Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les recycleurs démarrent l'année 2018 « sur la lancée de 2017 »

Les recycleurs démarrent l'année 2018 « sur la lancée de 2017 »
Par Anthony Laurent, le 5 avril 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
A la veille de la présentation, par le gouvernement, de la feuille de route pour l’économie circulaire, les recycleurs appellent de leurs vœux la mise en œuvre d’un « vrai plan de développement de l’économie circulaire » en France. Une impérieuse nécessité selon eux dans un contexte où l’activité du secteur tend à s’améliorer.

Alors que leur actualité est particulièrement chargée en ce moment – avec la décision chinoise de restreindre l’importation de certains déchets, le lancement de la feuille de route gouvernementale pour l’économie circulaire, etc. –, les recycleurs affirment, par la voix de Federec (la Fédération professionnelle des entreprises du recyclage), avoir réalisé un premier trimestre 2018 « sur la lancée de 2017 », pour reprendre l’expression de Jean-Philippe Carpentier, son président.

« 2017 a été une bonne année pour le secteur du recyclage, une année de rebond, si l’on compare la conjoncture actuelle à celle qui perdurait depuis mai 2014 avec notamment la chute brutale du prix du pétrole », commente Jean-Philippe Carpentier. Effets du « dossier chinois » mis à part, toutes les filières du recyclage se portent bien en ce début d’année 2018 : métaux, ferraille, plastiques, papier-carton, etc. « L’économie générale est elle-même repartie, de même que la consommation, ce qui a permis de restructurer le secteur », analyse le président de Federec. Et d’ajouter : « L’année 2017 est loin d’être exceptionnelle, mais elle est remarquable. »

La Chine, « une opportunité »

Si le chiffre d’affaires des recycleurs ne devraient pas progresser de façon significative en 2018 par rapport à 2017 (8,2 milliards d’euros), en revanche, « les marges se sont reconstituées », indique Jean-Philippe Carpentier. « Par conséquent, les résultats actuels devraient compenser les pertes subies en 2014, 2015 et, dans une moindre mesure, en 2016 », avance-t-il.

Si la conjoncture économique s’améliore donc, plusieurs dossiers grèvent encore d’incertitudes l’activité des recycleurs. Parmi ces dossiers, les mesures chinoises visant à importer des déchets de meilleure qualité constituent en réalité, selon le responsable, « une opportunité », car « si les standards progressent, nous devrons moderniser nos usines et nous crérons ainsi de la valeur ajoutée en Europe. » Et Jean-Philippe Carpentier de rappeler : « Il ne faut pas oublier que la Chine reste la première « usine du monde » et qu’elle aura donc toujours besoin d’importer des matières premières, quelles soient fossiles ou recyclées. »

« Mettre en œuvre un vrai plan de développement de l’économie circulaire en France »

Enfin, à l ’heure où le gouvernement doit dévoiler sa feuille de route pour l’économie circulaire, Federec rappelle l’importance, pour la France, de mettre en œuvre « un vrai plan de développement de l’économie circulaire » avec « une vision claire et précise », « ce que je ne perçois pas pour le moment... », fait savoir Jean-Philippe Carpentier.

Et le président de Federec d’insister sur les efforts qu’il reste à mener sur l’éco-conception des produits, la collecte des déchets et la création d’un marché de la demande en aval du recyclage. « Si ces conditions sont réunies, le secteur du recyclage se développera de façon optimale et continuera à investir, comme il le fait aujourd’hui à hauteur de 500 millions d’euros par an environ », conclut Jean-Philippe Carpentier.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Fairmat conçoit le premier matériau high-tech recyclé à bilan carbone négatif
Fairmat conçoit le premier matériau high-tech recyclé à bilan carbone négatif
La jeune pousse Fairmat lève 8,6 millions d’euros pour industrialiser sa technologie capable de rendre circulaire la production de composite à base de fibres de carbone.
Stéphane Panou garde la présidence de Federec Papiers-Cartons
Stéphane Panou garde la présidence de Federec Papiers-Cartons
Stéphane Panou, directeur Recyclage et Valorisation Matières à Paprec Groupe, est réélu à la présidence de la Fédération professionnelle des entreprises du recyclage (Federec) pour un mandat de trois ans.
Un partenariat pour l'essor de la filière du recyclage des déchets en Auvergne-Rhône-Alpes
Un partenariat pour l'essor de la filière du recyclage des déchets en Auvergne-Rhône-Alpes
La Région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA), l’Ademe et Federec Centre & Sud Est ont signé, ce mardi 12 octobre au salon Pollutec, une convention de partenariat pour le développement du recyclage et de la valorisation des déchets en AURA.
Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Le saviez-vous ? ENGIE a recyclé 96% des 3 premières éoliennes démantelées à Port-la-Nouvelle (Aude) ! Et le 100%, c'est pour bientôt.
Pau Béarn Pyrénées installe une « biofactory » pour la production de 10 énergies vertes
Pau Béarn Pyrénées installe une « biofactory » pour la production de 10 énergies vertes
C'est inédit ! La communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (Nouvelle-Aquitaine) s’engage avec un groupement mené par Suez dans la valorisation de ses eaux usées. A la clé, une « Biofactory » développant 10 ressources et énergies vertes.
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra dévoile ses solutions optimisées dans le tri optique des déchets
Tomra Recycling présentera au salon Pollutec ses nouvelles solutions qui reposent sur l’emploi de capteurs proche infrarouge pour trier les déchets.
Les sciences du comportement au secours de la réduction des déchets
Les sciences du comportement au secours de la réduction des déchets
Le bailleur social Paris Habitat a décidé de s'appuyer sur un dispositif innovant basé sur les sciences comportementales pour inciter ses locataires à réduire leurs déchets. Une première initiative avait déjà permis de réduire de 8 à 15 % leur consommation d'électricité.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.