Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

Réparer les satellites : « l'économie circulaire dans l'espace »

Partager :
Réparer les satellites : « l'économie circulaire dans l'espace »
Par Propos recueillis par Eva Gomez, le 17 mai 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Stéphanie Lizy-Destrez est enseignant-chercheur à l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (ISAE-Supareo), en charge des concepts spatiaux avancés. Depuis 2017, elle dirige une équipe qui développe un concept de « garage de l’espace ». Celui-ci vise à réparer les satellites endommagés, notamment en réutilisant les débris en orbite.

Environnement Magazine : Comment le concept de « garage de l’espace » est-il né ?

Stéphanie Lizy-Destrez : Nous avons constaté que rien n’était fait pour gérer les débris spatiaux ou la fin de vie des satellites, et qu’aucun commerce n’était associé à cette activité. Les industriels ne semblent pas avoir d’intérêt à investir dans cette activité. Et si en France, une loi oblige depuis 2011 la gestion de la fin de vie d’un satellite fabriqué en France ou mis en orbite depuis un site français, ce n’est pas le cas pour de nombreux autres pays. Mais il n’existe pas de gendarme ou de tribunal de l’espace. C’est pourquoi notre équipe de recherche a lancé ce projet de « garage de l’espace » ou d’« usine de recyclage de l’espace ».

En quoi consiste ce projet ?

Plutôt que de multiplier les lancements de nouveaux satellites, nous aimerions utiliser les objets déjà présents dans l’espace, afin de réparer et ravitailler les satellites vieillissants. Il s’agit donc de rallonger leur durée de vie, de retarder les nouveaux lancements – et donc de diminuer les coûts – ou de faciliter leur transfert vers une orbite cimetière. C’est une forme d’économie circulaire dans l’espace.

Quelle est la durée de vie d’un satellite ?

Il y a différents types de satellites. Les satellites de télécommunication sont situés dans l’orbite géostationnaire, à 36.000 km de la surface de la Terre. Les satellites de météorologie et d’observation sont situés entre 500 et 1200 km de la surface de la Terre, dans les orbites basses. Un satellite de télécommunications a une durée de vie d’environ 10 ans, qui est dimensionnée par la quantité de carburant de son réservoir. L’objectif du projet est de l’allonger à 15 ans. Pour les satellites d’imagerie, la durée de vie est de 7 à 8 ans, à cause de l’environnement hostile dans lequel ils évoluent : il y a les frottements atmosphériques, ce qui les freine et implique plus de manœuvres plus fréquentes pour maintenir leur trajectoire. Une fois que les satellites ne sont plus fonctionnels, on ne peut plus les contrôler, ils sont en mouvement libre avec une vitesse de 7 à 8 km par seconde. Il peut être alors difficile d’empêcher les collisions, qui créent à chaque fois des millions de petits débris.
 
DR

Comment se matérialise ce « garage de l’espace » ?

Nous développons un concept pour l’orbite géostationnaire, qui a été ensuite étendu aux orbites basses. Ce « garage de l’espace » est composé d’une station principale, à laquelle sera arrimé un dépôt pour stocker du carburant. Des « véhicules citernes » feront des allers-retours entre la Terre et la station pour ravitailler le dépôt en carburant. Un objet recycleur – une sorte de dépanneuse de l’espace – fera des allers-retours entre la station et les satellites endommagés. Enfin, une flotte de petits satellites circulera en repérage des débris ou des éventuels satellites à réparer.

Qu’appelle-t-on « débris spatiaux » et a-t-on une idée de leur nombre ?

On appelle « débris spatiaux », tous les objets qui résultent de l’activité humaine dans l’espace. Par exemple, les débris issus d’une collision entre deux satellites, ou les équipements qui se perdent lors d’une opération dans une station spatiale. Dans l’espace, il y a actuellement plusieurs centaines de millions de très petits objets de moins d’un centimètre, environ 900.000 objets dont la taille est comprise entre 1 et 10 centimètres, et 34.000 objets de plus de 10 centimètres.

Et combien de satellites sont-ils actuellement en orbite ?

Depuis Sputnik, il y a eu 5550 lancements. 8950 satellites ont été mis en orbite et 5000 sont toujours dans l’espace. Sur ces 5000 satellites, seulement 1950 sont toujours fonctionnels.
 
DR/Pixabay

Où en est le développement de votre concept ?

Notre travail consiste désormais à trouver la meilleure combinaison coût/rentabilité/moyens humains/fonctionnalité. Pour l’équipage, nous avons différentes options possibles : il peut s’agir d’une station habitée à 100% du temps, d’une station entièrement robotisée et pilotée depuis un centre de contrôle sur Terre, ou encore d’une station partiellement habitée, ou opérée depuis d’autres stations.

Nous devons nous projeter sur une durée de 15 ans, en prenant compte des évolutions des services qui entreront en jeu. Nous devons donc établir une conception qui soit modulaire et flexible. Il faudrait réparer 6 à 7 satellites par an sur une durée de 15 ans pour que ce soit rentable.

Votre équipe est-elle la seule à travailler sur un tel projet ?

Il existe de nombreuses équipes qui travaillent sur le « in-orbit servicing » et notamment sur le ravitaillement. Il y a eu par exemple des études de la Defense Advanced Research Project Agency aux Etats-Unis ou encore de la Nasa en 1983, sur les opérations dans l’espace. Mais à ce jour et à ma connaissance, il n’existe pas de concept équivalent à notre projet au niveau système. Il y a bien eu un concept étudié par des acteurs industriels européens et présenté en 2018 à un concours de l’Agence spatiale européenne, mais ce sont mes étudiants qui ont remporté ce concours !
Stéphanie Lizy-Destrez, enseignant-chercheur à l'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace / DR
Article issu du magazine Environnement Magazine + Hydroplus n° 1773.
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Rechercher dans nos articles
  Environnement TV à la cime des arbres

Ne perdez pas une minute, Environnement TV est en ligne !
+ de vidéos Environnement TV
Les plus lus
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Autrefois matière première, avant de basculer dans la catégorie déchet, les sédiments veulent retrouver leur statut de ressource. Ces dépôts de matières s’accumulant dans les ports et les voies navigables causent bien des difficultés aux gestionnaires maritimes et fluviaux. Alors que les coûts d’enfouissement augmentent de façon exponentielle, ces matières lourdes, difficiles à transporter, peuvent espérer une voie de sortie. Des initiatives émergent, notamment dans les domaines des éco-matériaux, de l’aménagement, de l’agriculture, et du génie civil.
« L’incendie de l’usine Lubrizol est emblématique des limites d’une gestion de crise exclusivement pilotée par l’État »
« L’incendie de l’usine Lubrizol est emblématique des limites d’une gestion de crise exclusivement pilotée par l’État »
Le 26 septembre dernier, un spectaculaire incendie s'est déclaré dans l'usine rouennaise du fabricant de produits chimiques Lubrizol. Très vite, la prise en charge de l'accident par les autorités publiques a été mise en cause. De nombreux habitants, associations et élus ont contesté l'intervention et le discours de l’État dans la gestion de la crise. Décryptage avec Olivier Borraz, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des risques.
Trois questions à : Nicolas Soret, président de la commission déchets de l'AMF
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Picogen : de l’énergie renouvelable pour la gestion des réseaux d’eau potable
À lire également
[Décryptage] Centres de tri : le défi de la modernisation
[Décryptage] Centres de tri : le défi de la modernisation
A l’heure où les consignes de tri évoluent et où l’Etat vise la collecte de 100 % des déchets recyclables d’ici 2025, moderniser les centres de tri est devenu primordial. Pour opérer le changement, fabricants d’équipements et exploitants misent avant tout sur l’évolution des technologies de tri. Un domaine dans lequel l’intelligence artificielle semble avoir un rôle majeur à jouer.
Consigne : trois questions à Alexandra Lange, responsable des affaires institutionnelles de Tomra Europe
Consigne : trois questions à Alexandra Lange, responsable des affaires institutionnelles de Tomra Europe
Alors que le projet de loi « antigaspillage pour une économie circulaire » entre en examen au Sénat ce mardi 24 septembre, la consigne est au cœur de tous les débats. Ce dispositif qui ne fait pas l'unanimité est défendu par Alexandra Lange, responsable des affaires institutionnelles de Tomra pour l'Europe.
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Ce mercredi 16 octobre, Suez et Point.P annoncent s'associer pour simplifier la reprise des déchets de chantiers grâce à un nouveau service de collecte.
[Dossier] Déchets ménagers : le Syctom se pose un défi
[Dossier] Déchets ménagers : le Syctom se pose un défi
Paris et sa banlieue font figure de mauvais élèves en matière d’OMR. Le syndicat qui gère les déchets ménagers du territoire essuie souvent les critiques et se lance un grand défi pour réduire enfin sa production de résiduel.
Risques et métiers des déchets : Amorce et Sofaxis renouvellent leur partenariat
Risques et métiers des déchets : Amorce et Sofaxis renouvellent leur partenariat
Ce jeudi 26 septembre, l’association de collectivités territoriales Amorce et Sofaxis, société du groupe Relyens, renouvellent leur partenariat pour la prévention des risques dans les métiers de la gestion des déchets.
[Dossier] Déchets ménagers : le casse-tête du résiduel
[Dossier] Déchets ménagers : le casse-tête du résiduel
Les consignes de tri s’élargissent, la collecte des biodéchets se développe, la loi Economie circulaire prévoit de nouvelles filières à responsabilité élargie des producteurs, mais il restera toujours une fraction de déchets résiduels à incinérer ou à enfouir. Comment les gérer ?
[Dossier] Déchets ménagers : le plan régional plombe le Puy-de-Dôme
[Dossier] Déchets ménagers : le plan régional plombe le Puy-de-Dôme
Alors que le Puy-de-Dôme a déjà atteint ses objectifs de réduction d’enfouissement des OMR, le département se dirige vers une explosion des coûts et de l’impact environnemental de la gestion de ses déchets résiduels.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Batimat
4 Novembre 2019
Batimat
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
13 Novembre 2019
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
+ d'événements
Emploi
- Technicien de maintenance H/F
- Chef de Projet - Facturation et Recouvrement H/F
- Technicien / Technicienne en Hygiène, Sécurité, Environnement industriel -HSE-
- Contrôleur de Gestion Industrielle F/H
+ d’offres
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.