur ? 

Face au constat du développement des réseaux de chaleur et de froid, le SNCU et Amorce rappellent néanmoins que « les acteurs du secteur alertent sur le portefeuille de projets en cours dont le rythme de croissance ne permettra pas d’atteindre l’objectif fixé en 2023 par la programmation pluriannuelle de l’énergie. » En effet, d’après eux, « les résultats montrent une progression constante du verdissement des réseaux en grande partie due aux réseaux existants. Pourtant il apparaît très clairement que les efforts doivent s’intensifier sur la création de nouvelles opérations pour rester sur cette dynamique. » Les deux organismes insistent donc sur la nécessité du doublement du Fonds chaleur promis par le candidat Macron durant la campagne présidentielle. « Il est aussi nécessaire de clarifier les dispositifs d’accompagnement tels que les certificats verts, les avances remboursables, le CITE afin de préserver les filières de production », estiment le SNCU et l’association Amorce.
PIxabay
À lire également
Autoconsommation collective : le premier projet français lancé à Marmagne
Autoconsommation collective : le premier projet français lancé à Marmagne
A Marmagne dans le Cher, le projet « Smartmagne » sera lancé dès 2018.
RTE met l'hiver 2017/2018 sous surveillance
RTE met l'hiver 2017/2018 sous surveillance
Dans son bilan prévisionnel, le gestionnaire de réseau électrique prévient qu'en cas de vague de froid ou d'arrêts de centrales, des mesures exceptionnelles allant jusqu'à des coupures programmées pourront être prises cet hiver.
Hywind, la première ferme éolienne flottante entre en production
Hywind, la première ferme éolienne flottante entre en production
Le 18 octobre, Hywind Scotland, la première ferme éolienne flottante, installée à 25 km au large des côtes de l’Aberdeenshire, en Écosse, a délivré ses premiers électrons au réseau écossais.
GE Renewable Energy dévoile sa plus grande éolienne terrestre
GE Renewable Energy dévoile sa plus grande éolienne terrestre
Produire de l’énergie, même dans les zones où la vitesse du vent est faible à moyenne : c’est l’objectif que s’est fixé GE Renewable Energy avec sa nouvelle éolienne terrestre 4.8-158. .
Max Bögl Wind AG invente l’éolienne à batterie d’eau
Max Bögl Wind AG invente l’éolienne à batterie d’eau
​L’allemand Max Bögl Wind AG vient d’annoncer avoir construit la plus haute éolienne terrestre du monde près de Stuttgart.
Tout savoir sur : Les effets sanitaires liés à certaines ondes sonores émises par les parcs éoliens
Tout savoir sur : Les effets sanitaires liés à certaines ondes sonores émises par les parcs éoliens
L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié en mars 2017 les résultats de son évaluation des effets sanitaires liés aux basses fréquences sonores (20 à 200 Hz) et infrasons (inférieurs à 20 Hz) émis par les parcs éoliens.
Pont-à-Mousson tient ses engagements
Pont-à-Mousson tient ses engagements
Près d’un an après sa mise en service, le réseau de chaleur de Pont-à-Mousson confirme ses performances industrielles : un bon bilan pour un des seuls réseaux en France alimentés par du biogaz de décharge.
Smart grids : Les régions PACA, Bretagne et Pays-de-la-Loire développent leur partenariat
Smart grids : Les régions PACA, Bretagne et Pays-de-la-Loire développent leur partenariat
Suite au salon European Utility Week à Amsterdam, les trois régions françaises ont annoncé vouloir établir une feuille de route commune, pour le déploiement de réseaux électriques intelligents.
Direct Energie finalise l’acquisition de Quadran
Direct Energie finalise l’acquisition de Quadran
Le groupe était en négociations avec Quadran depuis juin dernier.
GRDF et l'Unam s'engagent à développer le gaz naturel
GRDF et l'Unam s'engagent à développer le gaz naturel
GRDF et L’Union nationale des aménageurs (Unam) renouvellent leur partenariat pour trois ans supplémentaires.
Événements
SMCL, salon des maires et des collectivités locales
21 Novembre 2017
SMCL, salon des maires et des collectivités locales
Solutrans
21 Novembre 2017
Solutrans
Paysalia
5 Décembre 2017
Paysalia
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Archives
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.