Accès abonnés Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Le GIEC trace des trajectoires compatibles avec le scénario « + 1,5°C » d’ici 2100

Partager :
Le GIEC trace des trajectoires compatibles avec le scénario « + 1,5°C » d’ici 2100
Par Laurence Madoui, le 9 octobre 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Une fois encore, les scientifiques placent les politiques devant leurs responsabilités. Contenir à 1,5°C le réchauffement climatique d’ici 2100, « c’est faisable géophysiquement ». Concrétiser l’objectif « dépendra des choix collectifs », selon Valérie Masson-Delmotte, coordinatrice du rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, adopté le 8 octobre en Corée du Sud.

Tenir l’objectif de 1,5°C « n’est pas impossible mais requiert des transitions sans précédent », pose Valérie Masson-Delmotte, qui a coordonné le rapport spécial du GIEC sur le « Réchauffement planétaire de 1,5 °C » (1), commandé à l’issue de la COP21 de 2015 et publié le 8 octobre. « Les évolutions disruptives dans les énergies renouvelables et leur stockage sont à étendre aux transports et à l’utilisation des terres », poursuit la paléoclimatologue.

Au rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre (GES), le réchauffement atteindra + 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle entre 2030 et 2052. Valérie Masson-Delmotte souligne les « fortes différences » d’impacts selon que l’atmosphère gagne 1,5 ou 2°C d’ici 2100. Dans la seconde hypothèse, le risque de pénurie d’eau est ainsi doublé par rapport à la première. Les écarts se mesureront aussi en termes de « dégâts politiques et sociaux », appuie Laurence Tubiana, directrice de la Fondation européenne sur le climat.

Passer le pic d’émissions en 2020

Stabiliser le climat à + 1,5°C exige de réduire les émissions de 45 % en 2030 par rapport à 2010 (- 20 % dans un scénario + 2°C) et d’atteindre zéro émission nette en 2050 (2075 en cas de hausse de + 2°C), précise Valérie Masson-Delmotte. En d’autres termes, il faudrait diviser par deux les rejets (à 20 milliards de tonnes de CO2/an), selon Roland Séférian. « Le pic doit être atteint en 2020 », poursuit le représentant du centre de recherche de Météo-France et co-auteur du rapport. Il faudra aussi « extraire de l’atmosphère du CO2 émis au 20ème siècle, notamment grâce à la reforestation et au changement d’affectation des sols », complète Valérie Masson-Delmotte.

Les différences entre scénarios s’apprécient aussi en termes économiques : « Au plan mondial, le coût de la tonne de CO2 évitée est trois à quatre fois supérieur si l’on tend vers 1,5°C que vers 2°C, avertit Jean-Charles Hourcade, directeur de recherches au CNRS. Cela rend pressante la réforme fiscale globale, qui réorienterait la taxation du travail et de la productivité vers celle des pollutions. » Pour le co-auteur du rapport, la réorientation rapide des investissements vers les solutions bas-carbone doit mobiliser 10 à 15 %/an de l’augmentation des revenus du capital dans le monde.

Sachant que « retarder l’action aggraverait le risque de destruction économique », note Michel Colombier. Il faut se focaliser sur les actions réellement transformatrices » – et non simplement un peu moins émettrices. Le cofondateur de l’Institut de développement durable et des relations internationales pointe les objectifs français et européens, clairement insuffisants par rapport aux voies que trace le rapport – et dont l’atteinte est pourtant incertaine.

Les signataires de l’accord de Paris appelés à la cohérence

Publié à la veille d’un Conseil des ministres européens de l’environnement, le rapport apparaît à Laurence Tubiana comme un « guide de l’action ». L’ancienne ambassadrice chargée des négociations climatiques rappelle que les Etats ont avancé, en amont de la COP 21, des propositions « minimales » de réduction d’émissions « dont la révision, prévue en 2020, se prépare dès 2019 ». Elle interpelle les gouvernements, grandes entreprises, collectivités et investisseurs « qui disent soutenir l’accord de Paris : êtes-vous cohérents avec ce texte dans vos décisions de tous les jours ? »

Le rapport du GIEC fournit aux ONG françaises l’occasion de répéter que « l’on n’est pas en déficit de solutions mais de volonté politique », comme le martèle Morgane Créach, directrice du Réseau action climat. La Fondation pour la nature et l’homme défend l’affectation intégrale du produit de la contribution climat-énergie (2,8 mds € en 2018, 30 sur le quinquennat) à l’accompagnement vers la transition énergétique des ménages et des petites entreprises. Outre le crédit d’impôt compétitivité-emploi, la fiscalité sur le carbone finance aussi la réduction du déficit public. « Du côté de la dette écologique, il n’y a pas le même souci d’équilibre », observe Pascal Canfin.

Pour le directeur du WWF-France, « le prochain projet de loi de finances doit s’aligner sur l’accord de Paris, avec un effet domino sur le logement, l’agriculture, le transport ». Si le traité international figurait dans la constitution, toute loi devrait s’y conformer. C’est tout l’enjeu de la réforme constitutionnelle, que le Parlement examinera en février 2019. Après avoir adopté la loi de finances.

1 : Synthèse de 6 000 articles scientifiques
Pixabay / DR
Retrouvez toute l'information Énergie dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
[ PARTENARIAT ] Intégrer durablement les eaux de pluie dans l'aménagement du territoire
Voilà ce que DOUAISIS AGGLO met en œuvre depuis plus de 25 ans. Riche de cette expérience, le territoire tire aujourd’hui de multiples bénéfices de cette politique volontariste et efficace. Il est donc logique que Douai accueille, les 5 et 6 juin prochains, les Assises nationales de la gestion durable des eaux pluviales.
Le grand format
Eau de Paris fête ses dix ans
Eau de Paris fête ses dix ans
En partenariat avec
À lire également
Amorce et le Cerema publient un rapport sur la rénovation des réseaux de chaleur
Amorce et le Cerema publient un rapport sur la rénovation des réseaux de chaleur
L'association de collectivités territoriales, Amorce, et le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), publient les résultats d'une enquête sur la rénovation des réseaux de chaleur anciens et défectueux.
Rénovation énergétique : sept copropriétés franciliennes récompensées
Rénovation énergétique : sept copropriétés franciliennes récompensées
Le 16 avril dernier, lors de la septième édition du forum de l'éco-rénovation en copropriété organisée par l'Agence parisienne du climat (APC), sept projets ont été récompensés par les trophées CoachCopro.
France Energie inaugure sa nouvelle plateforme de recherche collaborative
France Energie inaugure sa nouvelle plateforme de recherche collaborative
Le fabricant mayennais de pompes à chaleur sur boucle d’eau, France Energie, vient d’inaugurer son « P@rc », une nouvelle plateforme de recherche collaborative tertiaire « au service de l’efficacité énergétique des bâtiments ».
Photovoltaïque : Armor souhaite racheter l'allemand Opvius
Photovoltaïque : Armor souhaite racheter l'allemand Opvius
Le 14 mai dernier, l'industriel Armor a entamé une discussion pour le rachat du producteur allemand de films photovoltaïques souples, Opvius.
[Tribune] Le biogaz : une énergie stratégique pour la France
[Tribune] Le biogaz : une énergie stratégique pour la France
Cette semaine, Julien Chardon, président du fournisseur d'électricité verte Ilek, revient sur le potentiel de la filière biogaz en France.
Fabrique Aviva : les votes en ligne pour désigner les 100 finalistes sont ouverts
Ce mardi 7 mai, Aviva France invite le grand public à voter en ligne pour la sélection des 100 finalistes de la Fabrique Aviva.
Engie réseaux exploitera le futur réseau de chaleur géothermique de Champs-sur-Marne et Noisiel
Engie réseaux exploitera le futur réseau de chaleur géothermique de Champs-sur-Marne et Noisiel
Jeudi 18 avril, Engie réseaux a signé une concession de service public pour le déploiement d’une géothermie profonde à Champs-sur-Marne et Noisiel.
Tous les articles ÉNERGIE
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Journée Bois Energie
23 Mai 2019
Journée Bois Energie
Rencontre des Métiers du SEDDRe
23 Mai 2019
Rencontre des Métiers du SEDDRe
Astee
4 Juin 2019
Astee
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Electrotechniciens.nes et Mécaniciens.nes de maintenance des trains H/F - Saint Denis
- Electrotechnicien (ne) H/F
- Technicien / Technicienne en traitement des eaux
- Ingénieur Qualité (REFFMA) F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.