Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les cours d’eau de montagne se révèlent de gros émetteurs de CO2

Les cours d’eau de montagne se révèlent de gros émetteurs de CO2
Par A.B., le 25 octobre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Poursuivant leurs travaux sur la vitesse des échanges gazeux entre les ruisseaux de montagne et l’atmosphère, des chercheurs de l’École polytechnique de Lausanne ont évalué la quantité de CO2 qu’ils rejettent, démontrant la nécessité de les inclure dans le cycle global du carbone.
 
En mars dernier, des chercheurs du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux (SBER) et de la Faculté de l’environnement naturel, architectural et construit (Enac) de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) remettait en cause, dans une étude parue dans Nature Geosciences, l’approche standard qui servait jusqu’à présent à calculer la vitesse des échanges gazeux entre les ruisseaux de montagne et l’atmosphère. Ils concluaient à une vitesse en moyenne 100 fois plus élevée que dans les modèles élaborés par les cours d’eau de plaine.
 
Åsa Horgby, doctorante au Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux de l’EPFL, entourée d’une équipe internationale, publie dans la revue Nature Communications datée du 25 octobre une étude visant à évaluer leur taux d’émission de CO2 et donc leur rôle dans le cycle global du carbone. Selon les chercheurs, « alors qu’ils ne représentent que 5% de la surface de tous les cours d’eau de la planète, ces ruisseaux pourraient être responsables de 10 à 30 % des émissions de CO2 globales annuelles de tous les réseaux fluviaux ».

Aqua incognita
 
Pour cette deuxième étude, les scientifiques se sont basés sur des données recueillis dans des ruisseaux des principales montagnes du monde. Leurs caractéristiques hydrologiques et géomorphologiques ainsi que la quantité de carbone organique dans les sols sont des exemples de paramètres qu’ils ont inclus dans leur modèle. Ce dernier permet désormais de prédire la concentration de CO2, la vitesse des échanges gazeux des ruisseaux de montagne ainsi que la quantité de CO2 émise. « Nous savons depuis quelques années que les eaux douces émettent du CO2 dans le même ordre de grandeur que les océans en absorbent, mais on n’a jamais évalué précisément ce qu’il en était pour les innombrables cours d’eau qui drainent nos montagnes. Ils sont encore une aqua incognita », explique Tom Battin, auteur correspondant de l’étude et directeur du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux (SBER). « D’autres études nous permettrons par exemple de mieux connaître la provenance de tout ce CO2 », avance-t-il.
 
Selon les chercheurs de l’EPFL, le CO2 émis pourrait être lié aux roches calcaires que traversent ces torrents. Mais des mesures dans les cours d’eau de montagne du monde entier restent nécessaires pour lever les nombreuses incertitudes qui substituent. « En outre, la surveillance à long terme des flux de carbone dans les ruisseaux de montagne est essentielle pour comprendre comment le changement climatique affecte leur biogéochimie », concluent-ils.
 
Vue des Alpes. © Nasa.GOV
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Enquête/3] Les agents d’exploitation manquent à l’appel
[Enquête/3] Les agents d’exploitation manquent à l’appel
La Régie des eaux de la Charente-Maritime rencontre des difficultés pour recruter les agents d’exploitation. « Une inadéquation croissante entre le niveau de formation initiale des jeunes, leurs attentes et nos besoins », expose Jean Biechlin, directeur général de la Rese.
[Dossier/1] Eaux de pluie et agriculture : coup double pour le milieu
[Dossier/1] Eaux de pluie et agriculture : coup double pour le milieu
Le premier appel à projets lancé par l’agence de l’eau Loire-Bretagne sur la récupération des eaux de pluie en agriculture associe leur utilisation en circuit fermé et la ferti-irrigation des productions végétales hors-sol. Si l’objectif principal est de diminuer la pression sur les prélèvements en période d’étiage, il est aussi de réduire l’impact des rejets sur le milieu.
Un dragueur géant pour désenvaser les retenues
Un dragueur géant pour désenvaser les retenues
Il s’appelle Nessie, mais vous ne le verrez pas sortir des eaux du célèbre Loch Ness. Nessie, pour New Environnemental System for Sediment Innovative Evacuation, est un dragueur, un robot de piscine subaquatique géant (5 m x 7 m).
Oduc+ : un logiciel de calcul hydraulique intégrant le stockage des eaux pluviales
Oduc+ : un logiciel de calcul hydraulique intégrant le stockage des eaux pluviales
Le Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib) a présenté, en avril dernier, la dernière version de son logiciel Oduc+ destiné aux professionnels de l’assainissement pour la conception et le dimensionnement hydraulique et mécanique des réseaux.
Les plages marseillaises ensevelies sous les déchets, Surfrider dénonce la surconsommation
Les plages marseillaises ensevelies sous les déchets, Surfrider dénonce la surconsommation
Des tonnes de déchets se sont échouées sur les plages marseillaises. Une conséquence directe des inondations survenues lundi 04 octobre et qui met en lumière l'enjeu de gestion des déchets dans la cité phocéenne.
[Dossier] Eau potable : à la recherche de nouvelles ressources alternatives
[Dossier] Eau potable : à la recherche de nouvelles ressources alternatives
Dans un contexte marqué par des périodes de stress hydrique de plus en plus fréquentes, l’utilisation d’eaux non conventionnelles, comme les eaux usées traitées ou les eaux de pluie, est une piste à explorer. Les avantages : alléger la pression sur la ressource et privilégier les prélèvements pour l’alimentation en eau potable.
[Dossier/3] La recharge artificielle d’aquifère à l’étude dans le bassin Rhône-Méditerranée
[Dossier/3] La recharge artificielle d’aquifère à l’étude dans le bassin Rhône-Méditerranée
Avec la cartographie des zones favorables à la recharge des aquifères élaborée dans le bassin Rhône-Méditerranée, les acteurs locaux peuvent réfléchir à cette solution de substitution aux prélèvements superficiels en période d’étiage. L’agence de l’eau ne la soutiendra que dans le cadre de plans de gestion de la ressource en eau pour réduire le déficit quantitatif.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.