Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

EAU
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Réseaux : Adour-Garonne vise un doublement du rythme de renouvellement d’ici trois ans

Partager :
Réseaux : Adour-Garonne vise un doublement du rythme de renouvellement d’ici trois ans
Par Laurence Madoui, le 21 novembre 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Eau
C’est la première mesure concrète issue des Assises de l’eau : la Banque des Territoires va prêter 800 millions d’euros aux services d’eau et d’assainissement d’Adour-Garonne. Sur le renouvellement de réseaux, l’agence de l’eau assumera les intérêts durant dix ans, dans l’objectif de déclencher un investissement de 35 millions d’euros/an sur la prochaine décennie.

Adour-Garonne illustre bien le sous-investissement dans le  renouvellement des réseaux, mis en exergue lors de la première séquence des Assises de l’eau (avril-août 2018) : les canalisations d’eau potable y sont remplacées au rythme de 0,47% par an (contre 0,58% pour la – faible – moyenne nationale) et affichent un rendement de 75,7% (contre 79,6%). Une autre comparaison s’impose : la longueur de tuyaux entre deux abonnés avoisine le double de la moyenne nationale, rendant particulièrement lourde la charge de l’investissement.

Investissements et prix planchers exigés

La combinaison des aides de l’agence de l’eau et des prêts de la Banque des Territoires (groupe Caisse des dépôts), annoncée ce mercredi 21 novembre au Salon des maires, vise à relancer la machine. Pour financer la rénovation des réseaux, les services publics d’eau et d’assainissement (SPEA) pourront contracter auprès de la banque des prêts à maturité longue (« Aquaprêts », jusqu’à soixante ans), dont les intérêts (livret A + 0,75% soit aujourd’hui 1,5%) seront pris en charge par l’agence pendant dix ans.

Sous conditions : les bénéficiaires devront engager des plans pluriannuels d’investissement, ce qui ne va pas forcément de soi dans ce bassin où les services restent très éclatés et souvent chétifs1. « Les
collectivités rurales, peu rodées à la projection, établiront un plan à horizon de cinq ans. Les syndicats départementaux (Charente-Maritime, Ariège), qui disposent déjà d’un diagnostic de patrimoine, auront une vision à dix ans », envisage le directeur de l’agence, Guillaume Choisy.  L’appui sera en outre conditionné à un prix plancher de 1,5 euro (HT)/m3 pour l’eau potable (1,92 euro en moyenne sur le bassin) comme pour l’assainissement (2 euros en moyenne). Une commune sur cinq du bassin facture l’eau potable à moins de 1,5 euro (HT)/m3 et 5% à moins de 1 euro (HT)/m3 .

Plus de 90 % de rendement dans une dizaine d’années

L’appui systématique de l’agence à la rénovation des réseaux est nouveau : sur le Xème programme (2013-2018), seuls deux appels à projets (AAP) y ont été consacrés, en 2015 et 2016. Des AAP annuels, ciblant les zones de revitalisation rurale (ZRR, 77% du bassin dont toutes les zones de montagne), cadenceront le XIème programme (2019-2024).  Le premier, concernant les réseaux d’eau, sera ouvert de janvier à septembre 2019 et doté de 5 millions d’euros. Objectifs : un investissement global dans le renouvellement des réseaux de 35 millions d’euros/an sur les dix prochaines années et, pour l’eau potable, un renouvellement de 1%/an d’ici trois ans et un rendement supérieur à 90% au-delà de dix ans.

Au total, la Banque des territoires accordera 800 millions d’euros2 de prêts aux SPEA, soit la moitié des investissements à réaliser sur le petit cycle sur le XIème programme du bassin. « Les deux-tiers de cette enveloppe seront des prêts de très longue durée et à très faible taux d’intérêt, l’autre tiers relevant de prêts classiques, notamment pour la mise aux normes des stations d’épuration en ZRR », précise Guillaume Choisy.


1.  : plus de 2.000 SPEA à l’échelle du bassin, le Lot comptant 80 syndicats d’eau, dont certains regroupent une poignée de communes totalisant moins de 500 hab.
2.  : sur les 2 milliards sur cinq ans prévus au plan national, annoncés à la clôture de la première phase des Assises.
DR
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
S'abonner
S'abonner
S'abonner
S'abonner
La motorisation à l'ère des normes antipollution
Voir toutes nos interviews POLLUTEC 2018
En partenariat avec
À lire également
Les usagers de l’eau ont leur coach
Les usagers de l’eau ont leur coach
Suez a présenté, fin janvier, ON’connect coach, une nouvelle application qui vient enrichir sa gamme de solutions numériques autour de ses compteurs d’eau communicants.
[Avis des pros] L’Aprona, un observatoire des eaux souterraines en Alsace
[Avis des pros] L’Aprona, un observatoire des eaux souterraines en Alsace
Depuis sa création en 1995, l’Association pour la protection de la nappe phréatique de la plaine d’Alsace mène des missions d’expertise et de surveillance sur la nappe phréatique d’Alsace et les aquifères du Sundgau.
Le salon Cycl'eau Bordeaux parrainé par Alain Rousset
Le salon Cycl'eau Bordeaux parrainé par Alain Rousset
Les 10 et 11 avril prochains, se tiendra le salon Cycl'eau au Hangar 14 à Bordeaux (Gironde), pour les professionnels et acteurs de l'eau du bassin Adour-Garonne.
Lacroix Group acquiert le spécialiste allemand de la télégestion SAE IT-systems
Lacroix Group acquiert le spécialiste allemand de la télégestion SAE IT-systems
Lacroix Group a annoncé ce 4 février, l'acquisition de la société allemande de télégestion SAE IT-systems.
[Enquête] Charles-Murgat anticipe l’appauvrissement des ressources naturelles
[Enquête] Charles-Murgat anticipe l’appauvrissement des ressources naturelles
Il y a cent vingt ans, la pisciculture Charles-Murtgat s’installe près des sources de l’Oron, une résurgence de la nappe de Beaufort (Isère).
Des vannes de régulation de débits « dynamiques et autonomes » comme alternatives aux bassins de rétention
Des vannes de régulation de débits « dynamiques et autonomes » comme alternatives aux bassins de rétention
Au Carrefour de l’Eau, la société F-Reg a présenté son concept de « gestion dynamique et autonome » pour les réseaux d’assainissement : des vannes de régulation de débits qui permettent d'éviter les débordements et les rejets polluants des canalisations.
[Enquête] Neige de culture à Valberg : un projet gelé
[Enquête] Neige de culture à Valberg : un projet gelé
La station de Valberg (Alpes-Maritimes) peine à définir avec l’Agence régionale de santé (ARS) la méthodologie qui cadrera la production expérimentale de neige de culture à partir d’eaux usées traitées.
Tous les articles EAU
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
DLR 2019
21 Mars 2019
DLR 2019
Sifer 2019
26 Mars 2019
Sifer 2019
Intersol 2019
26 Mars 2019
Intersol 2019
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- TECHNICIEN(NE) MAINTENANCE GAZ (H/F) La Rochelle
- Contrôleur de Gestion H/F
- Chargé / Chargée d'affaires BTP en génie climatique et énergétique
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.