Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Trois questions à : Nicolas Soret, président de la commission déchets de l'AMF

Partager :
Trois questions à : Nicolas Soret, président de la commission déchets de l'AMF
Par Propos recueillis par Laurence Madoui, le 16 octobre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Même si l’Association des maires de France note des avancées dans le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (filière sur les déchets du BTP, indice de réparabilité), la critique l’emporte : selon son secrétaire général, Philippe Laurent, la consigne des bouteilles en plastique « remet en question le modèle économique du recyclage ». Nicolas Soret, président d’une intercommunalité de l’Yonne, défend la version votée le 27 septembre en première lecture au Sénat, limitant la consigne aux seules fins de réemploi. Sans grande illusion sur sa réécriture par l’Assemblée nationale, qui doit examiner le texte en décembre.

Pourquoi l’AMF s’oppose-t-elle à la consigne ?

Sur ce dossier, je fais plus de sémantique que de politique ! L’AMF soutient la consigne pour réemploi, sur le modèle d’antan de récupération des bouteilles en verre, lavées et reremplies. Elle annoncera, lors de son congrès (18-21 novembre), un dispositif d’appui aux producteurs (viticulteurs, brassiers), volontaires pour bâtir un circuit de remise en circulation du verre à l’échelle locale. Faites un micro-trottoir sur la consigne : 100 % des Français y seront favorables, car c’est à ce schéma qu’ils songent. Le gouvernement s’appuie sur cette popularité pour avancer un système radicalement différent, ciblant les bouteilles en plastique en vue du recyclage. Qui est superflu, puisque les collectivités s’y emploient depuis vingt-cinq ans.

Avec un recyclage limité à 57 % des bouteilles

Ce taux monte au fil de l’extension des consignes de tri1, qui concerne un tiers des Français et que tous pratiqueront en 2022. Nous donnons rendez-vous à la secrétaire d’Etat en 2023 pour mesurer l’avancée vers les 90 % de recyclage visés par l’Union européenne pour 2029. Mais Brune Poirson, se référant à l’Allemagne, est déjà persuadée qu’on n’y sera pas sans consigne. Oubliant que la Belgique s’en passe pour recycler déjà 80 % du gisement.

Les collectivités investissent massivement2 dans la modernisation des centres de tri, au regard d’un volume entrant annoncé. Sans étude d’impact préalable, on s’apprête à changer la règle du jeu – et donc à rompre la confiance. La consigne va détourner des tonnages, les centres seront surcalibrés et les coûts de fonctionnement majorés. La bouteille en PET (vendue 350 euros/tonne) échappera au service public local qui, en revanche, gardera la barquette de plat cuisiné en polypropylène noir, que les machines de tri optique ne reconnaissent pas. Les élus n’auront d’autre choix que d’augmenter la fiscalité locale.

Le consommateur aussi devra mettre à la main à la poche

Chaque bouteille sera consignée 0,15 euro et l’expérience européenne montre que 90 % sont rapportées en magasin. Avec 10 % de non-retour, 200 millions d’euros par an reviendraient aux industriels, ce n’est pas une paille. Le petit commerce sera aussi perdant car ce sont les grandes surfaces qui pourront se doter des 110.000 machines de déconsignation prévues.

Une des clés de l’efficience est de rapprocher le point de collecte du déchet de son lieu de production, d’où la desserte des ménages en porte-à-porte. La consigne annonce un éloignement. Un urbain peine à stocker au foyer ses emballages avant de les amener au local propreté. Et il pourra demain les garder jusqu’à ses prochaines courses ?

L’exécutif se focalise sur l’aval (collecte, traitement) quand le vrai sujet porte sur l’amont : quelle place garder au plastique quand le climat se dérègle et qu’il faut accélérer les transitions ? Le vrai courage consisterait à éradiquer les emballages dont on sait, à la seconde même où ils sont mis sur le marché, qu’on ne saura pas les recycler.



1 : qui suscite un gain de 2 kg/an/hab. sur les plastiques et autant sur les autres matériaux, selon Citeo.
2 : 1,2 à 1,8 milliard d’euros à consentir dans l’adaptation de l’outil de tri d’ici 2030, chiffrait l’Ademe en 2015
Crédit : Anthony Prosper
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Ça m'énerve : la pollution visuelle

Dans ce second numéro d’Environnement TV, Agnès Breton s’attaque à la pollution visuelle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Le label Longtime dévoile les deux premiers produits certifiés durables
Des appareils des marques Rowenta et XPlorer décrochent le label contre l’obsolescence programmée.
Risques et métiers des déchets : Amorce et Sofaxis renouvellent leur partenariat
Risques et métiers des déchets : Amorce et Sofaxis renouvellent leur partenariat
Ce jeudi 26 septembre, l’association de collectivités territoriales Amorce et Sofaxis, société du groupe Relyens, renouvellent leur partenariat pour la prévention des risques dans les métiers de la gestion des déchets.
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Ce mercredi 16 octobre, Suez et Point.P annoncent s'associer pour simplifier la reprise des déchets de chantiers grâce à un nouveau service de collecte.
ECT transforme les terres inertes en potager urbain
ECT transforme les terres inertes en potager urbain
A côté de l’aéroport d’Orly, ECT s’apprête à réhabiliter un site délaissé grâce à des terres inertes issues de chantiers du BTP.
Après une année 2018 contrastée, les recycleurs voient « des nuages à l'horizon »
Après une année 2018 contrastée, les recycleurs voient « des nuages à l'horizon »
Alors que l'année 2019 tire à sa fin, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) a présenté, ce mercredi 30 octobre, son observatoire statistique pour le marché du recyclage en 2018. « Une année de transition et des nuages à l'horizon », analyse la fédération professionnelle.
Loi économie circulaire : les recycleurs font leurs propositions aux députés
Loi économie circulaire : les recycleurs font leurs propositions aux députés
La Fédération des entreprises du recyclage (Federec) a présenté aux députés, ce mardi 5 novembre, ses propositions concernant le projet de loi antigaspillage pour une économie circulaire.
Le Ceti recycle les vêtements en fil de coton
Le Ceti recycle les vêtements en fil de coton
Jeudi 19 septembre dernier, le Centre européen des textiles innovants (Ceti) à Tourcoing (Nord), a inauguré son démonstrateur de recyclage du coton.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Concepteur Vendeur (H/F)
- Responsable gestion des réseaux
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Ingénieur Conception Electronique Analogique F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.