Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Aviation : une taxe pour favoriser les biocarburants de 2e génération

Aviation : une taxe pour favoriser les biocarburants de 2e génération
Par Laurence Madoui, le 27 juin 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les avions quittant le sol français seront bientôt assujettis à une taxe si leur réservoir n’est pas en partie rempli de biocarburants. Le système qui se profile vise à faire décoller les biocarburants « avancés », ne concurrençant pas les cultures alimentaires. Si la R&D nationale et européenne s’active, aucune unité de production ne tourne aujourd’hui en France.


Le gouvernement prépare une taxe qui incitera le transport aérien à incorporer des biocarburants au kérosène, a indiqué Anne-Florie Coron, du ministère de la Transition écologique et solidaire, lors d’une table ronde organisée le 26 juin par IFP Energies nouvelles (Ifpen). Confirmant ainsi une piste récemment esquissée par la ministre des Transports.


Plus de 85 % d’abattement des gaz à effet de serre

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Vraisemblablement introduit « d’ici à 2021 », le dispositif sera calqué sur celui en vigueur depuis 2005 dans le transport routier : les distributeurs de carburants supportent une taxe générale sur les activités polluantes (TAGP, 1) en cas de non-respect d’un taux d’incorporation dans l’essence et le gazole de biocarburants – plafonné à 7 % pour ces solutions alternatives de première génération. Les biocarburants de deuxième génération (ou avancés), produits à partir de résidus de biomasse ou de la matière lignocellulosique des plantes (non comestible), « ont tout leur sens dans le transport aérien », affirme la sous-directrice de la Sécurité d’approvisionnement et des Nouveaux Produits énergétiques.

L’Ipfen met en avant le projet BioTfuel, mené avec cinq partenaires européens (2) sur un procédé biochimique produisant du biogazole et du biokérosène de synthèse : « La voie royale pour intégrer du carburant alternatif à 50 % dans les réservoirs des aéronefs, selon Jean-Christophe Viguié. A ce niveau d’intégration, le gain sur les émissions de gaz à effet de serre est de 85 à 90 % par rapport à la référence fossile », assure le responsable du programme biocarburants.

Une offre et une viabilité économique incertaines

Premiers préalables au déploiement de cette alternative : la mobilisation de la ressource et la création d’unités de production. « Il ressort des Assises du transport aérien de 2018 que l’obligation d’incorporation serait de 2 % en 2025, soit 120 000 tonnes par an : sera-t-on en mesure de s’approvisionner, sachant que l’on exclut de recourir à l’importation ? », questionne Sandra Combet, chez Air France.

Les biocarburants étant deux à cinq fois plus onéreux que le kérosène, la responsable de la stratégie biocarburants pointe un autre aléa : « Dans notre activité internationale, le passager n’est pas captif. Si le billet est renchéri de quelques euros en passant par Charles-de-Gaulle – où 60 % des voyageurs sont en transit –, il peut préférer faire escale ailleurs. »

Le risque de se détourner de Paris vaut aussi pour les compagnies. « A un niveau d’incorporation obligatoire de 10 %, il peut être tentant, pour relier New York à Paris, de faire un crochet pour une escale technique dans un aéroport où le biocarburant est moins cher, par exemple Reykjavik. Et le bilan carbone sera alourdi, prévient Nicolas Jeuland, chez Safran. Il faut que les industriels ouvrent le marché français à coût acceptable, ce qui requiert un soutien fort de l’Etat », souligne le responsable de la prospective sur les carburants bas carbone.
Autre incertitude : le prix du pétrole. « A 40 dollars le baril, on oublie le projet », tranche un expert.


 1. Répercutée sur le consommateur, comme le souligne le rapport annuel de la Cour des comptes de 2016.
 2. Sa filiale Axens, Avril, CEA, ThyssenKrupp Industrial Solutions, Total ; 180 M€ de budget de 2010 à 2020, soutenu à hauteur de 33 M€ par l’Ademe et la Région Hauts-de-France.

 

© Pixabay
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Un système d’ancrage universel et évolutif innovant pour accélérer le déploiement des bornes de recharge pour véhicules électriques
Un système d’ancrage universel et évolutif innovant pour accélérer le déploiement des bornes de recharge pour véhicules électriques
Le spécialiste des produits préfabriqués en béton Stradal et l’entreprise suédoise Unimi Solutions ont signé un partenariat pour lancer sur le marché français une solution d’ancrage universelle et évolutive capable d’accueillir tous les modèles de bornes de recharge pour véhicules électriques.
Transition écologique : sortie de route pour la voiture autonome
Transition écologique : sortie de route pour la voiture autonome
Dans une étude sans concession, l'institut de recherche sur la mobilité Forum Vies Mobiles et le laboratoire d'idées La Fabrique écologique brossent un portrait peu flatteur du véhicule autonome. En cause ? Ses conséquences écologiques « potentiellement catastrophiques ».
NepTech et EODev mettent les voiles, direction les Jeux Olympiques 2024
NepTech et EODev mettent les voiles, direction les Jeux Olympiques 2024
Les navettes fluviales NepTech, équipées d’un système de propulsion hydrogène d’EODev, transporteront les passagers sur la Seine et à Marseille durant les Jeux Olympiques 2024.
Airbus teste le vol d’un monocouloir avec 100 % de carburant alternatif
Airbus teste le vol d’un monocouloir avec 100 % de carburant alternatif
Airbus, Safran, Dassault Aviation, l’Onera et le ministère des Transports ont lancé ce jeudi 10 juin, le projet Volcan (Vol avec carburants alternatifs nouveaux), pour analyser la compatibilité du carburant d’aviation durable (SAF) avec les systèmes de carburant des avions monocouloirs. Un vol d'essai est prévu fin 2021.
L’aéroport de Munich transforme ses bus diesel en bus roulant au biogaz
L’aéroport de Munich transforme ses bus diesel en bus roulant au biogaz
L’aéroport de Munich, l’un des plus importants d’Europe, a lancé une expérimentation visant à transformer ses bus diesel, transportant équipages et passagers, en bus à propulsion au biogaz, sans remplacer aucun véhicule de sa flotte.
Expérimentation du premier vol long-courrier avec du biocarburant
Expérimentation du premier vol long-courrier avec du biocarburant
Air France-KLM, Total, Groupe ADP et Airbus réalisent le premier vol long-courrier avec du carburant aérien durable (SAF) produit en France. Son incorporation à hauteur de 16 % permettra d’éviter 20 tonnes d’émissions de CO2.
La flotte fluviale francilienne se met au vert pour les JO 2024
La flotte fluviale francilienne se met au vert pour les JO 2024
GRDF accompagne les projets de remotorisation au BioGNV des flottes fluviales franciliennes en se mobilisant auprès de la communauté portuaire de Paris. Objectif : accélérer la transition du transport fluvial, en faisant de l'axe Seine une voie de développement pilote du fluvial vert d'ici 2024.
Tous les articles MOBILITÉ
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.