Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

L'édition 2018 des chiffres clés de la biodiversité française est publiée

Partager :
L'édition 2018 des chiffres clés de la biodiversité française est publiée
Par C.R, le 2 janvier 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
38% de chauves-souris en moins en France, en l’espace de dix ans. C’est un des chiffres clés de la biodiversité, édition 2018 désormais en ligne. 

Le Commissariat général au développement durable, l’Agence Française de la Biodiversité (AFB) et l’Observatoire National de la Biodiversité (ONB), viennent tout juste de publier les derniers chiffres clés de la biodiversité en France. Des chiffres inquiétants.

Une évolution de la biodiversité inquiétante

Concernant les espèces d’abord, l’abondance des oiseaux spécialistes c’est à dire ceux inféodés à un habitat particulier, a diminué de 22% entre 1989 et 2017. C’est même plus du tiers ( -38%) pour les populations de  chauves-souris entre 2006 et 2016. Autre constat : parmi les espèces évaluées dans la liste rouge national, 26% d’entre elles sont éteintes ou menacées en France au 1er avril 2018. Du côté des habitats et milieux naturels, un léger mieux, 44,2% des eaux de surface sont en bon état contre 43% auparavant. En revanche, le recouvrement en corail vivant a diminué dans 29% des stations suivies, d’après le dernier bilan établi en 2017. 

Des pressions persistantes

La destruction des milieux naturels se poursuit. Entre 2006 et 2015, 65.758 hectares ont été artificialisés chaque année en moyenne en France. De même, la vente de produits phytosanitaires a augmenté de 12% en 2014-2016. Les pollutions continuent elles aussi de peser sur la biodiversité même si il y a du mieux : la pollution des cours d’eau par les nitrates et les orthophosphates a diminué respectivement de 11% et 50% entre 1998 et 2016. En revanche, la part des espèces exotiques envahissantes reste inchangée. En 2016, 60% des espèces les plus envahissantes ( la Liane papillon à La Réunion, l’Iguane vert en Martinique et en Guadeloupe etc..) au monde étaient encore présentes dans les outre-mer. 

Une volonté de préserver de plus en plus forte

Les citoyens sont de plus en plus nombreux à agir pour préserver la biodiversité. Pour preuve, entre 2011 et 2017, le nombre de français engagés dans les sciences participatives a augmenté de 154%.
Autre point positif : les moyens financiers affectés à la préservation de la biodiversité augmentent également. En 2015, la dépense nationale totale avoisinait 2,1 milliards d’euros contre 1,2 milliard d’euros en 2000, soit une augmentation de 75%.

Enfin, sur le terrain, les initiatives se multiplient. La part du territoire national concerné par un schéma d’aménagement intégrant les enjeux de biodiversité est passé par exemple de 19 % en 2016, à 24% fin 2017. En revanche, les aires protégées terrestres couvrent toujours moins de 1,5 % du territoire en protection forte. Quant aux aires marines protégées, toutes catégories confondues, pas de progression depuis l’an dernier : 22,3 %, dotées pour leur très grande majorité (98,5 %) d’un plan de gestion durable moins de trois ans après leur création.
Pixabay
Retrouvez toute l'information "biodiversité" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Ça m'énerve : la pollution visuelle

Dans ce second numéro d’Environnement TV, Agnès Breton s’attaque à la pollution visuelle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Le nouveau rapport du Giec alerte sur l'état de l'océan et de la cryosphère
Le nouveau rapport du Giec alerte sur l'état de l'océan et de la cryosphère
Le Giec publie ce mercredi 25 septembre, un nouveau rapport sur l'état de l'océan et de la cryosphère. Les experts tirent la sonnette d'alarme et en appellent à une action urgente à l'échelle mondiale afin de préserver ces « éléments indispensables de la vie sur Terre ».
Le plancton pourrait avoir du mal à s'adapter au changement climatique
Le plancton pourrait avoir du mal à s'adapter au changement climatique
Selon de nouveaux résultats fournis dans le cadre de la mission Tara Oceans, la diversité et les fonctions des espèces planctoniques dans l'océan, changent selon la latitude. Ces espèces pourraient être fortement impactées par le changement climatique.
Un appel à projets européen pour la biodiversité ultramarine
Un appel à projets européen pour la biodiversité ultramarine
Du 18 novembre au 16 décembre prochains, l'Agence française pour la biodiversité (AFB), la Commission européenne et IUCN International, vont lancer un appel à projets pour la biodiversité ultramarine.
[Vidéo] Les forêts face au réchauffement climatique
[Vidéo] Les forêts face au réchauffement climatique
Pour ce second numéro d’Environnement TV, Anthony Laurent s’est rendu dans le Morvan, dans la forêt du Mont-Beuvray. Géré par l’Office national des forêts (ONF), le domaine est déjà victime du réchauffement climatique. Vous découvrirez également l’interview croisée des présidents de l’ONF et de Fransylva.
Biodiversité : le futur quartier Nanterre Coeur Université est récompensé
Biodiversité : le futur quartier Nanterre Coeur Université est récompensé
Bouygues Immobilier et Paris La Défense ont obtenu le label Biodivercity Ready pour le quartier Nanterre Coeur Université.
L'Ifremer développe de nouvelles balises pour étudier les comportements des tortues marines
L'Ifremer développe de nouvelles balises pour étudier les comportements des tortues marines
L'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) développe une nouvelle génération de balises afin de suivre deux espèces de tortues dans l'ouest de l'océan Indien.
Des chercheurs mesurent les conséquences du réchauffement climatique à 4000 mètres de profondeur
Des chercheurs mesurent les conséquences du réchauffement climatique à 4000 mètres de profondeur
Le CNRS, l'Ifremer et l'Université de Bretagne Occidentale (UBO), ont publié dans Journal of geophysical research, les résultats de mesures effectuées jusqu'à 4.000 mètres de profondeur dans l'Atlantique Nord.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Concepteur Vendeur (H/F)
- Responsable gestion des réseaux
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Ingénieur Conception Electronique Analogique F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.