Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] La végétalisation dans les villes : solution efficace pour réduire les conséquences du changement climatique

[Tribune] La végétalisation dans les villes : solution efficace pour réduire les conséquences du changement climatique
Par Yannik Beix, directeur de Sopranature chez Soprema, le 4 février 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, le directeur de Sopranature chez Soprema, Yannik Beix, revient sur les bienfaits de la végétalisation du bâti pour la biodiversité et le confort thermique notamment. Pour lui, "le bâtiment est un allié contre le réchauffement urbain".

L’accélération des enjeux environnementaux nous conduit aujourd’hui à modifier notre attitude
, à nous mobiliser plus ouvertement en changeant rapidement et concrètement nos méthodes de construction. En effet, le bâtiment est responsable, en France, de près de 45 % de la consommation énergétique et de 25 % des émissions des gaz à effet de serre.

Le bâtiment est un allié contre le réchauffement urbain. Chez Soprema, nous avons programmé un plan baptisé « Le Futur a commencé », qui vise à promouvoir l’utilisation de solutions durables en neuf comme en rénovation. Un large volet est consacré à la biodiversité, car la réintégration de la nature en ville représente à plusieurs titres un véritable atout.

La nature dans le bâti est possible et plus que souhaitable. Les espèces animales et les plantes sont menacées par l’urbanisation, nous devons donc les aider à coloniser nos villes encore trop minérales. La végétalisation urbaine offre un berceau à cette biodiversité dont nous avons besoin. Loin d’être seulement esthétiques les solutions pour reverdir les villes comme la végétalisation extensive, l’agriculture urbaine ou les murs végétalisés, représentent de véritables atouts pour lutter contre le réchauffement climatique, gérer les eaux de pluie et améliorer la qualité de l’air. Ces solutions qui permettent la réintégration de la nature répondent concrètement aux aspirations environnementales, techniques et esthétiques des sociétés urbaines contemporaines.

La majorité des toits ou façades demeurent encore très peu exploitée en France. Nous devons rendre ces surfaces « actives », en y installant, par exemple, des systèmes de végétalisation qui recréent un lien avec la nature tout en apportant des fonctions supplémentaires d’efficacité énergétique, de rafraîchissement et de lien social.

Par exemple, les toitures végétalisées complètent l’isolation des toits, et permettent ainsi des économies d’énergie. En effet, en plus de protéger l’étanchéité du bâtiment, elles améliorent le confort intérieur de 2 à 3°C ressenti par les usagers des bâtiments végétalisés. Le confort acoustique progresse aussi grâce aux toits végétalisés qui divisent les bruits aériens par deux. Elles sont à l’heure actuelle, le moyen le plus efficace pour réduire le phénomène d’îlots de chaleur urbains par l’évapotranspiration du couvert végétal, se produisant lors des très fortes chaleurs, malheureusement de plus en plus fréquentes.

Chez Soprema, nous proposons différentes solutions de végétalisation Sopranature adaptables à chaque projet, chaque territoire et chaque type de bâtiment. Construire mieux est dans l’intérêt de tous, tout comme la préservation de nos lieux de vie. Soprema, imagine aujourd’hui les matériaux de demain dans cette perspective. Ces solutions durables, nous les mettons à la disposition de tous les acteurs soucieux de l’impact du bâtiment sur notre environnement.
Yannik Beix, directeur de Sopranature chez Soprema / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Stratégie européenne pour les forêts : un texte insuffisant pour la préservation de l'écosystème forestier
Stratégie européenne pour les forêts : un texte insuffisant pour la préservation de l'écosystème forestier
Après son « paquet climat », la Commission européenne a déroulé vendredi 16 juillet sa nouvelle stratégie pour les forêts, qui définit le chemin à suivre pour des modes durables de gestion forestière jusqu'en 2030. Malgré son ambition, cette stratégie se heurte déjà aux critiques, en accusant « le lobby forestier conservateur » qui aurait réussi à « édulcorer le texte ».
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La France ajoute deux parcs naturels régionaux à sa liste : Doubs Horloger (Bourgogne - Franche-Comté) et Corbières-Fenouillèdes (Occitanie), deviennent respectivement les 57e et 58e membres de la grande famille des parcs.
[Dossier biodiversité/2] La LPO soutient l’action locale des entreprises en Drôme-Ardèche
[Dossier biodiversité/2] La LPO soutient l’action locale des entreprises en Drôme-Ardèche
Dans la Drôme et l’Ardèche, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes est à l’initiative de la création, en 2016, du club d’entreprises Continuum, engagé dans la protection de la biodiversité locale. Les membres financent des actions de la LPO sur leur territoire et agissent individuellement pour la biodiversité.
Les invasions biologiques menacent les oiseaux et mammifères
Les invasions biologiques menacent les oiseaux et mammifères
Une étude du Cnrs révèle que 11 % de la diversité phylogénétique mondiale des oiseaux et des mammifères, est menacée de disparition par les invasions biologiques.
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
Le « Finance for Biodiversity Pledge » tente de concilier protection de la biodiversité et finance durable. En signant cette initiative, la Banque Postale s’engage à développer une stratégie en faveur de l'environnement.
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Érosion de la biodiversité, montée des eaux, ou encore disparition des espèces... les changements climatiques s’intensifient et menacent la nature. Dans un contexte marqué par le cri d’alerte du GIEC, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), rassemble du vendredi 03 jusqu’au 11 septembre à Marseille les gouvernements et ONG au Congrès mondial de la nature.
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.