Menu

Énergie

Bois-énergie : quels enjeux pour la filière ?

Partager :
     
Bois-énergie : quels enjeux pour la filière ?
Par Eva Gomez, le 15 février 2018
A l’occasion d’un séminaire sur les enjeux de la filière bois-énergie, organisé le 19 janvier dernier à l’école des Mines de Paris, des acteurs de la filière sont revenus sur les enjeux et les conditions de développement de la valorisation énergétique du bois.

A ce jour, la filière biomasse emploie 500.000 personnes en France, et représente 3,8% du mix énergétique. « La biomasse représente également environ 40% du mix français des énergies renouvelables », a souligné Serge Defaye, ancien président du Comité interprofessionnel du bois-énergie (Cibe), à l’occasion d’un séminaire sur les enjeux de la filière, organisé le 19 janvier dernier à l’école des Mines de Paris. A l’horizon 2023, l’objectif est d’atteindre le double de puissance installée dans la filière biomasse sur le territoire français et d’augmenter de 20% la production de chaleur biomasse. Des objectifs de déploiement d’installations légèrement sous-estimés, si l’on en croit Serge Defaye. Pour lui, « il faudrait multiplier par 2,5 ou 3, la puissance d’installation actuelle pour atteindre les objectifs de production », correspondant à une demande croissante. Il s’agit en effet d’atteindre une production de 13 à 14 Mtep de chaleur d’ici 2023, soit 2,3 à 3,3 Mtep supplémentaires.

Une filière nécessaire pour les filières de recyclage

La ressource est pourtant importante, remarque Louis de Reboul, directeur du département bois et biomasse de Véolia. « La forêt représente 30% du territoire français, soit le double de la surface relevée en 1850 », indique-t-il. Sans compter les gisements de bois venant de la construction et démolition dans le secteur du BTP, du bricolage et du mobilier des ménages et collectivités, ainsi que des emballages et du mobilier des industries. « Il y a une pérennité et une croissance de la ressource en bois, ce qui est un avantage pour la filière de valorisation énergétique », estime Louis de Reboul. Ceci même si « les installations de combustions sont coûteuses et que le matériau bois, vivant, est instable dans le temps », ajoute-t-il. Par ailleurs, la filière bois-énergie est « une nécessité vitale pour les entreprises du recyclage », explique Louis de Reboul, notamment avec le renforcement des consignes de tri, la mise en place des REP, ou le coût élevé de l’exportation de déchets. Le directeur du département bois et biomasse de Véolia rappelle également que selon Conseil stratégique de la filière (CSF) bois, 1,3 millions de tonnes supplémentaires de bois pourraient être valorisées d’ici 2025, dont 60% des tonnages actuellement traités en enfouissement (soit environ 800 kilotonnes).

Renfocer le fonds chaleur et améliorer le cadre réglementaire

Serge Defaye souligne quant à lui l’importance de la stabilité des coûts de la chaleur produite par une chaudière bois, mais également les impacts positifs du fonds chaleur de l’Ademe et du dispositif de la taxe climat-énergie, ainsi que leurs limites. Le fonds chaleur subventionne les projets biomasse à hauteur de 40 à 50%, mais « il faudrait le renforcer, le simplifier, et l’accélérer », estime Serge Defaye. Il s’agirait notamment d’élargir les interventions du fonds chaleur aux travaux dans les immeubles. La filière est également soumise à des freins réglementaires. Pour l’ancien président du Cibe, il faudrait notamment « supprimer l’encadrement communautaire des aides et les qualifier d’aides compensatrices à l’exécution de services publics pour les réseaux de chaleur ». De plus, il estime que « les réseaux de chaleur ont une image assez négative, due au manque de transparence de la part notamment des collectivités locales ». Pourtant, une récente enquête menée par Ipsos pour le compte de Via Sèva et l’Ademe, indiquait que 45% des interrogés étaient prêts à changer de mode de chauffage pour un réseau de chaleur. Et en six ans, le pourcentage de personnes connaissant les réseaux de chaleur est passé de 30% à 67%. Pour Louis de Reboul, directeur du département bois et biomasse de Véolia, si le chauffage au bois a mauvaise presse auprès du public, c’est car « on parle d’un déchet et non d’un produit : on parle de bois en fin de vie alors qu’il va être valorisé en énergie », renchérit-il. Et Serge Defaye d’ajouter : « le cadre réglementaire de la valorisation énergétique du bois en fin de vie n’est pas adapté, car il est assimilé à un déchet ».

A noter que sur 6 millions de tonnes de bois en fin de vie collectées, 5 millions de tonnes sont valorisables ou recyclables. Dont 1,1 millions de tonnes sont valorisées sous forme d’énergie.
Pixabay
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier S'inscrire
Ou à l'adresse :
contact@environnement-magazine.fr
En partenariat avec
À lire également
Total finalise l’acquisition de Direct Energie
Vendredi 6 juillet, le groupe Total a annoncé finaliser l’acquisition de 73 % de Direct Energie et déposer un projet d’offre publique obligatoire, portant sur les actions Direct Energie pas encore détenues par Total.
Energie solaire : le gouvernement présente son plan
Energie solaire : le gouvernement présente son plan
Le jeudi 28 juin dernier, le secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu a dévoilé le plan « Place au soleil » du gouvernement, deux mois après le lancement du groupe de travail sur l’énergie solaire.
[Tribune] La White Economy, un nouveau modèle économique pour la transformation énergétique !
[Tribune] La White Economy, un nouveau modèle économique pour la transformation énergétique !
Cette semaine, Benoît Ferres, fondateur de la start-up Cameo et initiateur du Forum de la transformation énergétique, explique le concept de "White economy" : un modèle économique fondé sur les économies d'énergie et sur un marché de l'évitement.
Le SER souhaite la mise en place d'un cadre économique adapté aux petites installations solaires
Le SER souhaite la mise en place d'un cadre économique adapté aux petites installations solaires
Dans le cadre du groupe de travail ministériel sur la filière solaire mis en place par le secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, la commission solaire du Syndicat des énergies renouvelables (SER) (Soler), a émis une série de propositions.
Elisabeth Ayrault est reconduite à la présidence du directoire de CNR
Elisabeth Ayrault est reconduite à la présidence du directoire de CNR
Elisabeth Ayrault a été reconduite dans ses fonctions de présidente du directoire de la Compagnie nationale du Rhône (CNR), par décret du président de la République le 16 juillet dernier.
Le Muséum national d'histoire naturelle s'engage dans la rénovation énergétique de ses bâtiments
Le Muséum national d'histoire naturelle s'engage dans la rénovation énergétique de ses bâtiments
Le Muséum national d'histoire naturelle et la Banque des territoires ont signé une nouvelle convention destinée à consacrer les économies obtenues par les gains de performance énergétique dans un fonds dédié à la rénovation énergétique des bâtiments.
Le SER et Synergie solaire en partenariat pour l’accès à l’énergie
Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et le fonds de dotation Synergie solaire ont annoncé avoir signé un accord de partenariat, afin de soutenir les actions menées à l’international dans le cadre de projets utilisant l’accès à l’énergie comme levier de développement.
PPE : accélérer la transition énergétique et en faire ruisseler les bénéfices
PPE : accélérer la transition énergétique et en faire ruisseler les bénéfices
« Transition écologique et solidaire » : l’intitulé du ministère sonne particulièrement juste, à l’issue du débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie.
Eolien terrestre : les professionnels dénoncent une situation de blocage administratif
Eolien terrestre : les professionnels dénoncent une situation de blocage administratif
L’association porte-parole des professionnels de l’énergie éolienne, France énergie éolienne (FEE), interpelle le gouvernement autour d'un blocage administratif des projets éoliens.
PPE : un débat public mené avec peu de moyens et une méthode confuse
PPE : un débat public mené avec peu de moyens et une méthode confuse
Le débat sur la programmation pluriannuelle de l’énergie est le premier consacré à une politique nationale - et non à un projet d’équipement.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Salon Amiante
12 Septembre 2018
Salon Amiante
Artibat
24 Septembre 2018
Artibat
Cycl'eau
3 Octobre 2018
Cycl'eau
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.