Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Nouvel arrêté sur l’épandage des boues de step pendant la Covid-19

Nouvel arrêté sur l’épandage des boues de step pendant la Covid-19
© Wikimedia
Par A.B., le 28 mai 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Un arrêté du 20 avril 2021, publié au JO du 27 mai, vient préciser les modalités d’épandage des boues issues du traitement des eaux usées urbaines pendant la période de Covid-19.

Ce texte vient modifier l’arrêté du 30 avril 2020 qui a instauré dans l’urgence du premier confinement l’hygiénisation des boues avant épandage, plongeant les collectivités chargées de leur traitement, notamment les plus petites, dans des difficultés techniques et financières. L’arrêté ajoute deux cas dans lesquels « les boues extraites après le début d’exposition à risque pour le Covid-19 » peuvent être épandues sur les sols agricoles.

Le premier cas concerne les boues ayant fait l’objet d’un « chaulage avec un taux d’incorporation minimum de chaux de 30 % équivalent CaO/MS puis d’un stockage d’une durée minimale de trois mois », d’un « séchage solaire avec ou sans plancher chauffant permettant d’atteindre une siccité minimale de 80 % » ou d’une « digestion anaérobie mésophile puis stockage d’une durée minimale de quatre mois ». Pour l’ensemble des boues ainsi traitées, l’arrêté précise qu’« il est nécessaire que, pour chaque lot de boues à épandre, le traitement appliqué ait permis d’obtenir un taux d’abattement en coliphages somatiques supérieur ou égal à 4 log ».
Afin de s’en assurer, chaque lot doit faire l’objet d’une analyse en coliphages somatiques avant et après traitement, conformément à la méthodologie décrite en annexe de l’arrêté, ou à une méthodologie équivalente. « Dans le cas où la concentration initiale en coliphages somatiques est inférieure à 104 UFP/g de matière brute, la concentration en coliphages somatiques après traitement devra être inférieure à la limite de détection de la méthode », est-il précisé.
Pour ces trois modes de traitement, les conditions d’exploitation doivent faire l’objet d’un « suivi du taux d’incorporation en chaux dans les boues, de la siccité des boues et de la durée de stockage pour le chaulage », d’un « suivi de la siccité des boues pour le séchage solaire » et d’un « suivi du temps de séjour des boues dans le digesteur, de la température pendant la digestion et de la durée de stockage après sortie du digesteur, pour la digestion anaérobie mésophile ».

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le second cas s’applique aux « boues extraites après le début d’exposition à risques pour le covid-19, dès lors qu’elles sont obtenues après un traitement des eaux usées par lagunage ou rhizofiltration ou dès lors qu’elles ont fait l’objet d’un traitement par rhizocompostage. Les boues doivent être extraites après une mise au repos du dispositif de traitement pendant au moins un an, sans que celle-ci n’entraîne de dysfonctionnement du système d’assainissement ».
 

Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Veolia garantit un périmètre industriel et social pérenne pour le nouveau Suez
Veolia garantit un périmètre industriel et social pérenne pour le nouveau Suez
« Un pas de géant » pour Veolia qui prévoit d'acquérir une large partie des activités de Suez nécessaires pour le développement du champion mondial de la transformation écologique.
[Dossier/3] L’agence de l’eau Loire-Bretagne s’engage dans la reprise auprès des industriels
[Dossier/3] L’agence de l’eau Loire-Bretagne s’engage dans la reprise auprès des industriels
À peine bouclée l’opération partenariale Ecod’O dans le Morbihan, l’agence de l’eau Loire-Bretagne a lancé en novembre 2020 un nouvel appel à projets pour la reprise économique des industriels. À la clé, les aides plus élevées pour soutenir les bonnes pratiques en matière de gestion de l’eau. 
[Avis des pros/3] La gestion dynamique des réseaux comme stockage alternatif des eaux pluviales
[Avis des pros/3] La gestion dynamique des réseaux comme stockage alternatif des eaux pluviales
Créée en 2014 à Nice par Emmanuel Curinier et Thierry Courbon, spécialisés sur l’hydraulique urbaine et l’exploitation de réseau, la start-up F-Reg propose une solution durable de gestion dynamique des réseaux d’assainissement. Elle permet de stocker temporairement dans les réseaux les rejets urbains par temps de pluie et de maîtriser le risque d’inondation et de pollution. 
Le Carrefour de l’eau revient les 5 et 6 mai 2021 en version numérique
Le Carrefour de l’eau revient les 5 et 6 mai 2021 en version numérique
Crise sanitaire oblige, la 22e édition du Carrefour des gestions locales de l’eau se déroulera les 5 et 6 mai 2021 en version numérique.
Coup d'envoi de la 22e édition numérique du Carrefour de l’eau
Coup d'envoi de la 22e édition numérique du Carrefour de l’eau
Rencontres, échanges et conférences thématiques sont au rendez-vous de la 22e édition numérique du Carrefour des gestions locales de l’eau du 05 au 06 mai 2021. 
[Avis des pros/2] Des solutions de rétention adaptées, à la parcelle et au bassin
[Avis des pros/2] Des solutions de rétention adaptées, à la parcelle et au bassin
Pour lutter contre les risques d’inondation liés au ruissellement urbain, la gestion intégrée des eaux pluviales vise à gérer ces eaux au plus proche de leur point de chute en les infiltrant directement ou en les restituant à débit limité au réseau. La société Graf propose plusieurs solutions adaptées aux particuliers, aux collectivités et aux industriels.
[Dossier/3] Le gradient de salinité part à la conquête du monde
[Dossier/3] Le gradient de salinité part à la conquête du monde
Aucun système n’est actuellement assez performant pour rendre rentable l’exploitation de l’énergie osmotique. Mais la société Sweetch Energy a mis au point une membrane nettement plus efficace que ses concurrents… et entend bien la développer à grande échelle à travers la planète.
Tous les articles EAU
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.