Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les lauréats 2020 des Pollutec Innovation Awards

Les lauréats 2020 des Pollutec Innovation Awards
Maquette de la première unité Hynoca. © Haffner
Par A.B., le 4 décembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Organisés avec le Pexe-les écoentreprises de France, les Pollutec Innovation Awards distinguent les innovations des exposants à Pollutec offrant le plus fort potentiel marché. Pour cette édition 2020 en ligne, dix solutions ont été retenues par le jury de présélection. Après le passage devant un jury de grands comptes, les trois lauréats ont été désignés ce mercredi 2 décembre.
 
Le 1er Prix va à Haffner Energy pour sa première unité industrielle de production d’hydrogène à partir de biomasse. Spécialisée dans la valorisation énergétique de la biomasse, Haffner Energy avait présenté durant Pollutec 2018 sa technologie de production d’hydrogène à partir de biomasse et de déchets organiques. Cette solution appelée Hynoca (pour Hydrogen no carbon) associe la thermolyse et la gazéification de la biomasse pour produire de l’hydrogène renouvelable tout en piégeant le carbone. Elle est couverte par quatorze familles de brevets. Les biomasses utilisées sont essentiellement locales (rémanents de bois des industries, déchets forestiers et agricoles…). Les coproduits sont aussi valorisables : l’hypergaz trouve des débouchés dans les réseaux de chaleur et le biochar, riche en carbone, peut être utilisé en agriculture. En plus d’une production sur site grâce à des stations modulables, ce retour du carbone dans le sol et l’auto-alimentation en chaleur pour le processus de thermolyse via une partie de l’hypergaz produit permettent au procédé d’avoir une empreinte carbone neutre, voire négative. La première unité industrielle en construction à Strasbourg pour le distributeur R-GDS aura une capacité de 650 kg/jour. Elle alimentera une flotte d’une cinquantaine de bus à hydrogène à partir de 2021.
 
Le 2e Prix est attribué à Azola pour sa technologie de stockage temporaire du biométhane pour pallier les faibles demandes sur le réseau. Le Crigen, le laboratoire R&D d’Engie, a développé une technologie de stockage cryogénique tampon afin de transformer à la demande le biométhane en bioGNL. La solution LiLiBox (pour Little Liquefaction Box) s’appuie sur un procédé intégré de liquéfaction, épuration, stockage, réinjection et contrôle à distance. Elle vise à améliorer la profitabilité des sites d’injection de biométhane et à réduire les émissions de GES. Le procédé, qui fait l’objet de plusieurs brevets, combine un cycle ouvert d’azote liquide et un procédé propriétaire de purification CO2/H2O. Azola se décline principalement en un outil de flexibilité pour les producteurs de biométhane (Azola BIO) et un outil de renforcement pour les gestionnaires de réseau de distribution (Azola Grid). Avec Azola BIO sont essentiellement visées les unités de méthanisation qui injectent dans le réseau, les unités de méthanisation ne pouvant pas être connectées au réseau et les unités de cogénération agricole qui se rapprochent de la date d’expiration de leur tarif de rachat. Un démonstrateur Azola BIO a été testé avec succès sur le site de méthanisation à Epaux-Bézu de 2017 à 2019. La société Azola SAS a été créée début 2020 afin d’en lancer la commercialisation.
 
Le 3e prix est attribué à Acqua.eco pour son système de traitement et recyclage total des eaux usées des bateaux sans produits chimiques. Acqua.eco, spécialisé dans le traitement et la réutilisation de l’eau, représentant francophone de BioMicrobics, qui conçoit des technologies de gestion de l’eau décentralisées et d’assainissement, a développé le BioBarrier MarineMBR pour traiter les eaux usées à bord des bateaux. Il entend répondre à la fois aux normes de qualité de rejet de l’eau de plus en plus strictes (USCG et IMO) et permettre la réutilisation de l’eau. La chaîne de traitement simplifiée et miniaturisée développée repose sur l’ultrafiltration membranaire immergée (certification NSF/ANSI 350 pour la réutilisation de l’eau). Le BioBarrier MarineMBR est un système avec un encombrement réduit, modulaire et adaptable, qui peut traiter n’importe quel volume et s’installe dans n’importe quelle cuve (à terre, à bord ou en unité mobile). Il élimine jusqu’à 99,9 % des contaminants présents dans les eaux noires et grises, sans produits chimiques. Il en ressort une eau totalement claire, sans odeur, stérile, débarrassée des virus, bactéries et contaminants chimiques, et réutilisable. Il fonctionne automatiquement grâce à des contrôleurs intégrés, garantissant une qualité constante de l’eau traitée ainsi qu’une fiabilité et une robustesse élevées. La consommation énergétique est réduite et l’entretien limité.
 
Un Prix spécial du jury a été décerné à la start-up Toopi Organics pour son procédé microbiologique de valorisation de l’urine humaine en produit agricole. En effet, quelque 35 milliards de litres d’urine humaine seraient produits en France, nécessitant, pas moins de 200 milliards de litres d’eau potable pour être évacués. Face à ce constat, trois entrepreneurs se sont associés en 2018 pour créer une structure spécialisée dans la valorisation agricole de l’urine humaine. La jeune pousse Toopi Organics a breveté un procédé microbiologique capable d’enrichir l’urine humaine en micro-organismes d’intérêt agronomique. L’urine, riche en fertilisants NPK (azote, phosphore, potassium), est dépolluée puis convertie en biostimulants, qui favorisent l’assimilation de l’azote atmosphérique et permettent une meilleure absorption des nutriments. Selon des études menées par Bordeaux Sciences Agro et la chambre d’agriculture de la Gironde, ils sont de 30 à 110 % plus efficaces que les engrais minéraux traditionnels. De plus, ces biostimulants contribuent à diminuer les besoins en eau des végétaux, réduisant ainsi le stress hydrique.
 
Les autres concurrents en lice étaient : la startup montpelliéraine AquaTech Innovation pour ses plateformes intégrées et modulaires AquaClear de traitement des eaux usées sans apport chimique ; C4Hydro, pour son compteur intelligent de microcolonies Mica capable de donner un résultat après seulement vingt-quatre heures d’incubation sur Legionella et Alicyclobacillus dans les boissons ; Ebhys pour son ensemble de briques technologiques de contrôle continu de la qualité et de l’activité en cabines de tri de collectes sélectives ; Evea pour sa station de surveillance de la qualité de l’air alimentée par panneaux solaires Solar AQMS ; Microbia Environnement pour son service clé en main d’alerte précoce et de « météo de la qualité de l’eau » capable d’anticiper la prolifération de cyanobactéries dans les eaux douces ; Recyclamer et son Geneseas S, un robot de collecte des déchets solides et des hydrocarbures flottant à la surface des eaux, en particulier dans les ports, marinas et autres zones aquatiques.
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Décryptage] Data centers : défis techniques et enjeux environnementaux d’un marché en plein boom
[Décryptage] Data centers : défis techniques et enjeux environnementaux d’un marché en plein boom
Le marché des infrastructures de traitement et de stockage de données est en pleine expansion. Marc Troulier, expert à Engie Solutions, décrypte les défis et les enjeux des centres de données numériques.
Tuco Energie lève 14 millions d’euros pour accélérer sa stratégie de transition énergétique
Tuco Energie lève 14 millions d’euros pour accélérer sa stratégie de transition énergétique
Le groupe Tuco Energie, acteur de la rénovation énergétique en France, a annoncé une levée de fonds de 14 millions d’euros pour accélérer la transition énergétique sur le territoire.
Produrable : la transformation des modèles économiques des entreprises à l'honneur
Produrable : la transformation des modèles économiques des entreprises à l'honneur
Les troisièmes Rencontres Produrable « 100 % digital » auront lieu du 30 mars au 2 avril prochain. L'édition de cette année sera consacrée à la transformation des modèles de croissance des entreprises.
Mastercard dévoile un outil capable d’évaluer l’empreinte carbone des achats
Mastercard dévoile un outil capable d’évaluer l’empreinte carbone des achats
Mastercard vient de développer un outil permettant de calculer l'empreinte carbone des consommateurs. Celui-ci proposera également des conseils pour compenser l’activité des clients.
FiveT Hydrogen Fund : le premier fonds d’investissement pour les projets hydrogène
FiveT Hydrogen Fund : le premier fonds d’investissement pour les projets hydrogène
Lancement du fonds d'investissement mondial dédié aux infrastructures de l’hydrogène : FiveT Hydrogen Fund. Il ambitionne de lever 1 milliards d'euros. 
[Tribune] Énergies renouvelables et déséquilibre du réseau : comment réduire les coûts grâce à la data ?
[Tribune] Énergies renouvelables et déséquilibre du réseau : comment réduire les coûts grâce à la data ?
L’enjeu pour les entreprises qui vendent de l’électricité de source renouvelable est de minimiser les coûts et de réduire les erreurs de prédictions sur le marché Day-ahead. Franck Tiokeng, consultant pour le cabinet de conseil Square, évoque ainsi la data comme principal levier de réduction des coûts.
[Vidéo] Ça m'énerve ! Le retard dans le traitement des biodéchets
[Vidéo] Ça m'énerve ! Le retard dans le traitement des biodéchets
En 2024, la collecte séparée des biodéchets sera obligatoire sur l'ensemble du territoire, et force est de constater que les efforts pour y parvenir demeurent plutôt timides.
Tous les articles CLEANTECH
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.