Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

POLLUTIONS
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Métro et RER : une étude alerte sur les concentrations de particules fines

Partager :
Métro et RER : une étude alerte sur les concentrations de particules fines
Par E.G, le 18 septembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Pollutions
Ce mercredi 18 septembre, l’association Respire publie une étude réalisée par le CNRS sur la pollution dans le métro et le RER. 800 millions de particules par mètre-cube ont été mesurées.

L’association Respire et le laboratoire de physique et chimie de l’environnement et de l’espace (LPCE2) du CNRS, ont mené, grâce à un appareil de haute précision (LOAC), une série de mesures dans les enceintes du métro et du RER en juin 2019. Ces données révèlent une présence importante de microparticules : « Dans nos mesures, la quasi totalité des particules est de taille inférieure à 1 micromètre. En nombre, plus de 99,5% des particules sont de taille inférieure ou égale à PM1 », soulignent Respire et le CNRS.

Par ailleurs, cette étude confirme que les concentrations de particules peuvent être jusqu’à dix fois plus élevées à l’intérieur qu’à l’extérieur. « Dans certaines mesures, la concentration de PM1 atteint 30 μg/m3, ce qui est considérable pour des molécules de cette taille et qui n’est jamais atteint en extérieur », s’inquiètent les auteurs de l’étude. « Nos mesures montrent, sur le quai du RER A, dans la station de Gare de Lyon, entre 300 et 800 millions de particules par m3 », est-il précisé.

Des disparités selon les zones dans les stations

Ces mesures démontrent également des disparités importantes dans l’ensemble du réseau : « Les différences sont considérables entre l’avant, l’arrière et le milieu du quai ; entre des stations plus ou moins profondes ; entre les couloirs et les quais, etc. Et même entre différents trains sur un même quai », peut-on lire. L’association et les chercheurs estiment donc qu’il est nécessaire d’étudier la distribution de la pollution dans les stations en détail, et ne plus se contenter d’un seul point de mesure par station. Au regard de cette étude, les chercheurs recommandent par exemple de ne pas attendre le RER près de l’entrée du tunnel, en bout de quai.

Enfin, Respire et le CNRS soulignent que des paramètres de variabilité restent à définir : « la variabilité observée est-elle liée au type de matériel, au type de conduite ou encore à d’autres autre facteur restant à déterminer ? », se demandent les chercheurs. « Comprendre finement ces différences permettrait d’aider la RATP et la SNCF a diminuer les concentrations de polluant dans les enceintes souterraines ou les tunnels et l’exposition des usagers et des personnels », estiment-ils.

L’association demande également la mise en place d’une information en temps réel, le déploiement d’un système de dépollution dans les gares et rames, l’amélioration des systèmes de ventilation, la définition d’une norme de pollution, ou encore la suppression des trains au diesel.
Cramos / 2011 / Wikimedia Commons
Retrouvez toute l'information "pollutions" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La consigne en Norvège : un modèle durable

Dans ce nouveau numéro d'Environnement TV, Eva Gomez vous fait découvrir le dispositif de consigne en Norvège.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Le risque amiante encore mal perçu
Le risque amiante encore mal perçu
En 2019, si bien des professionnels admettent la dangerosité de l’amiante et en soutiennent la règlementation, ils sont encore bien peu à prendre conscience des risques pénaux. De maître d’ouvrage à entreprise de travaux, chacun ses priorités. Le salarié reste encore et toujours le plus susceptible de payer les pots cassés.
Les grandes banques françaises ont émis 4,5 fois plus de gaz à effet de serre que la France en 2018
Les grandes banques françaises ont émis 4,5 fois plus de gaz à effet de serre que la France en 2018
Selon une étude inédite réalisée par deux ONG, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et Banque Populaire Caisse d’Épargne ont contribué, par leur soutien financier aux énergies fossiles, aux émissions de « plus de 2 milliards de tonnes équivalent CO2 » en 2018.
Pesticides : une hausse des ventes constatée en France en 2018
Pesticides : une hausse des ventes constatée en France en 2018
En 2018, une forte augmentation des ventes de produits phytopharmaceutiques a été constatée en France.
Lutte contre la pollution de l'air : Paris la bonne élève, Marseille à la traîne
Lutte contre la pollution de l'air : Paris la bonne élève, Marseille à la traîne
Ce mercredi 11 décembre, le Réseau action climat France, Greenpeace France et Unicef France publient un classement des 12 plus grandes agglomérations françaises selon leurs politiques de lutte contre la pollution de l'air.
La nature peut réaliser 30% des baisses d’émissions de CO2 attendues d’ici 2030
La nature peut réaliser 30% des baisses d’émissions de CO2 attendues d’ici 2030
Les Etats doivent intégrer dans leurs objectifs de réduction d’émissions carbonées les solutions fondées sur la nature, plaident l’Union internationale de la conservation de la nature et la Plateforme océan et climat. Les milieux naturels – terrestres et océaniques - absorbent 50 % des émissions annuelles de CO2.
Des résidus de néonicotinoïdes persistent et menacent les abeilles
Des résidus de néonicotinoïdes persistent et menacent les abeilles
Des chercheurs du CNRS, de l’Inra et de l’Institut de l’abeille publient ce mercredi 27 novembre les résultats d’une étude qui prouve que malgré le moratoire de l’Union européenne sur les pesticides néonicotinoïdes, des résidus persistent.
22 % des écoles abritent de l’amiante dégradé
22 % des écoles abritent de l’amiante dégradé
Des « documents techniques amiante » trop rares, imprécis, insuffisamment prescriptifs et peu accessibles : le rapport interne à l’Education nationale met en évidence la légèreté avec laquelle est recensé l’amiante en milieu scolaire. Quand le DTA existe : 46 % des écoles bâties avant l’interdiction du matériau ne disposent pas du document, censé être établi depuis fin 2005 et régulièrement mis à jour.
Tous les articles POLLUTIONS
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
Conférence ADN Environnemental
23 Janvier 2020
Conférence ADN Environnemental
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
+ d'événements
Emploi
- Inspecteur Réseaux d'Assainissement H/F
- Opérateur de production/traitement H/F
- Jardinier / Jardinière d'espaces verts
- CHARGE DE MISSIONS HSE F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.