Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Biodiversité > Angers élue « meilleure commune pour la Biodiversité »
BIODIVERSITÉ

Angers élue « meilleure commune pour la Biodiversité »

PUBLIÉ LE 21 SEPTEMBRE 2022
A.A
Archiver cet article
Angers élue « meilleure commune pour la Biodiversité »
Angers s'est distinguée par la réalisation d’un inventaire participatif de ses arbres remarquables. En photo le château d'Angers. Crédit : Tango7174 / Wikimedia Commons
Dans le cadre de la onzième édition du concours « Capitale française de la Biodiversité - Thème Paysage & Biodiversité », le titre de la meilleure commune de plus de 100.000 habitants pour la biodiversité est accordé à Angers (Maine-et-Loire). 

La municipalité d’Angers récolte les fruits de sa démarche en faveur de la nature dans l’aménagement de son territoire. La ville vient de remporter le titre de « Meilleure commune pour la Biodiversité » dans la catégorie des villes de plus de 100.000 habitants de la onzième édition du concours « Capitale française de la Biodiversité - Thème Paysage & Biodiversité ». « À Angers, nous croyons au paradigme des solutions fondées sur la nature. [...] Notre travail, au quotidien, est de donner corps à cette conviction. C’est pour cette raison que je me félicite de l’obtention de ce nouveau prix qui vient récompenser nos efforts », se félicite Jean-Marc Verchère, maire d’Angers.

Le concours « Capitale française de la Biodiversité » valorise et diffuse les bonnes pratiques des collectivités engagées en faveur de la biodiversité. Les organisateurs de cet événement reconnaissent d’abord « l’héritage et le savoir-faire » d’Angers dans le domaine de l’horticulture et du paysage. « Sans renier ses traditions, la ville a su faire évoluer ses pratiques et sa vision au regard des enjeux de biodiversité et adopte une approche plus naturaliste dans la conception et la gestion des espaces végétalisés, en partenariat avec les associations et les structures locales compétentes en écologie urbaine », peut-on lire dans le rapport du concours rédigé à l’issue de la visite de terrain réalisée à Angers le 05 mai.
 
Pour sa forêt urbaine, la ville a fait le choix d’essences indigènes locales adaptées au changement climatique pour contribuer à la captation du CO2. Crédit : Ville d’Angers 

Parmi les points forts de la candidature d’Angers, les évaluateurs insistent sur la forêt urbaine du Grésillé située en plein cœur de la ville. D’une superficie de plus de 3 hectares, le boisement urbain du Grésillé a été réalisé avec de jeunes plants d’essences végétales locales adaptés au site et au sol en place. Vivier de biodiversité, captation carbone, et îlot de fraîcheur, « c’est une autre illustration de la capacité de la Ville d’Angers à tenir compte des enjeux du réchauffement climatique dans l’aménagement de son territoire », commentent-ils dans le rapport.

Protection des arbres remarquables

Angers s’est également distinguée auprès du jury par la réalisation d’un inventaire participatif de ses arbres. L’inventaire permet de compléter la connaissance des arbres remarquables présents au sein de la ville d’Angers, de renforcer leur protection dans le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), et de tester une méthode et un outil de repérage participatif.

« Un rapport et une fiche spécifique sont rédigés pour chaque arbre retenu comme arbre remarquable au sens de la définition du PLUi. Au total, 403 arbres remarquables ont été inscrits au PLUi sur la commune d’Angers, contre 88 antérieurement, (ce qui porte le total à 759 sur ALM, contre 342 antérieurement en ajoutant les 9 arbres ajoutés également sur les autres communes). Cela entraîne le renforcement des règles et offre donc une meilleure protection de ces arbres, et une modification d’autres composantes végétales (à la hausse) découlant directement de cette démarche », souligne le rapport.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
L’Ifremer et Nausicaá alertent sur les dangers de l’exploitation minière des fonds marins
L’Ifremer et Nausicaá alertent sur les dangers de l’exploitation minière des fonds marins
Un président délégué pour la Fédération des Parcs naturels régionaux de France
Un président délégué pour la Fédération des Parcs naturels régionaux de France
Dépollution : restaurer la lagune du Thau
Dépollution : restaurer la lagune du Thau
Plan loup : les règles de tirs assouplies et des indemnisations en hausse
Plan loup : les règles de tirs assouplies et des indemnisations en hausse
Tous les articles Biodiversité
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS