Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le gouvernement donne un coup d'élan pour la décarbonation du transport ferroviaire

Le gouvernement donne un coup d'élan pour la décarbonation du transport ferroviaire
Le gouvernement entend développer un train léger et moins coûteux. Crédit : Erich Westendarp/Pixabay
Par La Rédaction, le 26 août 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le train léger, le réseau ferroviaire digitalisé et le fret ferroviaire automatisé...trois thématiques d’investissement prioritaire identifiés dans l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Digitalisation et Décarbonation du Transport Ferroviaire ».

L’AMI « Digitalisation et décarbonation du transport ferroviaire » est désormais ouvert jusqu’au 30 novembre 2021. Lancé par le gouvernement dans le cadre de la stratégie d’accélération du 4ème programme d’investissements d’avenir (PIA4) financés par France Relance, celui-ci porte sur 3 thématiques d’investissements prioritaires : le train léger, le réseau ferroviaire digitalisé et le fret ferroviaire automatisé.

Ces 3 thématiques, définies lors de l’élaboration de la stratégie d’accélération « Digitalisation et Décarbonation des mobilités », devraient accélérer le développement du futur transport ferroviaire en vue d’atteindre les objectifs d’augmentation de sa part modale en complémentarité avec les autres modes de transport. « Cette stratégie prévoit un soutien dirigé vers l’innovation dans les transports, dont un montant pouvant aller jusqu’à 250 millions d’euros pour son volet ferroviaire », peut-on lire dans un communiqué.

« Le train a un rôle important à jouer pour répondre au défi climatique. L’objectif du gouvernement est d’offrir une alternative attractive et efficace aux autres modes de transport, tant pour les passagers que pour les marchandises », a commenté Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. 

Plus légers et moins coûteux

Le gouvernement souhaite encourager le développement du « train léger ». Ce transport permettrait de proposer des solutions adaptées pour l’exploitation et le renouveau des petites lignes ferroviaires.

Avec ces trains « plus légers, moins coûteux » aux éléments de voies et de signalisation frugaux, le gouvernement espère créer un cercle vertueux : baisser les coûts, développer l’offre de transport en augmentant le nombre de trains, attirer plus de voyageurs, et améliorer l’équation économique de ces lignes.

La digitalisation au service de la circulation

A travers le futur standard ERTMS niveau 3, la digitalisation du réseau ferroviaire devrait améliorer et augmenter la circulation des trains sur une même infrastructure. Ce standard tirera parti de la connectivité, du positionnement précis des trains, de la centralisation des données et des commandes du réseau.

« Accélérer le développement de ces technologies via une phase d’expérimentation pilote, intégrant l’ensemble des briques technologiques, est essentiel pour faire entrer notre réseau ferroviaire dans l’ère digitale et assurer sa compétitivité future ».

Doublement de la part modale

Par ailleurs, la digitalisation accrue de l’exploitation contribuerait également au développement du fret ferroviaire automatisé. L’automatisation permettra d’atteindre l’objectif de doublement de la part modale du fret ferroviaire à l’horizon 2030. « Le fret ferroviaire peut augmenter le domaine de pertinence économique du transport par wagon isolé, au service de la desserte fine de nos territoires industriels ».

Les entreprises porteuses de solutions innovantes et les collectivités peuvent participer à cet appel. Le cahier des charges est disponible sur la plateforme de l’Ademe.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
RATP : Forsee Power équipera avec ses batteries les bus électriques Heuliez
RATP : Forsee Power équipera avec ses batteries les bus électriques Heuliez
Forsee Power, l'expert des systèmes de batteries intelligentes pour l’électromobilité durable, a remporté avec son partenaire IVECO France le plus gros lot de l’appel d’offres lancé par la RATP dans le cadre de son plan Bus2025.
Les bornes de recharge publiques ne représenteraient que 11 % en 2030
Les bornes de recharge publiques ne représenteraient que 11 % en 2030
D'ici 2030, la France compterait environ 6,3 millions bornes de recharge. Selon les projections du cabinet de recherche Delta-EE spécialisé dans les énergies renouvelables, la croissance de ce segment serait portée par les particuliers et entreprises.
Wind For Goods : le premier événement national dédié au transport maritime durable
Wind For Goods : le premier événement national dédié au transport maritime durable
L'événement Wind For Goods dédié aux technologies du transport maritime propulsé par le vent se tiendra le 21 septembre 2021 à la base sous-marine de Saint-Nazaire (Pays de la Loire). 
L’aéroport Lyon Saint-Exupéry testera les premières installations hydrogène dès 2023
L’aéroport Lyon Saint-Exupéry testera les premières installations hydrogène dès 2023
Airbus, Air Liquide et Vinci Airports s'associent pour développer l’usage de l’hydrogène dans le réseau aéroportuaire. L’aéroport de Lyon Saint-Exupéry testera ces premières installations à compter de 2023.
BeeToGreen encourage la transition des entreprises vers une mobilité douce
BeeToGreen encourage la transition des entreprises vers une mobilité douce
BeeToGreen se saisit du boom de l’usage du vélo pour accélérer son développement. La startup vise désormais 1 000 salariés convertis à la mobilité douce d’ici un an, soit environ 200 tonnes par an de CO2 évités.
Tous les articles MOBILITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.