Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Territoires > Un livre blanc pour concilier développement du numérique et protection de l’environnement
TERRITOIRES

Un livre blanc pour concilier développement du numérique et protection de l’environnement

PUBLIÉ LE 20 MARS 2018
E.G
Archiver cet article
Toute l'information de cette rubrique est dans : Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Le 19 mars, l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), la Fondation internet nouvelle génération (Fing), le WWF France et GreenIT.fr, avec la participation du Conseil national du numérique (CNNum), ont publié leur « Livre blanc numérique et environnement ».

« Ce Livre blanc présente 26 propositions d’action aux acteurs publics pour mettre le potentiel de transformation du numérique au service de la transition écologique », expliquent les cinq organismes co-auteurs. Le "Livre blanc numérique et environnement" a été présenté ce lundi 19 mars par les secrétaires d’État Brune Poirson (ministère de la transition écologique) et Mounir Mahjoubi (numérique). Destiné à nourrir la réflexion des pouvoirs publics, il « propose des pistes d’action pour réduire l’empreinte écologique du numérique en faveur de l’écologie et mobiliser le potentiel des données », est-il précisé. Son but est notamment d’ouvrir un nouvel agenda politique : celui de la convergences des transitions numérique et écologique.

« Selon la manière dont les nouveaux produits et services portés par le numérique seront conçus par les innovateurs, utilisés par les citoyens et régulés par les pouvoirs publics, la transition numérique facilitera ou au contraire rendra plus difficile la transition écologique. Ainsi, par exemple, l’autonomisation des véhicules conduira à la division par deux ou au contraire au doublement de la consommation d’énergie dans le domaine de la mobilité. (...) Et les pouvoirs publics – nationaux comme locaux – ont un rôle à jouer », explique Damien Demailly de l’Iddri, qui a coordonné la rédaction de ce Livre blanc. Ainsi, l’Iddri, la Fing, le WWF-France et GreenIT.fr établissent dans cette publication, des propositions pour réduire l’empreinte écologique du numérique, utiliser le numérique pour mieux concevoir les politiques écologiques, soutenir l’innovation numérique en faveur de l’écologie et « mobiliser le potentiel des données au service de la transition écologique ».

Parmi les 26 propositions émises, figurent la généralisation de l’affichage « durabilité » sur les équipements numériques, l’obligation de l’éco-conception des services numériques publics et des grandes entreprises, la mise en valeur des projets « innovants focalisés sur la production d’impacts écologiques radicaux » dans les programmes d’innovation numérique, ou bien la création de territoires d’expérimentations numériques et écologiques.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
CSRD : Watershed lance un logiciel pour accompagner les entreprises
CSRD : Watershed lance un logiciel pour accompagner les entreprises
Le gouvernement lance une « réserve territoriale citoyenne » pour s'engager dans sa commune
Le gouvernement lance une « réserve territoriale citoyenne » pour s'engager dans sa commune
Toulouse à la recherche de fraîcheur
Toulouse à la recherche de fraîcheur
Catastrophes naturelles : modification des conditions d’indemnisation
Catastrophes naturelles : modification des conditions d’indemnisation
Tous les articles Territoires
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS