Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Recyclage du polyéthylène : à quand une reconnaissance officielle ?

Partager :
[Tribune] Recyclage du polyéthylène : à quand une reconnaissance officielle ?
Par Nicolas Vollerin, responsable technique produits, Polieco France, le 29 juillet 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Cette semaine, Nicolas Vollerin, responsable technique produits de Polieco France, revient sur la norme à laquelle le polyéthylène recyclé est soumis. Selon lui, "pour atteindre l’objectif de zéro plastique en décharge en 2025, avec 100 % de plastiques recyclés, l’intégration des matières plastiques recyclées, « qualifiées » dans les normes et les certifications, est indispensable".

Nous vivons actuellement une situation paradoxale. Le polyéthylène recyclé, aujourd’hui reconnu par les industriels pour sa fiabilité, son homogénéité et sa robustesse, bénéficie d’une norme pour certaines applications relativement exigeantes, comme le jouet par exemple, mais pas pour d’autres telles que les tubes annelés destinés à la gestion des eaux pluviales, dont la fabrication repose pourtant sur des matières aux propriétés identiques.

Ce contexte, en interdisant toute obtention d’une certification NF ou autre marque de qualité, nuit au déploiement des produits recyclés et recyclables alors que la filière de revalorisation est désormais mature et bien structurée. Cela aboutit à des situations grotesques : par exemple, les tubes annelés en polyéthylène haute densité recyclés couvrent une partie importante du marché des eaux pluviales en France alors qu’ils ne sont pas certifiés et qu’ils font depuis plus de 20 ans leurs preuves à l’utilisation. Or, en l’absence de certification, il n’y a pas de barrière pour des produits de piètre qualité, et les collectivités ou les entreprises de pose, peuvent être tentées d’acquérir les moins coûteux, qui se révèlent bien souvent ne pas remplir les critères de qualité nécessaires à la durabilité des réseaux et contribuent à ternir la réputation des tubes en PEHD recyclés.

Pourtant, un polyéthylène recyclé de qualité a toutes les caractéristiques requises pour se substituer à la matière vierge en fonction des applications. Revenons sur ce matériau incroyable qu’est le polyéthylène. Cette matière plastique de synthèse, dérivée de la pétrochimie, est la plus répandue dans le monde des plastiques, avec 100 millions de tonnes utilisées par an. On trouve le polyéthylène sous deux catégories principales : le PEHD (haute densité), utilisé pour les jouets, les contenants rigides (lait, shampoing, lessive, futs, tubes pour applications dans le bâtiment…) et le PEBD (basse densité), utilisé pour les films agricoles, films étirables, les contenants souples, qui comprend la sous-famille du PEBD linéaire (sacs plastiques, film de protection alimentaire…). Ses principales applications sont l’emballage, le bâtiment et l’automobile.

En plus d’être économique, le PE vierge a pour propriété d’être translucide, colorable (par exemple en noir pour protéger contre les UV) et chimiquement inerte, c’est-à-dire qu’il a une bonne tenue aux agents chimiques avec lesquels il est en contact. Il a également pour vertu d’être recyclable, même une fois recyclé ! Aujourd’hui, seuls 25 % des déchets plastiques sont recyclés, l’organisation de la collecte et le tri des déchets, notamment les plus petits, étant encore problématique. Toutefois, les progrès sont sensibles : en 10 ans, le recyclage des matières plastiques a augmenté de 80 %. En France, nous sommes encore un peu en retard puisque nous recyclons 20 % des matières plastiques, contre 30 % en moyenne en Europe.

Outre la qualité de nos produits recyclés en Europe qui mérite d’être soulignée, un des atouts les plus considérables du PE recyclé concerne sa faible empreinte carbone avec des valeurs qui peuvent atteindre 65 % de moins d’équivalent CO2, par rapport au même produit réalisé à partir d’une résine vierge. Un environnement normatif et technique devrait permettre de créer un cercle vertueux et de contribuer au financement de toute la chaîne du recyclage. La démarche environnementale impulsée par la feuille de route pour une économie circulaire (Frec), lancée par le ministère de la transition écologique et solidaire, va dans le bon sens.

Néanmoins, pour atteindre son objectif de zéro plastique en décharge en 2025, avec 100 % de plastiques recyclés, l’intégration des matières plastiques recyclées, « qualifiées » dans les normes et les certifications, est indispensable. Reste donc à fédérer les industriels de la plasturgie pour mener à bien ces évolutions sur le polyéthylène recyclé. Car fondamentalement, personne ne pourrait aller à l’encontre d’un produit 100 % recyclé, qui offre les mêmes garanties que le même produit en matériau vierge.
Nicolas Vollerin, responsable technique produits, Polieco France
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV ouvre les vannes
Le 21e Carrefour des gestions locales de l'eau se tient en ce moment même à Rennes. Pour l'occasion, l'équipe d'Environnement TV vous propose une émission consacrée à l'Eau.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Le Syctom diffère son investissement dans le centre de traitement des déchets ménagers de Romainville-Bobigny
L'agence métropolitaine des déchets ménagers de l'agglomération parisienne a décidé de suspendre l'investissement de plus de 300 millions d'euros dans le centre de traitement des déchets ménagers de Seine-Saint-Denis, en attendant l'élection du prochain exécutif, le 28 mai prochain.
Commande publique : la loi sur l’économie circulaire ne sera pas disruptive, selon les avocats
Commande publique : la loi sur l’économie circulaire ne sera pas disruptive, selon les avocats
Adopté par l’Assemblée le 21 janvier, le projet de loi sur l’économie circulaire doit l’être au Sénat le 30 janvier. Un texte qui ne révolutionnera pas la commande publique, selon les avocats invités par l’Institut national de l’économie circulaire à le décrypter, le 27 janvier.
Le projet de loi économie circulaire est adopté par la commission mixte paritaire
Le projet de loi économie circulaire est adopté par la commission mixte paritaire
Ce mercredi 8 janvier, la saga du projet de loi antigaspillage pour une économie circulaire touche à sa fin. Il vient d'être adopté à l'unanimité par une commission mixte paritaire composée de sept députés et sept sénateurs.
[Tribune] La Computer Vision au service du tri des déchets
[Tribune] La Computer Vision au service du tri des déchets
Cette semaine, le CEO de Deepomatic, Augustin Marty, explique en quoi l'intelligence artificielle peut révolutionner la gestion des déchets, dans un contexte où "l’Asie ferme ses portes aux importations d’ordures non valorisables et impures en provenance d’Europe​".
Quel avenir pour le compostage des boues de stations d'épuration ?
Quel avenir pour le compostage des boues de stations d'épuration ?
Le projet de loi antigaspillage pour une économie circulaire, adopté en commission mixte paritaire le 8 janvier dernier, préoccupe les professionnels de la filière de compostage des boues d'épuration.
La lutte contre le gaspillage alimentaire est étendue à la restauration collective privée et à l'industrie agroalimentaire
La lutte contre le gaspillage alimentaire est étendue à la restauration collective privée et à l'industrie agroalimentaire
Depuis le 1er janvier dernier, une ordonnance élargit au secteur de la restauration collective privée et aux industries agroalimentaires, l'obligation de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Des communes girondines banissent collectivement les plastiques à usage unique
Des communes girondines banissent collectivement les plastiques à usage unique
Cinquante-et-une communes du Smicval Libournais-Haute Garonne viennent de s’engager dans une démarche « zéro plastique à usage unique ». Une initiative originale autant que salutaire.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
SALON AQUIBAT
26 Février 2020
SALON AQUIBAT
Confs'Amiante Navire
10 Mars 2020
Confs'Amiante Navire
Rendez-vous de la Matière
17 Mars 2020
Rendez-vous de la Matière
+ d'événements
Emploi
- Technicien(ne) de Maintenance H/F
- Assistant(e) Gestin de Parc H/F
- Ambassadeur / Ambassadrice du tri
- INGENIEUR MACHINE SPECIALE EN CDI F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.