Menu

Pollutions

L’Anses et Atmo France lancent une campagne de mesure des pesticides dans l’air

Partager :
     
L’Anses et Atmo France lancent une campagne de mesure des pesticides dans l’air
Par Eva Gomez, le 30 novembre 2017
Afin d’améliorer les connaissances sur les pesticides dans l’air et la phytopharmacovigilance, l’Anses et Atmo France vont lancer dès 2018, une campagne exploratoire à échelle nationale. L’objectif : mesurer l’exposition des populations aux pesticides, leurs effets sur les écosystèmes et définir une stratégie nationale de surveillance.

Dès 2018, les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) vont lancer une campagne nationale de mesure des pesticides dans l’air, qui s’appuie sur les recommandations de l’Anses. La campagne concernera 90 substances prioritaires, « identifiées en fonction de leur présence avérée dans l’air et de leur potentiel danger, en France métropolitaine comme dans les régions d’outre-mer », indique Atmo France, la fédération des AASQA. La convention et l’accord-cadre relatifs à cette campagne de mesure des pesticides dans l’air ont été signé mardi 28 novembre par l’Anses, Atmo France et le ministère de la transition écologique et solidaire.

Cette campagne entre dans le cadre de l’arrêté du 10 mai 2017 établissant le plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prepa) pour la période 2017-2021, qui prévoit d’évaluer et de réduire la présence des pesticides dans l’air. « Le retour d’expérience de cette campagne exploratoire permettra de définir potentiellement une stratégie nationale de surveillance en la matière », précise Atmo France. Elle permettra d’évaluer l’exposition moyenne des populations aux pesticides et d’identifier les situations de surexpositions, ou encore « de faire la part des choses entre les différentes expositions (air, eau, alimentation, contact) pour chacune des substances ». Les AASQA « collectent depuis près de 20 ans des données sur les concentrations en pesticides dans l’air ambiant », rappelle Atmo. « Ces premières campagnes territoriales ont permis de mettre en évidence la présence de pesticides dans l’air près des zones agricoles comme dans les villes, ainsi que de montrer que l’exposition par la voie aérienne représente une composante importante dans l’exposition totale aux pesticides ». Il s’agit donc avec cette nouvelle campagne, de systématiser la surveillance.

Fipronil, chlordécone ou glyphosate

Les 90 substances qui feront l’objet de cette campagne ont été listées par l’Anses en septembre dernier, dans un avis intitulé « Proposition de modalités pour une surveillances des pesticides dans l’air ambiant ». Parmi elles, le fipronil, le propyzamide, le chlordécone ou encore le chlorothalonil, et des substances « dont la pertinence de la surveillance est à confirmer avec les données de la campagne exploratoire ». C’est le cas du glyphosate, de l’aldrine, ou du glufosinate par exemple. Au-delà de la future campagne exploratoire, Atmo rappelle que l’Anses « pilote un dispositif de phytopharmacovigilance (PPV), dont les AASQA sont partenaires et qui vise à mieux connaître et évaluer les effets indésirables des pesticides sur la santé des écosystèmes ». Ce PPV a pour but d’analyser les données collectées par un réseau de surveillance. Pour les compléter, le PPV prévoit la réalisation d’études ponctuelles. Enfin, le dispositif comprend « le signalement spontané à l’Anses par les producteurs et utilisateurs de pesticides de toute information relative à un incident, accident, effet indésirable d’un pesticide ». Cette surveillance commune permettra de détecter les signes avant-coureurs des effets de ces produits sur la santé des abeilles notamment, afin de prendre les éventuelles mesures de prévention ou de limitation des risques au plus vite. 

Le protocole de suivi de la présence de pesticides dans l’air sera élaboré conjointement entre l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) et les AASQA. « La fiscalité sur les pesticides finance la majorité de cette campagne (via l’ANSES), l’autre partie de financement étant assurée via les crédits annuels du Ministère de la transition écologique et solidaire aux AASQA », indique Atmo France.
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
En partenariat avec
À lire également
Qualité de l'air : Bruxelles renvoie la France devant la Cour de justice de l'UE
Qualité de l'air : Bruxelles renvoie la France devant la Cour de justice de l'UE
La Commission européenne renvoie, ce jeudi 17 mai, la France devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour le non-respect des normes européennes de qualité de l'air.
Le champion du monde de FE nommé porte-parole de l’ONU pour la qualité de l’air
Le champion du monde de FE nommé porte-parole de l’ONU pour la qualité de l’air
Lucas Di Grassi devient « Défenseur de l’air pur » auprès du Programme des Nations-Unies pour l’environnement.
Poissy inaugure le premier puits de carbone urbain pour purifier l’air
Poissy inaugure le premier puits de carbone urbain pour purifier l’air
Mardi 22 mai, la Ville de Poissy a inauguré le premier puits de carbone urbain, fruit d’un partenariat entre Suez et Fermentalg.
Selon une étude, les cours d'eau intermittents participent aux émissions globales de CO2
Selon une étude, les cours d'eau intermittents participent aux émissions globales de CO2
Les cours d’eau intermittents participeraient aux émissions globales de CO2, selon une étude menée par l’Irstea et 94 partenaires internationaux et publiée le 21 mai dernier dans la revue Nature Geoscience.
L’Inserm affirme que la pollution atmosphérique a un impact sur la santé des fœtus
L’Inserm affirme que la pollution atmosphérique a un impact sur la santé des fœtus
L’exposition des femmes enceintes aux particules fines serait néfaste pour les fœtus.
Pollution de l’air et mobilité : Paris, mauvaise élève européenne
Pollution de l’air et mobilité : Paris, mauvaise élève européenne
D’après un classement sur la pollution de l’air et la mobilité dans 13 villes européennes, dévoilé ce mardi 22 mai par Greenpeace, Paris (classée septième) a encore beaucoup d’efforts à faire pour améliorer la qualité de l’air et réduire la place de la voiture dans ses rues.
Des « résultats encourageants » pour le recensement participatif des odeurs du port de Bonneuil-sur-Marne
Des « résultats encourageants » pour le recensement participatif des odeurs du port de Bonneuil-sur-Marne
Airparif et Haropa-Ports de Paris viennent de dévoiler le bilan du recensement participatif des odeurs autour du port de Bonneuil-sur-Marne.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Carrefour International du Bois
30 Mai 2018
Carrefour International du Bois
Congrès du SNED
1er Juin 2018
Congrès du SNED
Smarter Energies
5 Juin 2018
Smarter Energies
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.