Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Déchets du tourisme : Paris part de loin

Partager :
Déchets du tourisme : Paris part de loin
Par Laurence Madoui, le 17 mai 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Championne du monde du tourisme, la France ne l’est pas encore dans la gestion des quelque cinq millions de tonnes de déchets qui en sont issus. En Ile-de-France, on en est plus à identifier les bonnes pratiques qu’à déployer des stratégies, d’après la rencontre technique organisée le 16 mai par l’Observatoire régional des déchets.

Avec 50 millions de visiteurs par an, le tourisme est la « première industrie à Paris », selon le programme local de prévention des déchets ménagers. Pourtant, la problématique des déchets liés à cette activité reste aux frontières du document. Même constat sur le site de l’Office de tourisme et des congrès de Paris : la page consacrée au « tourisme durable » met en avant la mobilité douce, les espaces verts, l’éco-consommation et les hébergements engagés dans une démarche de développement durable. Pas les consignes de tri applicables dans la capitale.

Des Parisiens mauvais en anglais

C’est par le biais des syndicats professionnels du tourisme qu’est diffusée la version anglaise du guide du tri à Paris. Un outil essentiel aux visiteurs étrangers, souligne Maxime Kayadjanian, chef de projet Europe à l’Observatoire régional des déchets d’Ile-de-France (Ordif) : « Les touristes sont très bien intentionnés vis-à-vis du tri. Dans les faits, ils le pratiquent moins que sur leur lieu de vie, par manque d’information sur les consignes. »

La ville met en avant les 467 sites signataires (contre 150 fin 2014) de la Charte pour l’hébergement durable lancée mi-2012 qui agissent, notamment, sur la réduction et le tri des déchets. Elle a aussi renforcé les moyens de collecte sur les espaces attractifs (berges de la Seine et canaux, Champs de Mars, Trocadéro, Montmartre). Depuis l’automne 2018, sont expérimentées une quarantaine de poubelles compactantes fonctionnant à l’énergie solaire, sur trois sites très fréquentés (boulevards Haussmann, place de la République, gare de l’Est). Une opération retenue dans le cadre de l’édition 2017 du budget participatif.

L’événementiel pour doper l’usuel ?

Les JO vont stimuler l’offre de solutions dans le domaine de l’événementiel. L’association des Canaux envisage de monter « un consortium » d’acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS), de « taille critique » pour se mesurer « aux grands groupes qui vont préempter le marché », indique Christophe Divy, directeur du projet ESS 2024. En matière de gestion des déchets de restauration, la COP21 de fin 2015 avait fourni un tremplin à Moulinot, autre représentant de l’ESS. L’entreprise a depuis été retenue, aux côtés de Derichebourg, pour collecter et valoriser les biodéchets ménagers de six arrondissements parisiens, à partir de 2021.

Le Syctom, qui traite les 2,3 millions de tonnes de déchets de l’agglomération parisienne, est actionnaire depuis deux ans de la Semardel, société d’économie mixte de l’Essonne intervenant sur le tournoi de Roland-Garros. En 2018, 525 tonnes y ont été triées en 17 flux et valorisées à 65 % sous forme d’énergie (électricité, biogaz) et 35 % sous forme de matière (matière première secondaire, compost, combustible solide de récupération). La Fédération française de tennis réserve toutefois les fontaines à eau aux sportifs et aux personnels. 215.000 bouteilles d’eau ont donc été vendues sur le stade l’an dernier. Le monde de l’ESS invite à y récupérer les balles de tennis (plus de 66.000 utilisées en 2017).
Le tri des déchets obligatoire à Roland Garros / Crédit : Semardel
  [Vidéo] La reprise : à quel prix ?
Alors que la France est entrée en début de semaine dans la phase 2 du déconfinement, l'écologie sera-t-elle la grande oubliée de la relance post-Covid ?
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Maxime Baffert, fondateur de Bluedigo
Maxime Baffert, fondateur de Bluedigo
Alors que débute la deuxième phase du déconfinement, les entreprises et acteurs de l'environnement organisent la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Maxime Baffert, fondateur de Bluedigo.
Les entreprises de recyclage fortement impactées par le confinement
Les entreprises de recyclage fortement impactées par le confinement
La Fédération professionnelle des entreprises de recyclage (Federec) a effectué une enquête début mai pour évaluer l’impact du confinement sur les entreprises du secteur. Il en ressort que leur chiffre d’affaires a fortement baissé, avec - 39 % en mars et surtout - 64 % en avril.
Alexis Hubert, Snefid : « Les volumes de déchets médicaux ont fortement augmenté »
Alexis Hubert, Snefid : « Les volumes de déchets médicaux ont fortement augmenté »
Alexis Hubert, directeur général d’Ourry, est également président du Snefid, le Syndicat national des entrepreneurs de la filière déchet. Il nous a accordé une interview pour évoquer les conséquences de la crise sanitaire sur l’activité de la filière, qui a notamment dû s’adapter face à l’afflux des déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI), principalement dans les régions Ile-de-France et Grand Est. 
Un guide pour améliorer la recyclabilité des emballages de produits cosmétiques
Un guide pour améliorer la recyclabilité des emballages de produits cosmétiques
La Fédération des entreprises de la beauté (Febea) et l’éco-organisme Citeo, ont publié ce jeudi 28 avril, un guide pour aider les professionnels des cosmétiques à concevoir des emballages plus respectueux de l’environnement.
Renault Trucks et Indra Automobile Recycling vont recycler les pièces pour poids lourds
Renault Trucks et Indra Automobile Recycling vont recycler les pièces pour poids lourds
Renault Trucks a annoncé la mise en œuvre de sa propre filière de recyclage et réutilisation de pièces pour poids lourds, avec Indra Automobile Recycling.
L'Ordif met à jour la carte des acteurs franciliens de la collecte et traitement des déchets
L'Ordif met à jour la carte des acteurs franciliens de la collecte et traitement des déchets
L'Observatoire des déchets d'Ile-de-France (Ordif) a mis à jour sa carte interactive des acteurs de collecte et traitement des déchets ménagers.
La litière végétale : un biodéchet comme les autres ?
La litière végétale : un biodéchet comme les autres ?
L'entreprise de production de litière végétale pour chats, Rettenmaier France, publie une étude sur les bénéfices des litières organiques en comparaison avec les litières minérales, parmi lesquels, la réduction du poids et du volume de la production de déchets et la valorisation organique.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité H/F
- Chef de secteur H/F
- Poseur / Poseuse en isolation thermique
- Manager de Production F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.