Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen

Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen
Le bruit généré par les avions a des conséquences sanitaires sur les riverains. Crédits : Pixabay
Par Abdessamad Attigui, le 21 juillet 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dix-huit associations ont entamé un recours pour presser l’État à agir contre les nuisances sonores causées par les activités aéroportuaires.

Sans réponse à la saisine du 09 mars dernier, du Président de la République et du Premier ministre, les 18 associations (dont l’Advocnar, le Cirena ou la Dirap) ont décidé de saisir le Conseil d’État pour respecter les directives européennes en matière de nuisances sonores émises par les avions. « La France ne respecte pas le règlement UE 598/2014, entré en application en 2016 ! », ont déclaré les associations dans un communiqué.

Cette législation européenne impose aux États membres de réaliser et/ou de demander une étude d’approche équilibrée pour chacun des aéroports au sein desquels s’opèrent chaque année plus de 50.000 mouvements d’aéronefs de plus de 34 tonnes, « dès lors qu’un problème de bruit a été identifié, ou qu’une nouvelle restriction d’exploitation est envisagée ». A l’issu de cette étude, l’État et les aéroports concernés adoptent un ensemble de mesures pour réduire les nuisances engendrées.

Neuf aéroports français sont dans le viseur de cette saisine : Bâle-Mulhouse, Bordeaux-Mérignac, Lyon-St-Exupéry, Marseille-Provence, Nantes-Atlantique, Nice-Côte d’Azur, Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Toulouse-Blagnac. Toutefois, « certains d’entre eux ont engagé une telle étude, mais la démarche est loin d’aboutir. Pour les autres, pire encore, elle n’est pas planifiée », a fait savoir le collectif d’associations.

De plus, même si l’État a mis en place des cartographies d’exposition au bruit autour des aéroports « nécessaires pour identifier un dépassement des valeurs limites de bruit », le collectif indique que celles-ci « n’ont pas été révisées, ni publiées ».

Des conséquences sanitaires

Ces nuisances sonores ont des externalités négatives sur les populations avoisinant les aéroports. Selon les résultats de l’étude individuelle longitudinale et de l’étude clinique « sommeil », publiées en 2020 dans l’étude nationale Debats (Discussion sur les effets du bruit des aéronefs touchant la santé), l’exposition au bruit des avions a des effets « délétères sur l’état de santé perçu, la santé psychologique, la gêne, la quantité et la qualité du sommeil et les systèmes endocrinien et cardiovasculaire ».

Malgré ces données, « aucune mesure de réduction réelle et tangible du bruit aérien n’est envisagée alors que les conséquences sanitaires, nécessitent d’agir sans tarder ». Dans ce contexte, les associations requérantes demandent au Conseil d’État : une injonction aux préfets compétents de faire réaliser et publier, dans les meilleurs délais, une étude d’approche équilibrée pour les aéroports concernés ; une obligation aux préfets compétents de réexaminer la pertinence des cartes stratégiques de bruit et de les publier ; et une désignation de la ou les autorité(s) administrative(s) indépendante(s) en charge de la conduite des études d’approche équilibrée pouvant conduire à l’établissement de restrictions d’exploitation.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le gouvernement déploie 75 millions d'euros pour les solutions de gestion des déchets radioactifs
Le gouvernement déploie 75 millions d'euros pour les solutions de gestion des déchets radioactifs
Le ministère de la Transition écologique, le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance et le Secrétariat général pour l’investissement, ont lancé un appel à projets pour l’innovation dans la gestion des déchets radioactifs. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 1er mars 2022.
Une carte interactive pour vérifier la qualité de l'air dans sa commune
Une carte interactive pour vérifier la qualité de l'air dans sa commune
La fédération des associations de surveillance de la qualité de l'air, Atmo France, a mis en place une carte interactive en ligne qui permet de visualiser l’indice de la qualité de l’air dans chaque commune française.
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Du caniveau au fleuve, et du fleuve à la mer, nos déchets urbains finissent bien souvent dans l'océan.
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Atmo France qui fédère les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) ont mis en place un suivi annuel de 75 pesticides dans l'air extérieur en métropole et en outre-mer. Les premières données seront accessibles en été 2022.
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
La Cour des comptes européenne indique dans un nouveau rapport que le principe du pollueur-payeur n'est pas totalement respecté au sein de l'Union européenne. Son application varie d'un secteur et d'un État membre à l'autre. Conséquence : ce sont les contribuables qui financent des actions de dépollution.
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
La deuxième étape de la zone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole du Grand Paris est en vigueur depuis le 1er juin 2021. La restriction de circuler est étendue aux véhicules Crit’Air 4 au sein des communes situées à l’intérieur du périmètre de l’autoroute A86. Mais les professionnels touchés par la crise économique pourront bénéficier de dérogations de l’application.
La réduction des émissions de méthane et la sécurité alimentaire, profondément liées
La réduction des émissions de méthane et la sécurité alimentaire, profondément liées
Une nouvelle étude théorise les conséquences des différentes approches de réduction des émissions du méthane sur la production alimentaire à l’horizon 2050. Ce travail comparatif révèle que la France ne pourrait pas pleinement subvenir à ses besoins alimentaires tout en respectant les plans de neutralité climatique.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.