Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLLUTIONS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

Pollution de l'air : Bruxelles demande à neuf pays dont la France, de présenter des mesures sous dix jours

Partager :
Pollution de l'air : Bruxelles demande à neuf pays dont la France, de présenter des mesures sous dix jours
Par Eva Gomez, le 1er février 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Pollutions
Le 30 janvier, les ministres de l’Environnement de neuf Etats membres de l’UE, dont la France, étaient convoqués à Bruxelles concernant leur non respect des normes européennes sur la qualité de l’air. La Commission européenne a jugé leurs propositions « positives » mais pas assez concrètes. 

« Il y a eu un certain nombre de propositions positives au cours de nos échanges. Mais, à première vue, celles-ci ne sont pas suffisamment substantielles pour modifier la situation d’ensemble », a déclaré le commissaire européen à l’Environnement, aux affaires maritimes et à la pêche, Karmenu Vella, à l’issue de la réunion qui s’est déroulée le 30 janvier à Bruxelles. La Commission somme donc les neuf pays membres convoqués de formuler de meilleures propositions d’ici dix jours, sous peine d’un renvoi devant la Cour de justice de l’Union européenne. « En l’absence de nouvelles mesures efficaces, dans de nombreux cas, les normes de qualité de l’air continueront d’être dépassées pendant des mois et des années, même bien au-delà de 2020 », prévient Karmenu Vella. Il a souligné que « les dates butoir pour remplir les obligations légales sont depuis longtemps dépassées et certains disent que nous avons attendu trop longtemps. Mais nous ne pouvons pas repousser encore les échéances ».

« Un travail à long terme »

Face à ce rappel à l’ordre, le ministre français Nicolas Hulot, a déclaré mesurer la responsabilité de la France concernant la pollution de l’air. « Une quinzaine de territoires en métropole et en outre-mer sont concernés par des dépassements réguliers des pics de pollution. Ces phénomènes sont les conséquences de nos choix passés en termes d’aménagement du territoire, de politique énergétique ou de transports. Nous devons absolument inverser cette tendance rapidement, pour que chaque Français puisse respirer un air sain », a-t-il soutenu dans un communiqué. Il a notamment rappelé les principales mesures du plan climat annoncé en juillet dernier, ainsi les mesures annoncées suite à la tenue des Assises de la mobilité fin 2017.

Pour répondre à l’impatience de la Commission, le ministère français a indiqué que « la lutte contre la pollution de l’air est un travail de long terme, sur lequel nous nous mobilisons avec les collectivités territoriales concernées ». L’AFP a rapporté que Nicolas Hulot prévoit des réunions avec les élus concernés prochainement, afin de travailler à des plans d’actions supplémentaires. Dans son communiqué, le ministre interpelle également l’Union européenne à propos de ses responsabilités face à la pollution de l’air : « L’Europe doit aussi y prendre toute sa part, pour construire une mobilité « zéro émissions » pour tous nos citoyens, notamment en fixant des normes ambitieuses sur les véhicules particuliers », estime-t-il. Et d’ajouter : « Afin de tirer les leçons du dieselgate, il faudra également des moyens renforcés de surveillance du marché automobile. »

Un « paquet mobilité propre » européen peu convaincant ?

Pour rappel, le 8 novembre 2017, la commission a présenté une proposition de « paquet mobilité propre », qui contient notamment de nouvelles normes d’émissions de CO2, l’annonce de nouveaux objectifs à l’horizon 2025, un plan d’actions pour le déploiement d’infrastructures pour les carburants alternatifs, ou encore l’initiative sur les piles à combustible et hydrogène engagée en 2013). Une proposition qui a notamment déçu le Réseau action climat (RAC) : « Malheureusement, la Commission européenne tourne le dos à l’Accord de Paris en proposant des objectifs de réduction des émissions de CO2 trop tardifs et trop faibles pour répondre à l’urgence climatique. Passant sous silence le scandale du dieselgate, elle ne tient toujours pas compte des émissions de CO2 des véhicules en conduite réelle », estime l’association en faisant référence au nouveau protocole d’homologation des véhicules, entré en vigueur le 1er septembre dernier. Pour le RAC, ce paquet mobilité « fait un cadeau aux constructeurs automobiles, en leur octroyant des crédits pour la vente de véhicules dits "zéro émissions" qui auront pour effet d’autoriser la vente de véhicules énergivores et de dégrader les objectifs CO2 ».

Aller plus loin vers les mobilités douces

Le RAC et la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) rappellent également au gouvernement français que le déploiement de véhicules moins polluants « doit aller de pair avec le développement des mobilités douces ». Dans une lettre adressée à Nicolas Hulot, la FUB demande « un plan vélo sincère, assumé et nuancé », qui irait au-delà des mesures annoncées par la ministre en charge des transports Elisabeth Borne à l’issue des Assises de la mobilité. Il s’agirait pour l’association de « mettre en place un Fonds national d’investissement d’un montant annuel de 10 euros par habitant pour co-financer des projets vélos avec les collectivités locales », « d’étendre ou d’introduire un bonus à l’achat de vélo à assistance électrique (VAE) identique à celui existant pour les véhicules électriques » ou encore de « procurer des allègements d’impôt à ceux qui se rendent à vélo au travail ».
Photo : à Paris / Creative Commons Zero - CC0
Retrouvez toute l'information "pollutions" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV à la cime des arbres

Ne perdez pas une minute, Environnement TV est en ligne !
Toutes nos vidéos
À lire également
[Enquête] Amiante : la communauté éducative se forme sur le tas
[Enquête] Amiante : la communauté éducative se forme sur le tas
Les 63.000 écoles, collèges et lycées occupent plus de 20 millions de mètres carrés, construits à 85 % avant 1997. Transféré de l’État aux collectivités en 1983, ce patrimoine devrait d’évidence constituer un chantier prioritaire.
Dégradation de la chlordécone : de nouvelles avancées
Alors qu’on pensait cet insecticide toxique non dégradable dans l’environnement, des chimistes ont réussi à identifier dans le sol antillais une vingtaine de « produits de dégradation » de cette molécule.
Une « valgorisation emblématique » sur la friche industrielle de Petroplus près de Rouen
Une « valgorisation emblématique » sur la friche industrielle de Petroplus près de Rouen
L’entreprise spécialisée dans la réhabilitation des friches industrielles Valgo intervient depuis 2015 dans le cadre de la dépollution du site de l’ancienne raffinerie de Petroplus, à Petit-Couronne, en Seine-Maritime. Un chantier emblématique.
[Enquête] Amiante : un matériau « en décroissance » à l’AP-HP
[Enquête] Amiante : un matériau « en décroissance » à l’AP-HP
Avec 350.000 m2 reconstruits par décennie, soit 10 % du patrimoine, l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) est « un gros désamianteur », affirme El Hadi Benmansour, directeur de la maîtrise d’ouvrage et des politiques techniques.
[Enquête] Amiante : politique publique fantôme pour polluant invisible
[Enquête] Amiante : politique publique fantôme pour polluant invisible
L’amiante fait quelque 3 000 victimes par an, soit autant que les accidents de la route en 2018. Mais aucune campagne de prévention n’a jamais alerté sur le risque lié à ce « poison lent », côtoyé au quotidien. Les recommandations d’experts s’empilent, en vue d’une politique nationale à la hauteur de l’enjeu sanitaire.
Un appel à candidature pour étudier la cancérogénicité du glyphosate
Un appel à candidature pour étudier la cancérogénicité du glyphosate
Vendredi 19 juillet dernier, à la demande du gouvernement, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a lancé un appel à candidature pour mener une étude sur la cancérogénicité du glyphosate.
Epandage des pesticides : le gouvernement met un nouveau dispositif en consultation
Epandage des pesticides : le gouvernement met un nouveau dispositif en consultation
Samedi 7 septembre dernier, le gouvernement a mis en consultation un dispositif de protection des riverains concernant l’utilisation des produits phytosanitaires. Un dispositif insuffisant selon les associations de défense de l'environnement.
Tous les articles POLLUTIONS
Appels d'offres
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
20 Septembre 2019
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
JDL 2019
25 Septembre 2019
JDL 2019
Cycl'eau Vichy
25 Septembre 2019
Cycl'eau Vichy
+ d'événements
Emploi
- Agent qualifié d'exploitation (H/F) /LA ROCHE SUR YON (85)
- Opérateur de production/traitement H/F
- Responsable environnement-hygiène-sécurité en industrie
- Consultant PMO/PMBP- aéronautique (réf: GEN-P2-APN-ANV) F/H
+ d’offres
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.