Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Énergie > Coup d’envoi de la production d’hydrogène vert flottant au large du Croisic 
ÉNERGIE

Coup d’envoi de la production d’hydrogène vert flottant au large du Croisic 

PUBLIÉ LE 28 JUIN 2023
ABDESSAMAD ATTIGUI
Archiver cet article
Coup d’envoi de la production d’hydrogène vert flottant au large du Croisic 
Sealhyfe sur la plateforme WAVEGEM (GEPS Techno) et l'éolienne flottante FLOATGEN (BW Ideol) sur le site d'essais en mer SEM-REV (Centrale Nantes / OPEN-C). Crédit : Lhyfe
Raccordée au hub électrique du SEM-REV, la plateforme pilote de production d’hydrogène offshore, Sealhyfe détenue par Lhyfe, produit depuis le 20 juin ses premiers kilos d’hydrogène vert au large du Croisic (océan Atlantique).

Lhyfe franchi une étape importante dans le développement de la filière hydrogène offshore. Sa plateforme pilote Sealhyfe a été remorquée à environ 20 km au large du littoral atlantique et raccordée au hub électrique du SEM-REV de Centrale Nantes, marquant ainsi le début de la production d’hydrogène offshore dans les conditions les plus extrêmes.

En lançant le premier pilote de production d’hydrogène offshore au monde, Lhyfe a souhaité démontrer la faisabilité et l’opérationnalité d’un tel projet pour une expansion à grande échelle. La plateforme flottante, repensée pour stabiliser l’unité de production en mer, a été raccordée au hub du site d’essais en mer SEM-REV. En 16 mois, Lhyfe et ses partenaires ont conçu et assemblé tous les équipements nécessaires à la production d’hydrogène offshore, incluant un électrolyseur de 1 MW fourni par Plug Power. Sealhyfe dispose d’une capacité de production pouvant atteindre jusqu’à 400 kg par jour, marquant une avancée significative dans la production d’hydrogène vert en mer.

Expérimentations pour « dérisquer »

Avant d’être remorquée vers le site d’essais en mer SEM-REV, Sealhyfe a été amarrée au quai des Frégates, sur le Port de Saint-Nazaire pour mener une série de tests de mise en route et d’optimisation des équipements et du système. Pendant huit mois d’expérimentation à quai – de septembre 2022 à mai 2023 – la  plateforme a été testée en conditions réelles afin d’optimiser ses performances et de minimiser les interventions de maintenance nécessaires en mer. L’objectif de ces testes : « dérisquer cette première mondiale », souligne l’entreprise. L’expérience acquise lors de cette première phase d’expérimentation sera appliquée à l’ensemble des sites de Lhyfe, qu’ils soient à terre ou en mer, afin d’optimiser leur fonctionnement.

À l’issue de cette première phase, Sealhyfe a été remorquée le 19 mai vers le site d’essais en mer SEM-REV à 20 km des côtes du Croisic et raccordée au hub sous-marin du site. Cette phase de tests complémentaires spécifiques à l’offshore permet à l’entreprise et ses partenaires de récolter des données pour valider les solutions industrielles nécessaires à la production d’hydrogène en mer. « Notre équipe, formidablement accompagnée par nos partenaires, a réalisé une véritable prouesse technologique en réussissant à concevoir ce premier site de production d’hydrogène vert flottant ! Nous sommes extrêmement fiers d’être les premiers au monde à produire de l’hydrogène en mer », a commenté Matthieu Guesné, fondateur et PDG de Lhyfe.

Prochaines étapes

Après le succès de Sealhyfe, Lhyfe coordonne le projet « Hope » au sein d’un consortium de neuf partenaires, qui a été retenu par la Commission Européenne dans le cadre du partenariat européen pour l’hydrogène propre « Clean Hydrogen Partnership ». Ce projet bénéficie d’une subvention de 20 millions d’euros et vise à produire jusqu’à 4 tonnes par jour d’hydrogène vert en mer à partir de 2026.

Lhyfe a également signé des accords de partenariat avec des développeurs éoliens et des énergéticiens spécialisés dans l’offshore éoliens ou des énergéticiens spécialisés dans l’offshore, tels que EDPR, Centrica ou encore Capital Energy. « C’est notre volonté depuis le lancement de l’entreprise et nous continuons à aller très vite sur ce sujet de l’offshore, qui constitue pour nous une formidable voie de développement pour la production massive d’hydrogène et ainsi la décarbonation de l’industrie et du transport. Nous poursuivons sur notre lancée, tout d’abord pour prouver au monde que la transition est possible dès aujourd’hui, et bien sûr pour l’accélérer », conclut le PDG de Lhyfe.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
La plus grande centrale solaire thermique de France inaugurée par Newheat et Lactalis à Verdun
La plus grande centrale solaire thermique de France inaugurée par Newheat et Lactalis à Verdun
Enedis prévoit 10.000 recrutements d’ici 2027
Enedis prévoit 10.000 recrutements d’ici 2027
Hyvolution 2024 : une édition couronnée de succès
Hyvolution 2024 : une édition couronnée de succès
Nucléaire : Dominique Le Guludec, nouvelle présidente du Comité éthique et société de l’Andra
Nucléaire : Dominique Le Guludec, nouvelle présidente du Comité éthique et société de l’Andra
Tous les articles Énergie
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS