Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Biodiversité > Sécurité des routes et respect de la biodiversité
BIODIVERSITÉ

Sécurité des routes et respect de la biodiversité

PUBLIÉ LE 6 MAI 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Sécurité des routes et respect de la biodiversité
Crédit : CD41/N.Derré.
Pour assurer la sécurité des usagers des 3.400 kilomètres de routes dont il a la responsabilité tout en préservant la faune et la flore des accotements, le conseil départemental du Loir-et-Cher organise un fauchage raisonné des abords des routes.

Concilier sécurité et biodiversité est une priorité afin de minimiser l’impact écologique sur les milieux tout en réduisant les coûts pour la collectivité qui en a la charge. « Les bords de route sont des refuges écologiques pour les espèces animales et végétales qui leur permettent de se déplacer, se nourrir et se reproduire. Le fauchage raisonné, en limitant les surfaces fauchées et les fréquences de passage, préserve ces habitats. Il s’agit d’une approche respectueuse de l’environnement, adaptée à chaque espace, et qui réduit les interventions », rappelle Pascal Huguet, vice-président notamment chargé de l’environnement, de la biodiversité et des espaces naturels sensibles.

Un entretien indispensable
L’herbe trop haute peut constituer un danger, nuire à la visibilité de la route – notamment dans les virages et les intersections –, masquer la signalisation, empêcher l’arrêt d’urgence d’un véhicule et la circulation des piétons. Elle peut également porter atteinte au bon fonctionnement des ouvrages hydrauliques et, en période estivale, propager des incendies lorsque les automobilistes adoptent des comportements irresponsables. Le fauchage des accotements et des zones dangereuses, comme les carrefours ou les virages, est par conséquent impératif. Néanmoins, opérée de façon intensive, elle entraine l’érosion des sols, l’appauvrissement de la biodiversité locale et la disparition de nombreuses espèces.

Une technique plus respectueuse de l’environnement
Le fauchage raisonné permet de concilier les besoins des usagers, l’entretien du domaine public et le respect de la biodiversité des milieux. Ses grands principes sont :
- limiter les interventions de printemps au strict nécessaire pour assurer la sécurité des usagers et repousser le débroussaillage des fossés et des talus à l’automne afin de permettre la reproduction des espèces vivant (insectes, mammifères, oiseaux ...) sur ces milieux : en tenant compte de la croissance des plantes, faucher le plus tard possible permet de limiter la repousse et d’éviter dans la plupart des cas un second passage. L’herbe repousse en effet moins vite si on attend que l’épi soit formé ;
- limiter a minima la hauteur de coupe à 12 cm du sol, niveau qui permet de réduire la mortalité de la microfaune et de faciliter la réalisation des cycles végétatifs de la flore : le maintien de ce tapis végétal réduit l’érosion du sol, maintient une filtration naturelle des eaux de ruissellement et limite la progression des espèces invasives ;
- limiter la largeur de fauchage à une largeur d’outil (soit 1,40 m), suffisante pour délimiter le bord de la chaussée et permettre l’arrêt des véhicules et la circulation des piétons en dehors de la chaussée.

Des économies sur le matériel et une réduction de l’empreinte carbone
Cette technique permet également de réaliser des économies et de réduire l’empreinte carbone de l’opération. En effet, le fauchage trop bas induit une usure plus forte des couteaux de fauchage, des risques de casse du matériel et une surconsommation de carburant inutile.
Un partenariat avec le Muséum d’histoire naturelle du bassin parisien améliore la connaissance de la biodiversité et intègre les enjeux écologiques dans l’entretien des bords de routes.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Des ours des Pyrénées plus nombreux, mais menacés par la consanguinité
Des ours des Pyrénées plus nombreux, mais menacés par la consanguinité
Un président délégué pour la Fédération des Parcs naturels régionaux de France
Un président délégué pour la Fédération des Parcs naturels régionaux de France
La French Filature lance un premier fil de chanvre 100% français
La French Filature lance un premier fil de chanvre 100% français
Transition agroécologique : la Banque des Territoires et Cartesia Éducation investissent dans la formation des agriculteurs
Transition agroécologique : la Banque des Territoires et Cartesia Éducation investissent dans la formation des agriculteurs
Tous les articles Biodiversité
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS