Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

La FP2E prend 22 engagements suite aux Assises de l'eau

La FP2E prend 22 engagements suite aux Assises de l'eau
Par Eva Gomez, le 5 février 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le 29 janvier dernier, dans le cadre du Carrefour des gestions locales de l’eau qui s’est tenu à Rennes (Ille-et-Vilaine), la Fédération des entreprises de l’eau (FP2E) a signé une feuille de route de 22 engagements pour la mise en œuvre des conclusions des Assises de l’eau.

Pour faire suite aux conclusions des Assises de l’eau, rendues en juin 2019, la FP2E a souhaité « prendre des engagements concrets, les plus chiffrés et les plus datés possible », a expliqué le président de la Fédération des entreprises de l’eau, Frédéric Van Heems ce mercredi 5 février à l’occasion d’un point presse. Ces 22 engagements sont organisés en trois grands blocs : « Il s’agit tout d’abord de renforcer la confiance des consommateurs en l’eau du robinet, de les responsabiliser et d’améliorer l’accès à l’eau », précise Frédéric Van Heems. Mais les professionnels de l’eau s’engagent également à mieux protéger, partager et renouveler les ressources en eau, ainsi qu’à développer la transparence des services de l’eau et les formations aux évolutions des métiers de l’eau.

Alerte fuite, chèque eau et entretien des réseaux

Parmi les engagements pris par la FP2E, Frédéric Van Heems attire l’attention sur cinq d’entre eux. « Nous nous engageons à accentuer le déploiement du dispositif de "l’alerte fuite" pour les abonnés consommateurs. Aujourd’hui 33% d’entre eux ont accès à cette alerte, l’objectif est d’atteindre les 50% en 2025 ». Ce dispositif est disponible grâce aux compteurs intelligents, installés pour 60% d’entre eux dans les grandes métropoles, sachant que 90% des abonnés ayant accès à l’alerte fuite résident dans ces grandes villes1. Par ailleurs, les entreprises de l’eau souhaitent renforcer l’accès au chèque eau. « Aujourd’hui, il est distribué à hauteur de 2,3 millions d’euros par an, nous comptons doubler ce montant pour atteindre 4,6 millions d’euros d’ici 2025 », précise le délégué général de la fédération, Tristan Mathieu.

Il s’agit par ailleurs de renforcer la préservation des ressources en diminuant les pertes en eau : pour cela, les entreprises visent un rendement de réseau de 85% d’ici 2030, contre 80% actuellement. Un rendement améliorable grâce à des technologies de pilotage mais également grâce au renouvellement des réseaux. « La durée de vie des canalisations est d’environ 75 ans. Pour entretenir le réseau en permanence, il faudrait renouveler 1,5% du patrimoine chaque année, alors qu’on en renouvelle seulement 0,6% aujourd’hui », explique le président de la FP2E. L’investissement devrait donc passer de 6 milliards d’euros annuels à 8 milliards, afin d’assurer le bon entretien des canalisations. « L’aquaprêt – un prêt bonifié mis à disposition des collectivités – issu des Assises de l’eau est une bonne solution, et en un an, 400 millions d’euros ont déjà été utilisés via ce dispositif », souligne Frédéric Van Heems. « Mais il s’agit d’un prêt, pas d’un financement », nuance-t-il. « Les problèmes de ressources ne sont pas imputables au consommateur final, mais aux consommations agricoles, industrielles, aux usages pour la voirie et l’arrosage des espaces publics, ainsi qu’aux fuites dans les réseaux », estime Frédéric Van Heems, qui invite donc les entreprises et collectivités à plancher sur ces problématiques.

Vers 10% de réutilisation des eaux usées traitées

Enfin, la FP2E espère améliorer l’accès à la ressource, notamment en augmentant le taux de réutilisation des eaux usées traitées (Reut), qui se situe aujourd’hui aux alentours de 0,3%. « L’Italie atteint 10% de Reut, l’Espagne 15%, sans compter l’Israël et ses 80% de Reut, ou la Namibie et Singapour qui atteignent les 100% », martèle le président de la fédération. Ce dernier, qui espère que la France atteignent les 10% de Reut en 2030, se félicite néanmoins du lancement par Vendée Eau, d’un appel d’offres pour des projets multi-usages de réutilisation des eaux usées traitées, « notamment pour l’approvisionnement d’un réserve d’eau pour alimenter les usines d’eau potable », explique-t-il.

Pour conclure, Tristan Mathieu rappelle que « ces engagements nécessitent de travailler de concert avec l’Etat, les collectivités et tous acteurs de l’écosystème pour faire évoluer les infrastructures et renforcer la sobriété des prélèvements de l’ensemble des activités ». Selon le secrétaire général de la FP2E, « seule cette volonté collective permettra de relever les défis qui nous attendent, ceux de la garantie d’un accès à une eau de qualité pour tous, partout et à tout moment. »


1 : voir le rapport de la FP2E et du Bipe, publié le 12 décembre dernier.
Wikimedia Commons / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Avis des pros] Sopolo, zoom sur l’acceptation locale du Reut pour la viticulture
[Avis des pros] Sopolo, zoom sur l’acceptation locale du Reut pour la viticulture
Porté par Inrae entre 2016 et 2021, le projet de recherche Sopolo cherche à mieux caractériser la demande en eaux usées traitées de la part des viticulteurs et des consommateurs. Ce travail réalisé dans l’Hérault permet d’apporter aux décideurs un éclairage nouveau.
Générateur atmosphérique d’eau potable
Générateur atmosphérique d’eau potable
Watshep propose des générateurs d’eau atmosphériques qui récoltent l’eau présente dans l’atmosphère. Une innovation qui permet de de produire de l’eau par condensation de l’humidité atmosphérique.
Le pôle Aqua-Valley et le BRGM lancent en France le projet européen Aquifer
Le pôle Aqua-Valley et le BRGM lancent en France le projet européen Aquifer
Le pôle Aqua-Valley et le BRGM ont annoncé, le 12 mars dernier, le lancement en France du projet européen Aquifer, en association avec des partenaires espagnols et portugais. L’objectif est de développer des outils innovants pour la gestion intégrée des aquifères.
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
L’accès à l’eau en France semble une évidence. Mais la ressource est fragile, sous la triple menace du changement climatique, de la croissance démographique et de nos infrastructures vieillissantes. A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Olivier Lamarie, P-DG Xylem France BeLux, pointe les enjeux clés de l’eau en France.
Réussir le déploiement de son PGSSE dans les services d’eau
Réussir le déploiement de son PGSSE dans les services d’eau
Diverses menaces pèsent sur les systèmes d’alimentation en eau potable. Il peut s’agir de la dégradation qualitative ou quantitative des ressources, mais aussi de la vulnérabilité des installations insuffisamment protégées des accidents, des actes de malveillance ou de terrorisme.
Cycl’eau Bordeaux se déroulera en ligne
Cycl’eau Bordeaux se déroulera en ligne
Le Salon Cycl’eau Bordeaux est maintenu les 7, 8 et 9 avril prochains, mais en ligne pour tenir compte de la situation liée à la Covid.
Un label pour les communes économes en eau
Un label pour les communes économes en eau
L’Alec Montpellier Métropole a lancé, le 19 mars dernier, son label Commune économe en eau, dont l’objectif est de valoriser l’engagement des collectivités de l’agglomération dans une politique de gestion rigoureuse de l’eau. Treize collectivités sont déjà partantes pour une labellisation en 2022.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.