Accès abonnés Voir nos offres
Menu

EAU
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Tara largue les amarres à la recherche des sources de la pollution plastique

Partager :
Tara largue les amarres à la recherche des sources de la pollution plastique
Par Eva Gomez, le 16 mai 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Eau
Après avoir navigué à la recherche de la pollution plastique en mer Méditerranée puis sur l’océan Pacifique Nord, la goélette Tara met les voiles sur une nouvelle mission : identifier les sources de cette pollution plastique et prédire le devenir ainsi que l’impact des plastiques de la terre vers la mer.

Le 23 mai prochain, la goélette de la fondation Tara Océan (ex-Tara Expéditions) prendra le large depuis le port de Lorient (Manche), pour une nouvelle mission sur trois mers et dix fleuves européens. « Nous allons nous intéresser aux flux de plastiques qui arrivent dans la mer et à l’apport des fleuves dans la pollution aux microplastiques », explique le directeur général de Tara Océan, Romain Troublé. En dix ans de recherche sur les microplastiques, la fondation Tara Océan et ses partenaires scientifiques, tels que le CNRS ou l’Ifremer, ont pu établir un constat édifiant : « 80% des déchets plastiques en mer sont d’origine terrestre et 94% d’entre eux sont des microplastiques. Nous disposons de peu de connaissances sur la dispersion et le flux de ces microplastiques », alerte Romain Troublé. Cette nouvelle mission a donc pour objectif d’identifier la source de cette pollution, mais également de comprendre son impact sur la biodiversité et d’orienter les mesures à prendre. « Nous devons comprendre d’où vient ce flux : des caniveaux, des industries ? Et par où il passe, pour pouvoir agir et l’arrêter », ajoute le directeur général de la fondation.

3 mers, 10 fleuves, 40 scientifiques, 18 escales

Pour cela, la goélette Tara parcourra jusqu’au 23 novembre prochain, les eaux des mers du Nord, Baltique et Méditerranée, ainsi que de la Tamise (Angleterre), de l’Elbe (Allemagne), du Rhin (Pays-Bas), de la Seine, de la Loire, de la Garonne (France), du Tage (Portugal), de l’Ebre (Espagne), du Rhône (France) et du Tibre (Italie). 40 scientifiques vont se relayer et 18 escales seront effectuées pour présenter le projet dans les pays traversés. Des filets seront tirés sur la surface et dans la colonne d’eau, jusqu’à 50 mètres de profondeur, afin de collecter les microplastiques. « Des prélèvements d’eau permettront de montrer les différences entre les espèces trouvées sur les plastiques avec celles vivant dans l’eau et voir leur évolution en fonction de la salinité du fleuve vers la mer », explique la fondation Tara Océan. Enfin, des cages seront disposées un mois avant l’arrivée de Tara « pour évaluer l’accumulation de polluants sur des périodes courtes et leur effet sur les organismes ». Jean-François Ghiglione, directeur scientifique de la mission et directeur de recherche au CNRS à l’observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), rappelle que « 60% des plastiques sont déjà fragmentés à la sortie des fleuves ». La mission devra donc « identifier les processus qui favorisent la fragmentation », explique-t-il. Le directeur scientifique ajoute que l’analyse de la composition des microplastiques, « devrait donner des indices sur leur source ».

« Bioaccumulation dans la chaîne alimentaire » ?

Par ailleurs, ces microplastiques ont des impacts non négligeables sur la biodiversité, et il s’agira d’observer s’ils deviennent de nouveaux habitats, s’ils peuvent être vecteurs de bactéries pathogènes pour les animaux ou les hommes, ou encore quelle est leur toxicité pour les organismes le long du gradient terre-mer. « Nous souhaitons savoir s’il y a une bioaccumulation dans la chaîne alimentaire, et quels types de plastiques ou additifs sont le plus retrouvés », souligne Jean-François Ghihlione. D’autant que, comme le rappelle Alexandra Ter-Halle, chercheur au CNRS à Toulouse, « quand le plastique vieillit dans l’environnement il devient friable et se casse en de nombreux petits morceaux invisibles à l’œil nu : les nanoplastiques, un million de fois plus petits que les microplastiques ». L’un des défis de cette mission sera de comprendre la signature chimique de ces particules nanométriques ainsi que leur impact dans les fleuves.

Agir auprès des pouvoirs publics et des industriels

Pour le directeur général de la fondation, « il s’agit d’un défi scientifique mais aussi sociétal : nous devons apporter une expertise scientifique de haut niveau, pour que les dirigeants politiques puissent prendre cet enjeu en main ». Les chercheurs soulignent déjà des avancées encourageantes. « Le plastique est désormais reconnu comme indicateur de la pollution chimique dans la directive-cadre stratégique européenne sur les milieux marins, et ce grâce à la recherche scientifique », se félicite André Abreu, directeur des relations internationales de Tara Océan. Ce dernier rappelle également que la fondation est signataire du Pacte national sur les emballages plastique, signé par treize industriels – dont Nestlé France, Danone, Unilever ou Monoprix – le 21 février 2019. « La solution est à terre et nous devons connecter les mondes de l’industrie et de la gestion des déchets à celui de la biodiversité, notamment en développant l’écoconception et en trouvant des solutions de substitutions aux additifs les plus dangereux », conclut-il.
La goélette Tara le 23 août 2009 devant Port Lay, Île de Groix / DR / Wikimedia Commons
Retrouvez toute l'information eau dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
Le grand format
Eau de Paris fête ses dix ans
Eau de Paris fête ses dix ans
À lire également
Ouverture de la première Conférence internationale de l’Unesco sur l’eau
Ouverture de la première Conférence internationale de l’Unesco sur l’eau
Ce lundi 13 mai s’ouvre pour deux jours la première Conférence internationale de l’Unesco sur l’eau au siège de l’organisation à Paris afin de faire avancer une sécurité de l’eau et une paix durables.
Une alternative innovante aux ultra-violets pour désinfecter les eaux usées
Une alternative innovante aux ultra-violets pour désinfecter les eaux usées
Pour désinfecter définitivement les eaux en sortie de l’une de ses STEP, la ville de Biarritz a fait appel à une solution innovante, alternative au traitement conventionnel par traitement ultra-violet.
[Enquête] Bioessais, un potentiel à révéler
[Enquête] Bioessais, un potentiel à révéler
L’année 2019 marquera-t-elle l’essor des méthodes biologiques pour la surveillance environnementale des eaux ? C’est en tout cas ce qu’espèrent les PME innovantes du secteur qui se rassemblent cette année au sein d’un cluster de la bioanalyse de l’eau.
[GRAND FORMAT] Eau de Paris fête ses dix ans
[GRAND FORMAT] Eau de Paris fête ses dix ans
Le 1er mai, Eau de Paris soufflera dix bougies.
Une blockchain pour protéger la transmission des données des réseaux d’eau potable
Une blockchain pour protéger la transmission des données des réseaux d’eau potable
Le spécialiste de la sécurité en matière de cryptomonnaies et de Blockchain, Ledger s’allie à Birdz, filiale de Nova Veolia, pour sécuriser la chaîne des données et assurer la confidentialité des réseaux d'eau.
Des captages d'eau potable plus sûrs
Des captages d'eau potable plus sûrs
Soval, fabricant historique de capots regards en fonte, présentait au salon Cycl'eau Bordeaux, en avril dernier, Vigi, un capot regard répondant aux préconisations du guide de l’Astee publié en 2017 sur la base des travaux de l’ARS de Basse-Normandie.
Le groupe H2D se développe
Le groupe H2D se développe
Le groupe H2D vient d’annoncer, ce jeudi 25 avril, l’acquisition en mars dernier de la société Les Préfabrications bressanes (LPB) spécialisées dans la fabrication de produits en béton dans le domaine de l’assainissement et de la voirie.
Tous les articles EAU
Appels d'offres
En partenariat avec
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Smart Energies 2019
17 Juin 2019
Smart Energies 2019
VST
18 Juin 2019
VST
Les Confs Amiante Lille
18 Juin 2019
Les Confs Amiante Lille
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Chargé d'Affaires Energie H/F
- Alternance - Ingénieur suivi de plans de gestion Eau Potable H/F
- Agent chargé / Agente chargée de protection et de sauvegarde du patrimoine naturel
- Ingénieur(e) Qualité Nucléaire F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.