CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Eau > A Viry-Châtillon, le poste de relevage Camélinat tourne à plein régime
EAU

A Viry-Châtillon, le poste de relevage Camélinat tourne à plein régime

PUBLIÉ LE 19 MARS 2024
VM
Archiver cet article
A Viry-Châtillon, le poste de relevage Camélinat tourne à plein régime
Crédit : Hidrostal.
La Ville a dû changer ses pompes, inefficaces et énergivores. Retour d’expérience avec Hidrostal. La société sera présente au Cycl’Eau de Toulouse les 27 et 28 mars prochains.

Viry-Châtillon dans les Hauts-de-Seine (31.000 habitants) avait des problèmes avec le poste de relevage Camélinat, destiné à envoyer les eaux usées vers la station d’épuration. Situé dans une zone résidentielle importante, celui-ci était souvent confronté à des dysfonctionnements et le matériel installé était régulièrement bouché, nécessitant des interventions répétées et surtout une interruption partielle de service. Alors que le poste de relevage avait été équipé depuis moins de deux ans, le service n’était pas satisfaisant, et induisant en outre un coût énergétique important avec une déperdition de service, en raison des pompes empêchées de tourner par les filasses et autres lingettes.

Une technologie adaptée aux eaux usées
La société Hidrostal a proposé en phase test de remplacer une des pompes, régulièrement bouchée, par sa technologie de pompe à roue à vis centrifuge. Cette dernière, « qui ne colmate pas », précise Augustin Berge, le directeur de la société, a montré son efficacité dans ce milieu chargé. La collectivité, le syndicat de l’Orge, a donc décidé de remplacer les deux autres pompes du poste par le système créé par la société installée à Bourgoin-Jallieu (38). Avec son passage libre de 100 mm, la technologie Hidrostal est en effet parfaitement adaptée aux eaux usées. Elle affiche un rendement hydraulique de 78 % pour un rendement groupe de 69,8 % et un point de fonctionnement de 450 m3 à 4,75 mCE.

Bride d’adaptation pour le nouveau matériel
Autre détail non négligeable, les pompes ont pu être installées sur les accessoires existants au moyen d’une bride d’adaptation, permettant un remplacement rapide sans intervention sur le poste de relevage. Le syndicat relève aussi que le poste est moins encrassé car les particules sont également prises en charge par la pompe, avec un temps de fonctionnement réduit de -19 % par rapport à l’ancien matériel. Cette technologie affiche en outre un cycle de vie important : « Elles peuvent fonctionner dix ans sans problème », témoigne Augustin Berge, qui vient de récupérer une de ses pompes datant des années 1980.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Dossier/2 | La communauté d’agglomération Grand Lac recrute autrement
Dossier/2 | La communauté d’agglomération Grand Lac recrute autrement
ADG intègre le groupe Claire
ADG intègre le groupe Claire
Le Sedif et la Banque des Territoires veulent contribuer à la transformation écologique de l’Île-de-France
Le Sedif et la Banque des Territoires veulent contribuer à la transformation écologique de l’Île-de-France
Tout savoir sur : la réutilisation des eaux usées
Tout savoir sur : la réutilisation des eaux usées
Tous les articles Eau
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS