Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Réduire le gaspillage et améliorer la gestion de l’eau grâce à l’IoT

Partager :
[Tribune] Réduire le gaspillage et améliorer la gestion de l’eau grâce à l’IoT
Par Gweltaz Le Coz, expert Smart Water chez Matooma, le 2 mars 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Gweltaz Le Coz, expert Smart Water chez Matooma, explique que "l’IoT se positionne comme un élément clé au service d’une meilleure gestion et distribution de l’eau afin d’atteindre l’objectif fixé par la loi Grenelle II".

La gestion de l’eau, du fait de sa nature vitale pour l’homme, a toujours représenté, au cours de l’Histoire, un enjeu économique et sociétal. Selon le dernier rapport de l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, les pertes dues aux fuites d’eau potable en France sont évaluées à 1 litre sur 5 en moyenne. Limiter le gaspillage et réduire les coûts associés sont donc indispensables. La loi Grenelle II a posé les références de base quant aux objectifs à réaliser en termes de pertes d’eau causées par des fuites et des fraudes pour les prochaines années. Chaque collectivité doit ainsi mettre en œuvre les moyens nécessaires pour réduire les pertes sur les réseaux d’eau avec certaines sanctions associées en cas de non-conformité.

Alors comment parvenir à réduire les pertes d’eau potable et quels sont les moyens mis à disposition des collectivités et acteurs de l’eau ?

Des solutions connectées pour optimiser la gestion des ressources

L’arrivée des technologies connectées et des réseaux IoT permettent de mettre en place une gestion intelligente de l’eau ou « Smart Water Network » afin d’optimiser le contrôle de nos ressources.

Cette gestion est tout d’abord rendue possible par l’installation d’un réseau de capteurs afin d’améliorer la supervision et la maintenance à distance des équipements. Par exemple, en équipant les canalisations de capteurs comme des débitmètres ou des capteurs de pression, il est possible pour le gestionnaire d’être alerté en cas de dysfonctionnement sur le réseau et de prévoir d’éventuelles détériorations de l’installation.

La gestion intelligente passe ensuite par l’étape cruciale de la remontée des données. En effet, toutes les données récoltées par les capteurs et outils d’instrumentation sont remontées vers un centre de supervision qui a pour mission de gérer les alertes de consommation, de prévenir les risques, et si besoin, de faire déplacer des techniciens sur place en cas de problème avéré. Cette remontée des données de consommation s’effectue au niveau des particuliers mais aussi sur le réseau urbain entier au travers de compteurs d’eau dit intelligents qui permettent de mieux contrôler l’usage, et notamment, de limiter les fraudes.

Afin de pouvoir bénéficier d’un système intelligent, les acteurs historiques de la gestion de l’eau doivent cependant parfois passer une modernisation de leurs installations et de leurs équipements.

Moderniser les systèmes de distribution d’eau existants

Aujourd’hui, pour les gestionnaires de réseaux d’eau, l’un des principaux enjeux est l’arrêt progressif à partir de 2022 de la technologie filaire RTC (Réseau Téléphonique Commuté) qui a permis aux entreprises d’établir leurs premières communications entre machines. Bien que le RTC leur permette de télégérer leurs équipements, cette technologie peut apporter toutefois quelques limitations en termes de fonctionnement. En effet, le poste de supervision est contraint d’« appeler » chaque compteur un-par-un afin d’en réaliser la télérelève et de télégérer les équipements. Ce système nécessite un temps de gestion important, un matériel - modem RTC - limité au niveau des usages et une facturation à la minute (donnée remontée sur le canal voix).

Le GSM apparait aujourd’hui comme l’alternative la plus proche avec une fiabilité et une sécurité optimale. Grâce à une carte SIM M2M et via une remontée en IP (données remontées à travers le canal Data), le GSM donne la possibilité de remonter, en temps réel et de façon simultanée, les données d’usages des différents compteurs ou équipements télégérés. Cette solution apporte un gain de temps considérable et une simplification du système de collecte des données au niveau de la supervision. Un seul dispositif réseau est ainsi nécessaire pour collecter les données et accéder à distance aux équipements permettant de faciliter des mises à jour à distance. Aujourd’hui, grâce à des solutions multi-opérateurs, il est également possible de bénéficier d’une couverture maximale (avec accès aux différents opérateurs locaux) et d’une continuité de service assurée.

Pour effectuer cette transition, il est cependant nécessaire de mettre à jour son matériel terrain afin qu’il soit compatible avec le GSM, d’adapter les frontaux et les systèmes d’information afin de pouvoir gérer les données en IP. Le tout IP est un élément très important car directement liés aux enjeux d’interopérabilité des différents équipements d’instrumentation et indispensable afin d’avoir, à terme, un système autonome et intelligent.

L’IoT se positionne ainsi comme un élément clé au service d’une meilleure gestion et distribution de cette ressource naturelle afin d’atteindre l’objectif fixé par la loi Grenelle II. Connecter les réseaux et moderniser les équipements de distribution d’eau sont des éléments importants car l’enjeu sera d’optimiser de façon globale cette gestion allant des systèmes d’irrigation pour l’agriculture ou les villes, à la distribution et la fourniture de l’eau par les régies.
Gweltaz Le Coz, expert Smart Water chez Matooma / DR
  [Vidéo] La reprise : à quel prix ?
Alors que la France est entrée en début de semaine dans la phase 2 du déconfinement, l'écologie sera-t-elle la grande oubliée de la relance post-Covid ?
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Arrêté du 1er juillet 2020 portant nomination des membres de la commission d'examen des candidatures à la fonction de président de l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement Lire
Arrêté du 1er juillet 2020 portant cessation d'habilitation à exercer le contrôle des matières nucléaires Lire
Arrêté du 4 juin 2020 portant adaptation pour l'année 2020 des épreuves des concours pour le recrutement d'élèves administrateurs et d'élèves stagiaires administrateurs des affaires maritimes en raison de la crise sanitaire née de l'épidémie de covid-19 Lire
À lire également
Sensus fait évoluer sa solution de comptage
Sensus fait évoluer sa solution de comptage
Sensus, spécialisé dans le comptage de l’eau, annonce une évolution de sa solution H2Olmes, sa plateforme numérique destinée aux collectivités afin qu’elles collectent et exploitent les données de la relève de leurs compteurs.
La conférence du Graie sur les effluents non domestiques aura lieu en ligne
La conférence du Graie sur les effluents non domestiques aura lieu en ligne
La onzième conférence Effluents non domestiques du Graie prendra cette année la forme d’un webinaire, qui aura lieu les 25 et 26 juin prochains.
[Dossier] Eaux pluviales : Roulépur cible le ruissellement des voiries et des parkings urbains
Piloté par l’école des Ponts ParisTech (ENPC), Roulépur s’est intéressé à la performance de plusieurs dispositifs de gestion à la source des eaux de ruissellement de voiries et parkings urbains sur la maîtrise des flux de micropolluants. La filtration par un substrat végétalisé, des parkings perméables végétalisés et des noues filtrantes, s’avère particulièrement efficace.
[Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
[Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
Rendez-vous à Miramas dans les Bouches-du-Rhône, où la jeune pousse Bamboo For Life nous fait visiter l'une de ses stations d'épuration constituée de bambous !
Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Ce mercredi 1er juillet, les acteurs de l'eau du bassin Adour-Garonne ont signé une convention pour lutter contre la sécheresse.
Bassins Rhône-Méditerranée-Corse : 180 millions d'euros pour soutenir la commande publique
Bassins Rhône-Méditerranée-Corse : 180 millions d'euros pour soutenir la commande publique
Mobilisée pour relancer l’économie après la crise sanitaire, l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse vient d’obtenir un élargissement de ses règles d’interventions via l’appel à projets baptisé « Plan de rebond Eau, Climat, Biodiversité ». Un dispositif de près de 180 millions d'euros qui vise à soutenir la commande publique dans le domaine de l’eau.
Rémunération pour services environnementaux : l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse retient 21 projets
Rémunération pour services environnementaux : l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse retient 21 projets
Dans le cadre de son appel à initiatives pour expérimenter la mise en place de paiements pour services environnementaux, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse a sélectionné 21 projets.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Agent de réseau d'eau potable - H/F
- Agent d'exploitation H/F
- Agent / Agente de propreté, de nettoiement et de collecte
- Ingénieur conception hydraulique F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.