Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Transition énergétique des bâtiments : la GTB mérite une véritable politique incitative

[Tribune] Transition énergétique des bâtiments : la GTB mérite une véritable politique incitative
Louis Vermorel, fondateur et président de Wattsense. Crédits : Wattsense
Par Louis Vermorel, le 17 juin 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Loi Climat, Loi Elan, décrets… La transition énergétique des bâtiments est largement encouragée voire menée à marche forcée par les pouvoirs publics. Parmi les leviers promus : la Gestion Technique du Bâtiment (GTB). Louis Vermorel, fondateur et président de Wattsense, explore le lien entre le développement des outils numériques des dernières années et l’essor de la rénovation énergétique.

La Gestion Technique du Bâtiment, est un dispositif électronique de contrôle et d’optimisation des flux énergétiques (air, eau, électricité) permettant de réduire la consommation globale des bâtiments. Pourtant aujourd’hui, seuls 6 % du parc immobilier du secteur tertiaire sont équipés de ce type de systèmes, et pour cause : seuls les plus grands bâtiments sautent le pas.

Une situation qui pourrait compromettre les engagements de l’Etat français en matière de baisse des gaz à effet de serre. Pour remédier à cette situation, il est donc urgent de comprendre pourquoi les plus petites surfaces affichent un tel retard et d’agir pour leur permettre de s’équiper à leur tour.
 
Un outil clé de la transition énergétique

Adoptée en 2015 par l’Assemblée nationale, la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) fixe comme objectif pour la France d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Un objectif minimal en vue de limiter la hausse des températures moyennes sous la barre fatidique des 3°C. Pourtant, entre 2014 et 2019, le secteur du bâtiment, qui représente 44 % de l’énergie consommée en France selon le ministère de la Transition écologique, a vu ses émissions de gaz à effet de serre augmenter de 11%.
 
Dans ce contexte, innover et diffuser les innovations vertes dans le domaine du bâtiment sont des missions décisives auxquelles les pouvoirs publics comme les entreprises du secteur doivent s’atteler de façon prioritaire. Parce qu’ils permettent de réduire entre 20 % et 40 % la consommation énergétique des bâtiments dans lesquels ils sont installés, les dispositifs de Gestion Technique des Bâtiment (GTB) comptent parmi les outils les plus puissants dont nous disposions pour inverser la tendance et accélérer la transition énergétique.
 
Passer de la législation à l’action
 
L’enjeu stratégique que constitue la transition énergétique des bâtiments a largement été intégré et compris par les pouvoirs publics depuis bientôt 20 ans. En 2002, déjà l’Union Européenne adoptait la Directive sur la Performance Énergétique des Bâtiments (DPEB) visant à réduire de 20% la consommation globale des bâtiments en Europe de façon à respecter les objectifs fixés par l’accord de Kyoto. Traduisant cette directive dans le droit français, le décret BACS (Building Automation & Control Systems) a quant à lui été publié au journal officiel le 21 juillet 2020 et prévoit notamment l’obligation pour les entreprises d’équiper les bâtiments tertiaires de systèmes de GTB d’ici le 1er janvier 2025. Une mesure ambitieuse et contraignante qui devrait donc porter ses fruits.
 
Malheureusement, sur un an, le taux d’équipement n’a que très faiblement progressé : seuls 6% des bâtiments du secteur tertiaire disposent d’un système de GTB. Etant donné cette faible appropriation de la loi par les professionnels, il est fort probable que, comme c’est trop souvent le cas en matière environnementale, l’échéance fixée ne soit pas respectée et laisse place à une période de coercition et d’amendes, dont on sait qu’elles sont très peu efficaces.
 
Pourquoi une progression si lente malgré le décret BACS ?

Nous savons désormais que l’incitation et la réflexion conjointe avec les professionnels sont bien plus efficaces à long terme que la punition. Or, les leviers incitatifs pouvant favoriser l’adoption de la GTB n’ont été que très faiblement mis en avant par les pouvoirs publics, notamment si on les compare aux importantes initiatives de l’Etat et des collectivités locales en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments. Pour inciter, il faut avant tout comprendre les raisons économiques à l’origine de cette résistance des professionnels du tertiaire.
 
Si 94 % des bâtiments n’ont pas encore choisi une démarche d’optimisation de leur consommation, c’est en effet principalement parce que celle-ci n’est pas perçue comme suffisamment rentable en regard des investissements qu’elle demande. Les bâtiments équipés sont pour la plupart de grandes voire de très grandes surfaces sur lesquelles les économies d’énergie réalisées sont considérables et justifient donc un effort financier. Ce qui est loin d’être le cas pour les plus petites surfaces.
 
Un ROI à court terme pour les bâtiments de toute taille

Aujourd’hui, des solutions techniques innovantes à destination des petites et des moyennes surfaces existent et sont mises sur le marché à des prix désormais abordables pour tous. Elles rompent avec les outils de GTB traditionnellement fermés dont la maintenance était jusqu’ici particulièrement exigeante.

Des innovations qui permettent aux entreprises de toutes tailles d’engager une démarche de transition énergétique de ses bâtiments et d’en espérer un retour sur investissement à très court terme. Parce qu’elles allient efficacité énergétique et rentabilité financière, ces solutions techniques constituent une part importante de la solution. Elles doivent cependant être portées par une véritable politique d’information et d’incitation auprès des entreprises.

Pour atteindre ses objectifs écologiques, la France a ainsi à sa disposition des outils extrêmement puissants. Il s’agit désormais de les populariser auprès du plus grand nombre pour qu’ils portent tous leurs fruits.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Mini-drague industrielle pour applications complexes
Mini-drague industrielle pour applications complexes
La société Dragflow fabrique des pompes submersibles et des systèmes de dragage depuis plus de 25 ans. Après les séries DRP et DRM dévoilées sur Pollutec 2018, elle lance la série DRF pour répondre au besoin de disposer de petits pontons faciles à transporter et à assembler.
[Tribune] La transformation numérique, une solution pour une reprise durable ?
[Tribune] La transformation numérique, une solution pour une reprise durable ?
La transformation numérique pourrait être la réponse aux nombreux défis environnementaux. Pour Laetitia Cousi, responsable RSE France chez Dell Technologies, cette dernière jouerait un rôle essentiel en créant une économie mondiale renforcée, durable et à l’épreuve du temps.
Un capteur innovant détecte le niveau de remplissage du contenant à déchets
Un capteur innovant détecte le niveau de remplissage du contenant à déchets
Accessibilité et économie d’énergie… La startup rennaise Heyliot a lancé sa solution Heywaste dédiée à l’optimisation de la collecte des déchets. Une plateforme numérique destinée aux petites collectivités afin de limiter les coûts de gestion associés.
Budget Our Planet évalue l'empreinte carbone via les dépenses
Budget Our Planet évalue l'empreinte carbone via les dépenses
Frais de déplacement, repas, ou encore gestion de stock... Les dépenses des entreprises et des collectivités locales sont révélatrices des émissions carbone. Budget Our Planet propose sa solution d'évaluation automatique et un accompagnement vers plus de sobriété.
Aix-Marseille-Provence ambitionne d'être un territoire de choix pour les innovations durables
Aix-Marseille-Provence ambitionne d'être un territoire de choix pour les innovations durables
Provence Promotion, l’agence de développement économique de la Métropole Aix-Marseille-Provence, invite les innovateurs internationaux à expérimenter et appliquer leurs nouveaux concepts sur le territoire.
Les revêtements de sol perméables à l’épreuve du dérèglement climatique
Les revêtements de sol perméables à l’épreuve du dérèglement climatique
Concepteur et fabricant de « systèmes de sol ouvert », l’entreprise nordiste O2D Environnement a rendu public une étude sur le comportement thermique de revêtements de sol perméables et carrossables. Une étude qui confirme la pertinence de ces systèmes pour lutter contre les phénomènes d’îlots de chaleur urbains.
Une centaine de fonds verts européens excluent les activités nocives pour la biodiversité
Une centaine de fonds verts européens excluent les activités nocives pour la biodiversité
Une récente étude de Novethic dévoile qu'un quart des fonds de gestion d'actifs européens ont recours aux politiques d’exclusions des pratiques nocives pour la biodiversité. Décryptage de cette nouvelle tendance.
Tous les articles CLEANTECH
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.