Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Industrie et économie circulaire, c’est possible !

[Tribune] Industrie et économie circulaire, c’est possible !
Lionel Limousy, directeur de l’Institut Carnot MICA. Crédits : DR
Par Lionel Limousy, le 6 avril 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Lionel Limousy, directeur de l’Institut Carnot MICA, évoque les problématiques soulevées par la crise sanitaire et présente l’économie circulaire comme un modèle d’avenir capable de répondre à ces enjeux sociétaux.
 
S’il est encore trop tôt pour faire le bilan des conséquences de la crise Covid-19, de nombreux  acteurs s’accordent à dire qu’elles seront considérables pour tous les secteurs de notre  économie. Au printemps dernier, pendant quelques semaines et pour répondre aux enjeux de  santé publique, notre activité industrielle ne tournait plus qu’à 50 %. En parallèle, la crise a mis en évidence les failles de notre économie et révélé la nécessité pour les nations d’acquérir à plus ou moins court terme une souveraineté agricole, technologique et industrielle.  

Pour répondre à cet enjeu de souveraineté, le gouvernement français a présenté un plan de relance massif visant notamment à encourager l’innovation et la relocalisation de certains secteurs industriels à travers une enveloppe de 15 milliards d’euros. « Nous devons relocaliser  et recréer des forces de production sur nos territoires » indiquait notamment Emmanuel Macron en août 2020. L’ambition est désormais de préparer demain, en encourageant nos industries à se transformer pour être plus agiles et ainsi faire face à la dégradation de la  compétitivité. 

La crise sanitaire nous incite également à repenser nos modes de consommation et révèle l’urgence de mettre un terme à notre économie linéaire « fabriquer, consommer, jeter ». Selon une étude du Kantar Worldpanel, 82 % des consommateurs souhaiteraient consommer moins  mais mieux. Le Pacte vert européen ou encore la loi Agec sont également la preuve qu’un  mouvement de fond se met en place en faveur d’un avenir plus responsable et plus respectueux de notre environnement.  

Dans ce contexte de mutation sociétale, il est impératif que nos industries, qui représentent  près de 12 % du PIB national, se mettent en ordre de marche si elles veulent conserver leur place sur le marché et assurer la pérennité de leur activité. En effet, dans ce climat encore  fragile, il y a urgence à renforcer le développement économique de nos territoires en transformant nos industries pour les rendre plus résilientes et en phase avec les exigences de  ce monde post-crise.
  
L’économie circulaire apparaît plus que jamais comme un modèle d’avenir capable de répondre à ces enjeux sociétaux.  

L’économie circulaire c’est repenser son business model

Faire le choix de l’économie circulaire exige pour une entreprise de repenser complètement son business model, et donc d’opérer à une réelle évolution technique et technologique de son savoir-faire. Faire appel à la R&D constitue pour une entreprise une réelle opportunité en  termes de développement et offre de véritables solutions d’optimisation.

Les entreprises peuvent s’appuyer sur des équipes de recherche expertes, capables d’imaginer des systèmes  innovants en parfaite adéquation avec leurs enjeux et leurs contraintes. Qu’il s’agisse d’une  optimisation ou d’une transformation de la chaîne de valeur, les entreprises s’inscrivent alors  indéniablement dans une dynamique compétitive, positive pour elle et plus globalement pour  l’écosystème économique. 

L’économie circulaire crée de la valeur en permettant aux entreprises de mieux maîtriser le  cycle de vie des produits et l’impact de leurs activités sur l’environnement mais aussi en les  incitant à créer des services innovants. A titre d’exemple, Suez a par exemple lancé sa  première blockchain de l’économie circulaire, CircularChain, destinée à transformer les boues  engendrées par les eaux usées pour fabriquer de l’engrais. Le processus de valorisation est  construit sur une technologie sécurisée de stockage et de transmission d’informations qui  permet aux producteurs de boues de gérer l’entièreté de la chaîne.  

Vers des industries plus innovantes et plus résilientes

A l’heure où nous sommes au cœur d’une relance économique en faveur d’un modèle plus  responsable, l’innovation apparaît pour nos entreprises comme la clé pour se transformer. Si nous voulons renforcer la souveraineté de notre pays, nous devons ensemble recréer un tissu  industriel solide en rendant nos industries plus innovantes et plus résilientes. 

Depuis plus de 10 ans, nous sommes engagés pour répondre aux besoins R&D des entreprises  et leur permettre de rester compétitives dans un monde qui évolue de plus en plus vite. A titre d’exemple, l’APESA, centre technologique en environnement et maîtrise des risques et  membre de l’IC MICA, a récemment travaillé sur la production de bioplastiques  biodégradables à partir de déchets agricoles dans le cadre du projet BIOPLAST.

Dans un autre  domaine, l’IS2M, également membre de MICA, collabore avec la société R-HYNOCA pour la valorisation de sous-produits solides issus du processus de production d’hydrogène via la  pyrolyse de la biomasse, dans le cadre d’une valorisation locale de ces derniers. Ainsi, MICA mène depuis plusieurs années des travaux de recherche destinés à identifier des solutions  d’énergie verte capables de pallier à l’arrêt de la centrale nucléaire Fessenheim (Cluster Energie et Développement Durable mené avec la Communauté Européenne d’Alsace).  

Nous sommes convaincus que les entreprises et la recherche publique doivent allier leurs  forces pour répondre aux enjeux de demain. La R&D constitue un levier de transformation considérable et assure aux PME, ETI et grands groupes un atout majeur pour s’imposer dans  ce nouveau paysage exigeant de nouveaux modèles d’affaires basés sur le principe de l’économie circulaire. 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Projet de loi climat : l’APVF appelle le gouvernement à rehausser l’ambition générale du texte
Projet de loi climat : l’APVF appelle le gouvernement à rehausser l’ambition générale du texte
Présenté en conseil des ministres, ce mercredi 10 février, le projet de loi « climat et résilience » ne fait pas encore l’unanimité. De son côté, l’Association des petites villes de France (APVF) salue les efforts du gouvernement et appelle à rehausser l’ambition générale du texte.
Plan Hercule : les sénateurs déplorent un manque de transparence
Plan Hercule : les sénateurs déplorent un manque de transparence
Ce mercredi 10 février 2021, le président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a défendu le plan de réorganisation « Hercule » qui permettrait de doubler la capacité de production du groupe en 2030. À cette occasion, la commission des affaires économiques du Sénat a déploré le manque de transparence sur ce projet de réforme.
Sénat : la commission adopte une proposition de loi pour intégrer l’hydroélectricité au cœur de la transition énergétique
Sénat : la commission adopte une proposition de loi pour intégrer l’hydroélectricité au cœur de la transition énergétique
La commission des affaires économiques du Sénat a adopté ce mercredi 31 mars 2021, la proposition de loi visant à inscrire l’hydroélectricité au cœur de la transition énergétique et de la relance économique.
[Publi-dossier] Pour Philip Morris International il n’y a pas de durabilité sans responsabilité et résultats
[Publi-dossier] Pour Philip Morris International il n’y a pas de durabilité sans responsabilité et résultats
[Publi-dossier] Au-delà de se transformer pour arrêter de vendre des cigarettes, le groupe PMI agit dans une perspective durable. Il figure sur la liste du CDP triple A pour son action en faveur du climat, de la gestion de l’eau et des forêts.
Karine Vernier nommée directrice générale d’EIT InnoEnergy France
Karine Vernier nommée directrice générale d’EIT InnoEnergy France
EIT InnoEnergy nomme Karine Vernier au poste de directrice générale d’EIT InnoEnergy France pour accélérer la relance économique verte.
Lancement d’une mission de travail sénatoriale pour évaluer les conséquences de la méthanisation
Lancement d’une mission de travail sénatoriale pour évaluer les conséquences de la méthanisation
La désignation du Bureau de la mission d'information sur la méthanisation dans le mix énergétique français a été annoncée ce jeudi 04 mars. Elle procèdera le 16 mars à sa première audition.
Conseil national de l’hydrogène : la France « en tête des pays les plus avancés »
Conseil national de l’hydrogène : la France « en tête des pays les plus avancés »
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, ont réalisé un premier bilan de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour le développement de l'hydrogène décarboné à l’occasion du Conseil national de l'hydrogène, tenu jeudi 25 février à Albi (Occitanie). 
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.