Accès abonnés Voir nos offres
Menu

EAU
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Transfert des compétences eau et assainissement : les communes pourront bénéficier d’un délai jusqu’en 2026

Partager :
Transfert des compétences eau et assainissement : les communes pourront bénéficier d’un délai jusqu’en 2026
Par Eva Gomez, le 2 février 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Eau
Le 30 janvier dernier, l’Assemblée nationale a adopté en séance publique, la proposition de loi sur le transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes. Elle prévoit notamment la possibilité d’un délai supplémentaire de six ans avant le transfert automatique des compétences.

« Il s’agit d’assouplir les dispositions de la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République, la loi NOTRe, relatives au transfert obligatoire de ces compétences à l’échelon intercommunal en 2020 », a indiqué la rapporteure de la commission des lois constitutionnelles, Emilie Chalas (LREM – Isère), le 30 janvier à l’issue de l’adoption en première lecture de la proposition de loi sur le transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes. Le texte amendé précise que le transfert des compétences eau et assainissement peut s’effectuer indépendamment l’un de l’autre. Par ailleurs, alors que la loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit le transfert obligatoire dès 2020 de la compétence eau et assainissement des communes vers les communautés de communes, cette proposition de loi donne la possibilité aux communes de s’opposer au transfert automatique, et ainsi de le différer.

« Ce texte prévoit une possibilité pour les communes de s’opposer au transfert de compétences [les deux, ou seulement l’une d’elles], dès lors que 25% des communes, représentant au moins 20% de la population, s’expriment en ce sens [avant le 1er juillet 2019] », précise le groupe LREM de l’Assemblée dans un communiqué. Un aménagement rédigé pour laisser le temps aux collectivités de « trouver des solutions organisationnelles adaptées aux territoires, afin d’assurer la compétence eau et assainissement ». Le cas échéant, le transfert s’effectuera donc en 2026 au lieu de 2020. Une façon de « prolonger la période transitoire prévue par la loi NOTRe ». Emilie Chalas a toutefois souligné que « ce droit d’opposition ne doit pas conduire les communes à renoncer à préparer un projet de mutualisation de leurs moyens au sein de l’intercommunalité ». Enfin, la rapporteure a conclu sur le « maintient des syndicats ne comptant pas plus de deux EPCI – au lieu de trois » : « La stabilité des coopérations territoriales existantes sera donc assurée, qu’elles regroupent des communautés de communes ou des communautés d’agglomération », estime-t-elle.

Une mise en œuvre propre à chaque territoire ?

Ce vote de l’Assemblée a été très mal accueilli par l’Association des maires ruraux de France (AMRF) notamment. Pour cette organisation qui réunit environ 10.000 maires de communes françaises de moins de 3.500 habitants, ce texte se situe « entre enfumage et mépris confirmé pour la liberté communale ». L’AMRF écrit dans un communiqué publié le 31 janvier, que « la faculté d’opposition ne serait que temporaire avec cette modeste avancée qui consiste, plutôt que de faire confiance aux élus, à hypocritement proposer aux communes de s’opposer à un transfert automatique qui viendra quoi qu’il arriverait en 2026 ». L’association estime que la mise en œuvre de ces compétences dépend de la géologie, de la topographie et des contraintes naturelles des territoires. L’AMRF demande donc à ce que « l’échelon d’exercice de ces compétences soit laissé à l’appréciation des communes, dans l’intérêt des habitants et d’un prix raisonnable de l’eau ». Une coopération intercommunale forcée risquerait selon l’association, de « désorganiser, renchérir ou ralentir l’action de proximité que mènent quotidiennement les élus locaux ».
Pixabay
Retrouvez toute l'information eau dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Le grand format
Eau de Paris fête ses dix ans
Eau de Paris fête ses dix ans
À lire également
Gestion de l'eau : le gouvernement signe la généralisation de la méthode des projets de territoires
Gestion de l'eau : le gouvernement signe la généralisation de la méthode des projets de territoires
Mardi 7 mai dernier, les ministères de la transition écologique et de l'agriculture ont signé une instruction aux préfets pour la généralisation de la méthode des projets de territoires pour la gestion de l'eau.
Tara largue les amarres à la recherche des sources de la pollution plastique
Tara largue les amarres à la recherche des sources de la pollution plastique
Après avoir navigué à la recherche de la pollution plastique en mer Méditerranée puis sur l'océan Pacifique Nord, la goélette Tara met les voiles sur une nouvelle mission : identifier les sources de cette pollution plastique et prédire le devenir ainsi que l'impact des plastiques de la terre vers la mer.
Sécheresse : onze départements ont déjà pris des arrêtés de restriction d'eau
Sécheresse : onze départements ont déjà pris des arrêtés de restriction d'eau
Après les faibles précipitations du début d’année 2019, nombre de nappes d’eau souterraine affichent en mai des niveaux plus bas que la moyenne.
Une unité solaire de production d’eau potable par ultrafiltration
Une unité solaire de production d’eau potable par ultrafiltration
Chemdoc Water présente, ce 13 mai, Purosun, une unité mobile de production d’eau potable par ultrafiltration alimentée par des panneaux photovoltaïques.
Le groupe Claire propose des formations
Le groupe Claire propose des formations
Le groupe Claire, qui regroupe les sociétés Sainte-Lizaigne, Hydromeca et Fast, s’est doté d’infrastructures pour former ses clients acteurs de l’eau potable à la gestion des réseaux.
Annick Mièvre à la tête de l’agence de l’eau RMC à Marseille
Annick Mièvre à la tête de l’agence de l’eau RMC à Marseille
Annick Mièvre prend la direction de la délégation de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse à Marseille.
[Enquête] Hydroélectricité : la concurrence autour des barrages menace-t-elle l’eau ?
[Enquête] Hydroélectricité : la concurrence autour des barrages menace-t-elle l’eau ?
Malgré le statu quo que maintient l’Etat sur le renouvellement des concessions hydroélectriques, l’ouverture à la concurrence de l’exploitation des grands barrages interroge sur l’évolution de la gestion environnementale de la ressource et du partage des usages.
Tous les articles EAU
Appels d'offres
En partenariat avec
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Solscope
26 Juin 2019
Solscope
Novatech 2019
1er Juillet 2019
Novatech 2019
ISEFI 2019
2 Juillet 2019
ISEFI 2019
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Technicien de maintenance Hydraulique H/F
- Chef d'Equipe TP H/F
- Chargé / Chargée d'études environnement
- ASSISTANT CONTROLEUR DE GESTION F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.