Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Biodiversité > 2020, l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées
BIODIVERSITÉ

2020, l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées

PUBLIÉ LE 22 AVRIL 2021
ABDESSAMAD ATTIGUI
Archiver cet article
2020, l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées
Les dernières températures moyennes sur cinq ans sont les plus élevées jamais enregistrées. Crédits : Pixabay
Le Service Copernicus pour le changement climatique a publié son rapport annuel sur l’état du climat. Conclusion : 2020 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées à l’échelle mondiale.

Hausse des températures, augmentation des concentrations mondiales de CO2 et des épisodes de sécheresse… Le bilan climatique de l’année 2020 est loin d’être rassurant. D’après les dernières données publiées par le Service Copernicus pour le changement climatique dans son European State of the Climate, l’année 2020 fait désormais partie des trois années les plus chaudes jamais enregistrées à l’échelle mondiale.

Selon les chercheurs, les températures annuelles supérieures à la moyenne « les plus importantes » ont été notamment enregistrées au nord de la Sibérie et dans les régions adjacentes de l’Arctique, avec des températures élevées de 6 °C au-dessus de la moyenne. Les indicateurs mondiaux montrent ainsi que les dernières températures moyennes sur cinq ans « sont les plus élevées jamais enregistrées, soit 1,2 °C au-dessus de la moyenne de 1850-1900 ».

Concernant les concentrations mondiales de dioxyde de carbone, le constat est sans appel. Les concentrations de CO2 ont augmenté de 0,6 % au cours de l’année 2020 et celles de méthane de près de 0,8 %. « Les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre de 2020 ont atteint leur moyenne annuelle mondiale la plus élevée enregistrée par le satellite du CAMS depuis sa mise en fonction en 2003 », précisent les chercheurs.

Peut-on parler d’un effet confinement ? Les données montrent tout de même que le niveau de CO2 a augmenté à un « rythme légèrement inférieur » en 2020 comparé aux dernières années. Tandis que le taux de méthane a connu une augmentation plus rapide que les dernières années. Ces variations de rythme seraient en partie expliquées par la baisse des émissions issues de l’activité humaine pendant les périodes de confinement. « Les flux accrus sur les surfaces terrestres associés à des températures chaudes ont affecté les sources de CO2 et de CH4 (méthane) », peut-on lire dans le rapport.
 
L’année la plus chaude en Europe

Les conditions météorologiques en Europe sont également inquiétantes. L’année 2020 a été la plus chaude d’au moins 0,4 °C de plus que les cinq années les plus chaudes enregistrées au cours de la dernière décennie.

L’Europe compte également l’hiver et l’automne les plus chauds jamais enregistrés. L’hiver a atteint un nouveau record à plus de 3,4 °C au-dessus de la moyenne 1981-2010, et environ 1,4 degrés de plus que le record précédent. Cet écart de saison a eu des effets néfastes sur la couverture neigeuse et la glace de mer.

De plus, dans certaines parties du nord-ouest et du nord-est de l’Europe, la transition entre « un hiver humide et un printemps sec », a eu des répercussions sur le débit des rivières, l’humidité des sols et la croissance de la végétation. Par conséquent, le débit moyen des cours d’eau en avril et mai 2020 a été le plus faible jamais enregistré depuis 1991.
 
L’Arctique atteint de nouveaux records de chaleur

Le rapport porte une attention particulière à l’Arctique qui a atteint le record de l’année la plus chaude jamais enregistrée avec une température de surface de l’air de 4,3 °C au-dessus de la moyenne de 2,2 degrés, soit 1,8 °C de plus que le précédent record.

Pendant l’été, la Sibérie arctique a également connu des conditions sèches et des incendies de forêt records.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
La pêche durable peine à s'imposer, note l'Ifremer
La pêche durable peine à s'imposer, note l'Ifremer
Retour de la nature en ville : lancement du 2e appel à manifestation d’intérêt en Ile-de-France
Retour de la nature en ville : lancement du 2e appel à manifestation d’intérêt en Ile-de-France
Visite guidée de jardins extraordinaires
Visite guidée de jardins extraordinaires
Des poissons sous observation
Des poissons sous observation
Tous les articles Biodiversité
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS