Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

En montagne, les ruisseaux émettraient plus de CO2 qu’en plaine

En montagne, les ruisseaux émettraient plus de CO2 qu’en plaine
Par A.B., le 19 mars 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Des chercheurs de l’École polytechnique de Lausanne ont montré que la vitesse des échanges gazeux entre les ruisseaux de montagne et l’atmosphère était largement sous-estimée, interrogeant sur leur contribution aux émissions de gaz à effet de serre.
 
Dans une étude parue dans Nature Geosciences daté du 18 mars, des chercheurs du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux (SBER) et de la Faculté de l’environnement naturel, architectural et construit (Enac) de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont remis en cause l’approche standard qui servait jusqu’à présent à calculer la vitesse des échanges gazeux entre les ruisseaux de montagne et l’atmosphère.
 
Les données qu’ils ont récupérées à l’aide de 130 capteurs installés dans des ruisseaux vaudois et valaisans les ont conduits à réévaluer cette vitesse d’un facteur 100. En cause, les ruisseaux de plaine qui servaient jusqu’ici de référence. Or, en montagne, les torrents coulent sur des pentes abruptes et des terrains accidentés. L’eau s’en trouve plus turbulente et les bulles d’air emprisonnées plus nombreuses, accélérant les échanges gazeux.
 
« Considérant que plus de 30 % de la surface de la Terre est recouverte de montagnes, les conséquences de cette découverte sont considérables », avance l’EPFL dans son communiqué. En se basant sur ces résultats, les scientifiques vont pouvoir concevoir de nouveaux modèles sur le rôle des ruisseaux montagnards dans les flux biogéochimiques mondiaux.
 
Afin de mesurer la vitesse des échanges gazeux, les chercheurs ont utilisé de l’argon comme gaz traceur, dont ils ont quantifié la perte en aval de la zone d’injection. Ils ont ainsi pu calculer la vitesse de cet échange, montrant qu’elle était en moyenne 100 fois plus élevée que dans les modèles élaborés par les cours d’eau de plaine.
 
« Nos conclusions ont des implications majeures. Elles suggèrent que nous avons sous-estimé les effets de tous les ruisseaux de montagne, petits mais abondants, dans nos modèles biogéochimiques. Cette étude ouvre ainsi un nouveau champ de recherche », déclare Tom Battin, directeur du SBER et auteur correspondant auprès d’Amber Ulseth, première auteure de l’étude.
 
« Son laboratoire étudie déjà les répercussions de cette recherche, notamment la mise au point d’un nouveau modèle pour prédire les émissions de CO2 des torrents de montagne à l’échelle mondiale », annonce l’EPFL. Du CO2 lié à la présence de nombreux organismes dans l’eau, des bactéries aux poissons, et dont les fonctions respiratoires consomment du dioxygène et libèrent du dioxyde de carbone.
 
Torrent dans le Valais © EPFL
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Une application renseigne sur la qualité bactériologique des eaux de baignade
Une application renseigne sur la qualité bactériologique des eaux de baignade
Les vacances d’été riment avec les baignades et les différentes activités nautiques. Pour nager en toute tranquillité, l’application gratuite « Qualité rivière » renseigne sur la qualité bactériologique des eaux de baignade grâce aux données du ministère des Solidarités et de la Santé.
Le port de Sète-Frontignan récompensé pour ses efforts de décarbonation
Le port de Sète-Frontignan récompensé pour ses efforts de décarbonation
Le prix Transition énergétique maritime (TEM) a désormais son premier lauréat : le port de Sète-Frontignan. Cette distinction lancée en 2020, récompense les porteurs de projet, les thèses ou les recherches apportant des solutions face aux défis de la décarbonation du secteur maritime.
Sandrine Rocard nommée directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie
Sandrine Rocard nommée directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie
Sandrine Rocard, conseillère référendaire à la Cour des comptes, est nommée directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie, par arrêté de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.
Littoral méditerranéen : un niveau de contamination inférieur aux seuils réglementaires environnementaux
Littoral méditerranéen : un niveau de contamination inférieur aux seuils réglementaires environnementaux
Selon le rapport de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) et l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, la contamination chimique au littoral méditerranéen français est stable et 90 % des points surveillés présentent des niveaux de contamination inférieurs aux seuils réglementaires environnementaux. Mais la vigilance est toujours de rigueur !
Réchauffement climatique : la baisse du niveau d’oxygène des lacs est alarmante
Réchauffement climatique : la baisse du niveau d’oxygène des lacs est alarmante
Une nouvelle étude alerte sur la baisse du niveau d’oxygène des lacs situés dans les zones de climat tempéré. Une conséquence du changement climatique qui menace la biodiversité et la potabilité des lacs d’eau douce.
Xylem remporte le prix mondial de l’eau 2021
Xylem remporte le prix mondial de l’eau 2021
Xylem, spécialiste des technologies de l'eau, a obtenu le prix du Projet d’eau de l’année (Water Project of the Year) pour la reconstruction, l’extension et la modernisation de l'une des plus grandes usines de traitement d'eau potable d’Eau de Paris en région parisienne.
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Voici un an, Xylem lançait en France Waterdrop, son programme de sensibilisation des clients à l’approvisionnement en eau. Rencontre avec Olivier Lamarie, le nouveau P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem pour parler de ce premier anniversaire, mais aussi évoquer la façon dont l’entreprise a traversé la crise sanitaire et les enseignements qu’elle en a tirés.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.