Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Cleantech > Ecoconception du numérique : l’Arcom et l’Arcep publient un guide pratique
CLEANTECH

Ecoconception du numérique : l’Arcom et l’Arcep publient un guide pratique

PUBLIÉ LE 20 MAI 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Ecoconception du numérique : l’Arcom et l’Arcep publient un guide pratique
Crédit : @AdobeStock
Les régulateurs des communications ont présenté un guide visant à réduire l’empreinte environnementale des services numériques, comme les sites web, les applications, ou les outils utilisant l’intelligence artificielle. Le référentiel s’adresse aux concepteurs, éditeurs ou fournisseurs de service numérique. 
 
Comment réduire au maximum l’empreinte environnementale de ses services numériques, dès leur conception ? L’Arcep et l’Arcom, en lien avec l’Ademe, ont présenté le 17 mai, un « référentiel général de l’écoconception des services numériques », pour encourager les concepteurs, éditeurs et fournisseurs de service numérique à s’engager dans la sobriété

Allongement de la vie des terminaux, diminution des ressources utilisées, utilisation des produits... le guide identifie 78 critères pour réduire l’empreinte environnementale des outils numériques. Chaque point est accompagné de fiches pédagogiques détaillant les étapes de mise en œuvre et la difficulté du processus.

La DINUM, la CNIL et l’INRIA ont également contribué à l’élaboration du référentiel.

Une empreinte environnementale en passe d’exploser 

Selon l’étude de l’Ademe et de l’Arcep, le numérique représente aujourd’hui 2,5 % de l’empreinte carbone en France. S’ajoutent d’autres impacts environnementaux, comme l’épuisement des ressources (métaux, minéraux...). Les terminaux, en particulier leur fabrication, représentent la majeure partie de l’empreinte environnementale du secteur.
 
Si les usages du numérique continuent de progresser au rythme actuel, et sans réduction de son empreinte environnementale, le trafic de données pourrait être multiplié par 6 d’ici 2030, et le nombre d’équipements serait en hausse de 65 % par rapport à 2020. L’empreinte carbone du numérique en France augmenterait alors de 45 % et la consommation de ressources abiotiques (métaux et minéraux), serait en hausse de 14 %. 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Innovation verte : un déclin qui interroge
Innovation verte : un déclin qui interroge
Laure Mouradian, nouvelle directrice des actions collectives et de l’innovation du CETIAT
Laure Mouradian, nouvelle directrice des actions collectives et de l’innovation du CETIAT
Tribune | « De l’influence de la pression des pneumatiques sur la comptabilité carbone…»
Tribune | « De l’influence de la pression des pneumatiques sur la comptabilité carbone…»
Lancement d’Infra2050, pôle de compétitivité dédié à la filière travaux publics et génie civil
Lancement d’Infra2050, pôle de compétitivité dédié à la filière travaux publics et génie civil
Tous les articles Cleantech
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS