Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

BIODIVERSITÉ
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Climat-biodiversité : même méthode

Partager :
Climat-biodiversité : même méthode
Par Laurence Madoui, le 18 février 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
Il semble acquis que la COP15 sur la biodiversité débouchera sur un accord. Ce qui n’est pas forcément réjouissant, au vu de la non-réalisation intégrale des objectifs d’Aïchi (accord de Nagoya, 2010). A 20 mois du sommet qu’accueillera Kunming (Chine, novembre 2020), la démarche appliquée en amont de la COP21 sur le climat est à réactiver : engagement préalable des Etats, implication des acteurs non-étatiques et réorientation de fonds privés, pour lesquels ont plaidé les experts réunis à l’Unesco, le 15 février, par l’agence de coopération technique Expertise France.

Zéro perte nette pour les écosystèmes en 2030 : ce pourrait être l’ambition que fixera en 2020 la 15e conférence des parties (COP15) à la convention sur la diversité biologique. Mais l’affichage devra cette fois aller de pair avec l’enrôlement concret de tous ceux dont l’activité impacte la biodiversité : Etats, entreprises, autorités locales, investisseurs. Des premiers sont attendues des « contributions déterminées au niveau national » et, des acteurs non-étatiques, des engagements semblables à ceux qu’avait agrégés l’Agenda des solutions, initié un an avant la 21e COP sur le climat de 2015. « Un objectif ambitieux doit être associé au "comment faire ?", pose Laurence Tubiana1, architecte majeure de l’Accord de Paris. Qu’est-ce qu’un projet minier compatible avec les objectifs d’Aïchi ? Chacun devra venir à la COP15 avec une feuille de route avançant des dates et des procédures précises. »

Interpeller les cœurs et les portefeuilles

Pour rééditer la mobilisation qui avait précédé la COP21, Pascal Canfin invite « les scientifiques, communautés autochtones, ONG à mettre la pression ». Une charge d’autant plus décisive que la convention sur la biodiversité – non signée par Washington - n’a pas le poids politique de celle sur le climat. Chez les acteurs publics et privés, il s’agit de « sortir du business as usual, poursuit le directeur général du WWF France2. Ce qui suppose des engagements sur la production de bœuf, de soja, d’huile de palme, de coton et de caoutchouc. Car la première cause de perte du vivant est la disparition des habitats, imputable en premier lieu au système alimentaire, devant l’artificialisation des sols. »

Comme à Paris, l’enjeu sera de mobiliser les fonds privés. « Entre l’argent public disponible3 et les besoins de financement, il y a un rapport de 1 à 10, constate Gilles Kleitz, directeur du département transition écologique naturelle de l’Agence française de développement. Il va falloir aller chercher dans l’économie 90 % des financements, pour investir dans la nature et recapitaliser en ressources naturelles la planète. »


Trois temps forts paveront le chemin vers la COP15 :

- La réunion plénière de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques à l’Unesco (Paris, 29 avril - 4 mai 2019), dont le rapport « lancera le signal d’alarme, à l’instar des publications du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat », selon Yann Wehrling. L’ambassadeur délégué à l’environnement insiste sur « l’interpellation des cœurs » qui actionnera le « déclic dans l’opinion publique ». Alertant au passage sur la disparition annoncée pour 2050 des grands singes – « qui ont 99 % de gènes communs avec l’homme ».

- Le congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (Marseille, 11 - 19 juin 2020), que le diplomate envisage comme une « répétition générale de la COP ».

- L’Assemblée générale des Nations-Unies (New-York, septembre 2020), où sont attendus de premiers éléments sur l’engagement des Etats.



1 : présidente et directrice exécutive de la Fondation européenne pour le climat
2 : qui travaille, avec le président d’Axa, à la définition d’une disposition législative, calquée sur l’article 173 de la loi de transition énergétique de 2015, imposant aux investisseurs institutionnels de rendre publique l’intégration du critère biodiversité à la conduite de leurs activités.
3 : Etats, banques de développement multilatérales et régionales
Pixabay / DR
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
S'abonner
S'abonner
S'abonner
S'abonner
Du camion vert chez Volvo Trucks
Voir toutes nos interviews POLLUTEC 2018
En partenariat avec
À lire également
Journée internationale des forêts : une gestion durable face aux contraintes climatiques
Journée internationale des forêts : une gestion durable face aux contraintes climatiques
Ce jeudi 21 mars a lieu la journée internationale des forêts.
[Tribune] Effondrement mondial des insectes : un enjeu politique
[Tribune] Effondrement mondial des insectes : un enjeu politique
Cette semaine, Aleksandar Rankovic, coordinateur gouvernance internationale de la biodiversité Post-2020 à l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), revient sur l'inquiétante disparition de nombreux insectes.
L'AFB ouvre les candidatures pour les grands prix Natura 2000
Le 8 février dernier, l'Agence française pour la biodiversité (AFB) a lancé un appel à candidature pour les grands prix Natura 2000.
Le Haut-Rhin lance sa campagne annuelle de protection des batraciens
Le Haut-Rhin lance sa campagne annuelle de protection des batraciens
Le Conseil départemental du Haut-Rhin a lancé, le 28 février dernier, une campagne de protection des batraciens.
Grand Paris : un appel à projets pour la préservation de la biodiversité
Grand Paris : un appel à projets pour la préservation de la biodiversité
Le 18 février dernier, la métropole du Grand Paris et la filiale du groupe Caisse des Dépôts, CDC Biodiversité, ont lancé un appel à projets à l'attention des communes et des territoires afin de déployer le programme « Nature 2050 ».
Ile-de-France : appel à candidatures pour les territoires qui agissent en faveur de la biodiversité
Ile-de-France : appel à candidatures pour les territoires qui agissent en faveur de la biodiversité
Vendredi 22 février, l’Agence régionale de la biodiversité en Ile-de-France a lancé un appel à candidatures pour mettre en valeur leurs actions des communes et intercommunalités franciliennes en faveur de la biodiversité.
Ressources halieutiques françaises : 27% des volumes pêchés en 2018 sont issus de stocks surpêchés
Ressources halieutiques françaises : 27% des volumes pêchés en 2018 sont issus de stocks surpêchés
Selon le bilan des ressources halieutiques françaises en 2018, établi par l'Ifremer, seuls 48% des volumes pêchés en France sont issus de stocks de poissons exploités durablement et 27% sont issus de stocks surpêchés.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Sifer 2019
26 Mars 2019
Sifer 2019
Intersol 2019
26 Mars 2019
Intersol 2019
RailTech Europe 2019
26 Mars 2019
RailTech Europe 2019
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Chef de Projets Grands Comptes F/H
- Acheteur(euse) Métiers H/F
- Installateur / Installatrice en chauffage, climatisation, sanitaire et énergies renouvelables
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.