Menu

Territoires

Feuille de route de l’économie circulaire : Amorce réagit à la synthèse des ateliers et formule ses propositions

Partager :
     
Feuille de route de l’économie circulaire : Amorce réagit à la synthèse des ateliers et formule ses propositions
Par Eva Gomez, le 2 février 2018
Alors que la synthèse des ateliers de la feuille de route de l’économie circulaire a été présentée mi-janvier, l’association des collectivités territoriales, Amorce, dresse son propre bilan et reformule ses propositions.

D’après l’association Amorce, « rien de révolutionnaire » n’a été formulé dans la synthèse gouvernementale des ateliers de la feuille de route de l’économie circulaire. Lors d’une conférence de presse organisée le mercredi 24 janvier, l’association a martelé ses propositions principales : Tout d’abord, Amorce souhaite la création d’une obligation d’incorporation de matières recyclées dans la conception des produits, via l’établissement d’un quota. En effet, la synthèse de la feuille de route de l’économie circulaire évoque la nécessité de « favoriser » et « développer » l’incorporation de matières recyclées, sans toutefois suggérer d’obligation. Pour le délégué général d’Amorce, Nicolas Garnier, il s’agit de « provoquer une responsabilisation générale des metteurs sur le marché », et d’opérer un « changement de conception des produits et des emballages ». Dans la même logique, l’association suggère la création d’un malus pour les nouveaux matériaux mis sur le marché sans avoir fait l’objet d’une expertise préalable, « afin d’éviter de reproduire ce qui s’est passé avec le PET opaque », rappelle Nicolas Garnier. « La crise du PET opaque montre que la question de la fin de vie du produit n’est pas posée à la mise sur le marché », souligne-t-il. Pour l’association, il faudrait donc taxer la mise sur le marché de produits non recyclables, « jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée ». La synthèse des ateliers entend quant à elle, « favoriser l’engagement volontaire ».

Amorce propose donc de « limiter les résines utilisées dans les produits en plastique » et de « créer une TGAP amont sur les produits non recyclables et de créer une TVA incitative à 5,5 % sur les produits intégrant du plastique recyclé ». A noter que l’idée de TGAP amont est formulée dans la synthèse, sans toutefois préciser de chiffres.

Responsabiliser l’ensemble des acteurs de l’économie

Mais l’association a indiqué que lors des ateliers, « la concertation a laissé peu de place aux représentants des collectivités responsables de la gestion des déchets, qui étaient largement minoritaires face aux représentants du monde économique ». Au regret des collectivités, « la seule mesure structurante, chiffrée et présentée avec un calendrier, consiste à augmenter très fortement les taxes sur le stockage et la valorisation énergétique des déchets ». Amorce rapporte que la proposition évoquée lors des débats prévoit une augmentation de la taxe sur l’enfouissement à 80 euros/tonne d’ici à 2025 (contre 40 euros/tonne aujourd’hui). « Il est également proposé de supprimer la plupart des modulations actuellement en vigueur pour cette taxe, qui permettent à des installations de bénéficier de taux réduits si elles respectent certaines normes environnementales ou valorisent le biogaz par exemple », souligne l’association. « On a embarqué les collectivités vers des taux de recyclage important, mais aujourd’hui, on ne garantit pas la recyclabilité des matériaux », regrette Nicolas Garnier.

« En l’état, Amorce s’oppose donc fermement à toute augmentation de la TGAP, tant que des garanties supplémentaires n’auront pas été apportées concernant la mise en œuvre d’un pacte fiscal responsabilisant l’ensemble des acteurs de l’économie », conclut l’association.

Une REP insuffisante pour l’extension des consignes de tri

Par ailleurs, Amorce estime que « la compréhension du sujet du recyclage auprès des consommateurs a été totalement ratée ». L’association salue l’extension des consignes de tri généralisées à tous les emballages plastiques d’ici 2022 prévue par la loi de transition énergétique, qui simplifierait le geste de tri. Mais pour aller vers « une poubelle unique », le président d’Amorce, Gilles Vincent, souligne l’urgence d’investir dans la modernisation et l’équipement des centres de tri, qui « aujourd’hui, ne sont pas équipés ». Amorce rappelle qu’ « entre 2011 et 2016, deux phases d’expérimentation et de déploiement de l’extension des consignes de tri ont été engagées par Eco-Emballages (aujourd’hui Citeo) ». Elle concernait 25 % des installations de tri en fin 2016. Pour Amorce, les soutiens financiers versés par Citeo dans le cadre de la Responsabilité élargie des producteurs (REP), à hauteur de 190 millions d’euros, ne sont pas suffisants : « il faudrait 1 milliard d’euros pour moderniser les centres de tri », indique Gilles Vincent. Par ailleurs, ces mesures demanderaient, selon l’association, une évaluation précise des différents gisements de déchets plastiques, qui n’est actuellement pas fournie. Enfin, « le premier atelier a mis en évidence que la loi n’était pas appliquée », explique Nicolas Garnier. Les contrôles et sanctions, notamment concernant les déchets du BTP et l’obligation du tri 5 flux dans les entreprises, n’étant pas suffisants.

« On attend des chiffres clairs sur la proposition de TGAP amont, la REP, et des contrôles fréquents sur les principales applications », conclut Amorce.
Pixabay
À lire également
Avec le projet Boréal, des bactéries renforcent les digues
Avec le projet Boréal, des bactéries renforcent les digues
Depuis début 2014, la Compagnie nationale du rhône (CNR) développe avec la société Soletanche Bachy, un projet de démonstrateur de bio-renforcement d'ouvrages en remblais.
Nicolas Hulot annonce les défis à relever pour les territoires littoraux
Nicolas Hulot annonce les défis à relever pour les territoires littoraux
Jeudi 25 janvier, le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, a réuni le Conseil national de la mer et des littoraux, dans le but « d’associer les acteurs et les élus locaux à la politique maritime du gouvernement ».
Fessenheim : le comité de pilotage de la reconversion du site est installé
Fessenheim : le comité de pilotage de la reconversion du site est installé
Annoncé pour le 18 janvier, le comité de pilotage pour engager la transition sur le site nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), a finalement été installé ce vendredi 19 janvier par le secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu.
Les habitants de cinq régions appelés à co-financer un projet de 31 centrales solaires sur bâtiments agricoles
Les habitants de cinq régions appelés à co-financer un projet de 31 centrales solaires sur bâtiments agricoles
La plateforme de financement participatif Wiseed et Irisolaris lancent un projet CRE 4 pour l’installation de centrales photovoltaïques sur 31 bâtiments agricoles, dans cinq régions métropolitaines.
Stratégies maritimes de façade : des ateliers et une concertation publique pour les citoyens
Stratégies maritimes de façade : des ateliers et une concertation publique pour les citoyens
Jusqu'au 25 mars prochain, les Français sont invités à participer à l'élaboration des futures stratégies pour la mer et le littoral, via des ateliers citoyens ainsi qu'une concertation publique en ligne.
La proposition de loi pour le développement durable des territoires littoraux, adoptée en commission au Sénat
La proposition de loi pour le développement durable des territoires littoraux, adoptée en commission au Sénat
La proposition de loi sénatoriale relative au développement durable des territoires littoraux a été adoptée le mercredi 24 janvier, par la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat.
Risques sismiques et gravitaires, géothermie : signature d'un accord de partenariat entre le BRGM et le Cerema
Vendredi 16 février dernier, la Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et le Cerema, ont signé un accord-cadre de partenariat autour des risques sismiques et gravitaire et de la géothermie. .
Economie circulaire : un appel à projets dans le Grand Est
La Région Grand Est et l’Ademe, en partenariat avec l’agence de l’eau Rhin-Meuse, lancent un nouvel appel à projets sur le thème de l'économie circulaire auprès des entreprises, fédérations d’entreprises, chambres consulaires ou associations représentant des entreprises.
La ville de Nancy va élaborer une feuille de route participative pour sa transition écologique
La ville de Nancy va élaborer une feuille de route participative pour sa transition écologique
De février 2018 à février 2019, la ville de Nancy (Lorraine) propose à ses habitants et acteurs territoriaux de co-construire une feuille de route de transition écologique à l'horizon 2030.
Orléans métropole valide le schéma directeur 2030-2050 de son PCAET
Orléans métropole valide le schéma directeur 2030-2050 de son PCAET
Le Conseil de la métropole d’Orléans a validé le jeudi 25 janvier dernier, le schéma directeur 2030/2050 de son plan Climat-air-énergie territorial.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
EnerJmeeting
8 Mars 2018
EnerJmeeting
Aquibat 2018
14 Mars 2018
Aquibat 2018
Bois Énergie
15 Mars 2018
Bois Énergie
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.