Menu

Mobilité

Total autorisé à convertir la raffinerie de la Mède en bio-raffinerie

Partager :
     
Total autorisé à convertir la raffinerie de la Mède en bio-raffinerie
Par Eva Gomez, le 16 mai 2018
Ce mercredi 16 mai, le préfet de la région PACA a autorisé la reconversion de la raffinerie de la Mède dans les Bouches-du-Rhône (Total), en bio-raffinerie. Cette autorisation prévoit l’encadrement de l’usage des matières premières utilisées, en particulier de l’huile de palme.

« Ce projet de bio-raffinerie permettra de produire du biodiesel de type HVO (hydrotraitement des huiles végétales) qui est une alternative aux carburants traditionnels d’origine fossile permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’avancer vers la sortie des énergies fossiles », explique le ministère de la transition écologique, ce mercredi 16 mai, dans un communiqué. Ce projet développé en 2015, prévoit le maintien de 250 emplois (sur 500) sur la plateforme de la Mède, « en réduisant l’utilisation de produits pétroliers et les nuisances induites par la plateforme ». Ce qui devrait permettre de diminuer les émissions de CO2 de 75 %, les émissions de dioxyde de soufre de 93 %, les émissions de poussières de 98 % et les émissions de composés organiques volatils (COV) de 45 %.

Mais le ministère a également intégré l’impact du biodiesel sur l’environnement et les forêts dans l’arrêté qui encadre ce projet de reconversion. « Le projet de la Mède doit donner la priorité au recyclage des huiles usagées, et dans ce cadre l’Etat a fixé à Total l’objectif d’utiliser au moins 25 % de matières premières issues du recyclage des huiles (huiles alimentaires usagées, graisses animales, distillats d’acide gras), avant d’autoriser la mise en service de la bioraffinerie », est-il précisé. Dans un premier temps, « une part importante de l’approvisionnement de la bio-raffinerie proviendra dans un premier temps d’huiles végétales brutes (palme, colza, soja …) », souligne le ministère, d’où l’obligation d’utiliser des huiles « répondant aux critères de durabilité fixés par la Commission européenne ». Enfin, le gouvernement demande à Total de diminuer autant que possible son approvisionnement en huiles végétales (et notamment d’huile de palme), « afin de consommer des quantités inférieures aux 450.000 tonnes que l’usine est autorisée à utiliser ».

Total envisage un approvisionnement annuel en huile de palme de 300.000 tonnes maximum

Dans la foulée, Total a précisé que la future bio-raffinerie « disposera d’une capacité de traitement annuel de 650.000 tonnes » d’intrants, répartis comme suit : 60 à 70 % d’huiles végétales brutes (colza, tournesol, soja, palme, maïs etc.) et 30 à 40 % de graisses animales, d’huiles alimentaires usagées et d’huiles résiduelles. Le géant pétrolier affirme prendre « l’engagement de limiter l’approvisionnement en huile de palme brute à un volume inférieur à 50 % des volumes de matières premières qui seront traitées sur le site, soit au plus 300.000 tonnes par an ». Ceci en faisant la promotion d’un label de certification durable auprès de l’Union européenne. Cette bio-raffinerie devrait produire environ 500.000 tonnes de biodiesel par an.

Incertitudes sur l’approvisionnement et potentielle interdiction de l’utilisation d’huile de palme en Europe

Mais pour l’association « Les amis de la Terre », l’État, via cette décision « souffle le chaud et le froid ». L’ONG fait ici référence aux propos tenus par le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, ce mercredi 16 mai sur RMC, et selon lesquels l’Europe interdirait dans les années à venir, l’utilisation d’huile de palme. Le coordinateur des campagnes des « Amis de la Terre », Sylvain Angerand souligne que « Total évoque maintenant un plafonnement à 300.000 tonnes d’huile de palme brut, ce qui est colossal. A cela, il faut ajouter les distillats d’huile de palme que Total essaye de présenter comme des résidus. Total deviendrait le premier importateur français d’huile de palme. Aucune certification ne peut garantir que ce projet n’entraînera pas de déforestation comme l’a reconnu la Cour des Comptes Européenne ». Sylvain Angerand fait référence à un rapport de la Cour des comptes sur le système de certification des biocarburants durables de l’Union européenne, publié en 2016. Dans celui-ci, la Cour des Comptes rappelle notamment qu’en 2014, « la Commission a pris acte du fait que les régimes volontaires n’apportaient pas d’éléments de preuve suffisants en ce qui concerne l’origine des déchets (…) ce qui signifie que depuis les premières décisions de reconnaissance de régimes volontaires en 2011, et jusqu’en 2014 au moins, des biocarburants considérés comme produits à partir de déchets et, de ce fait, comptant double pour la réalisation des objectifs nationaux, ont été certifiés sans que l’origine des déchets ait été valablement vérifiée ».

De fait, « les Amis de la Terre » s’inquiète du risque que Total refuse de rendre public son plan d’approvisionnement, « notamment sa liste de fournisseurs ». L’ONG ainsi que la CGT demandent donc au gouvernement de « forcer Total à revenir à la table des discussions », afin de présenter un plan qui prendrait en compte la potentielle interdiction de l’utilisation d’huile de palme en Europe : « C’est aujourd’hui la pérennité même du site de la Mède qui est en jeu (…) La Mède pourrait être demain un laboratoire pour penser la reconversion industrielle plutôt que de s’entêter dans un projet à contre-sens de l’Histoire », conclut l’ONG.
Raffinerie de La Mède / Crédit : Total
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier S'inscrire
Ou à l'adresse :
contact@environnement-magazine.fr
Les plus lus
En partenariat avec
À lire également
Essence renouvelable : Global bioenergies et Audi renouvellent leur partenariat
Le 12 juillet dernier, Global bioenergies et Audi ont renouvelé leur partenariat, pour le développement de nouveaux mélanges d’essence renouvelable.
Forsee Power fournira les batteries des nouveaux bus électriques d’Alstom
Forsee Power fournira les batteries des nouveaux bus électriques d’Alstom
Le groupe Alstom et le fabricant français de batterie Forsee Power ont annoncé le 18 juillet dernier, une collaboration : Forsee Power fournira les batteries des bus électriques Aptis.
Mobilité : le gouvernement présente son plan antipollution
Mobilité : le gouvernement présente son plan antipollution
Ce vendredi 20 juillet, le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, et la ministre chargée des transports Elisabeth Borne, ont dévoilé les mesures en faveur de la mobilité propre et de la qualité de l’air contenues dans la loi d’orientation des mobilités.
Mobilité électrique : des bornes de haute puissance s’installent sur les autoroutes A10 et A11
Mobilité électrique : des bornes de haute puissance s’installent sur les autoroutes A10 et A11
Jeudi 26 juillet, Vinci autoroutes a annoncé que grâce à son partenariat avec Ionity et le groupe EG, deux aires d’autoroutes seront équipées de chargeurs de véhicules électriques, capables d’effectuer une recharge complète en moins de vingt minutes.
Le covoiturage de proximité trace sa route dans le Rhône
Le covoiturage de proximité trace sa route dans le Rhône
Lancé en 2017, le service de covoiturage courte-distance déployé dans la Communauté d’Agglomération de l’Ouest Rhodanien, Covoit’ici, a séduit plus de 200 personnes.
Vélib’ 2 : le retard de déploiement semble avoir profité au marché du vélo personnel
Vélib’ 2 : le retard de déploiement semble avoir profité au marché du vélo personnel
Une étude publiée par l’Ademe s’intéresse à l’impact des difficultés de déploiement du nouveau vélo en libre-service parisien, sur le marché du vélo de la capitale.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Salon Amiante
12 Septembre 2018
Salon Amiante
Artibat
24 Septembre 2018
Artibat
Cycl'eau
3 Octobre 2018
Cycl'eau
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.