Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

TERRITOIRES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Un quart de l'empreinte carbone des Français est lié à l'alimentation

Partager :
Un quart de l'empreinte carbone des Français est lié à l'alimentation
Par E.G, le 27 février 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Territoires
Alors que le salon international de l’agriculture se tient jusqu’au 3 mars prochain au Parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, une étude s’intéresse à l’empreinte énergétique et carbone de l’alimentation en France. Ainsi, un quart de l’empreinte carbone des Français serait liée à l’alimentation.

D’après une étude publiée fin janvier dernier par le CNRS, EDF, l’Iddri, le Cired, Solagro, ou encore le Club ingénierie prospective énergie et environnement, menée en partenariat avec l’Ademe, un quart de l’empreinte carbone des Français serait liée à l’alimentation. « L’analyse rappelle la part prépondérante de l’empreinte carbone liée à la phase de production agricole, l’intérêt de l’agro-écologie et l’importance du comportement des consommateurs, en constante évolution, dans la réduction des impacts environnementaux », explique l’Ademe.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont « fait dialoguer les données issues des statistiques et modèles de production agricole, de la consommation alimentaire, de la transformation et des transports », peut-on lire dans la synthèse de l’étude.

Deux tiers de cette empreinte carbone sont liés à la production agricole

Pour couvrir la demande alimentaire de Français, 26 millions d’hectares de surfaces agricoles sont nécessaires, rappelle l’Ademe. « Une part significative de ces surfaces sont des prairies qui permettent de stocker du carbone, élément majeur de la lutte contre le changement climatique », est-il précisé. Néanmoins, deux tiers de l’empreinte carbone liée à l’alimentation sont induits par la phase de production agricole, suivie du transport de marchandises à hauteur de 19%. « Le méthane lié à la fermentation entérique des ruminants et aux effluents d’élevages, représente 44% des émissions émanant de la production agricole. Le protoxyde d’azote issu principalement de l’usage de fertilisants azotés sur les sols agricoles, est responsable de 34% de ces émissions », souligne l’Ademe.

Les phases de transformation, de distribution, de restauration et de consommation représentent une moindre part de cette empreinte carbone. L’empreinte énergétique est quant à elle mieux répartie sur l’ensemble de la chaîne agro-alimentaire, « la part prépondérante (31%) étant liée aux transports », souligne l’Ademe. La production agricole constitue le deuxième facteur de consommation énergétique, suivie de la distribution et la restauration, puis de la transformation alimentaire.

Agro-écologie et valorisation des déjections

Pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et l’empreinte énergétique, l’Ademe préconise l’accélération du développement de l’agro-écologie, l’optimisation de la fertilisation azotée, le développement des légumineuses et de l’agroforesterie, ou encore la valorisation des déjections en fertilisation et pour la production d’énergie.
Pixabay / DR
Retrouvez toute l'information "territoires" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La consigne en Norvège : un modèle durable

Dans ce nouveau numéro d'Environnement TV, Eva Gomez vous fait découvrir le dispositif de consigne en Norvège.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Crues : le gouvernement veut améliorer la prévention et la gestion des risques
Crues : le gouvernement veut améliorer la prévention et la gestion des risques
Ce mardi 3 décembre, la ministre de la transition écologique Elisabeth Borne a réuni les élus locaux de régions du sud de la France touchées par les crues, afin de travailler à une meilleure gestion des risques.
Fonds Barnier : le soutien aux travaux de réduction de la vulnérabilité des habitations passe de 40 à 80%
Fonds Barnier : le soutien aux travaux de réduction de la vulnérabilité des habitations passe de 40 à 80%
Samedi 7 décembre dernier, la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, a annoncé le doublement de 40 à 80% du soutien des travaux de réduction de la vulnérabilité des habitations dans le cadre des plans de prévention des risques d'inondation.
L'ADN environnemental à l'honneur le 23 janvier à Lyon
L'ADN environnemental à l'honneur le 23 janvier à Lyon
La zone Atelier Bassin du Rhône organise le 23 janvier prochain une journée consacrée aux nouveaux outils de bioévaluation environnementale basés sur l’ADN.
Nouvelle édition de l'appel à manifestation d'intérêt pour la transition écologique en Ile-de-France et Normandie
Ce mercredi 11 décembre, les Régions Ile-de-France et Normandie lancent leur sixième édition annuelle de l'appel à manifestation d'intérêt « Transition écologique et valorisation économique ».
Lubrizol : une consultation en ligne pour identifier les difficultés des élus locaux dans la gestion de crise
Ce mercredi 4 décembre, la commission d'enquête du Sénat sur la gestion des conséquences de l'incendie de l'usine Lubrizol lance une consultation en ligne pour les élus locaux.
Une nouvelle infrastructure pour le laboratoire des sciences du climat et de l’environnement
Une nouvelle infrastructure pour le laboratoire des sciences du climat et de l’environnement
Ce mardi 19 novembre, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), le CNRS et l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), ont inauguré l’Infrastructure pour les sciences du climat et de l’environnement.
Michel Gioria : « Il faut apprendre à vivre avec un revenu mensuel et un budget annuel de 2 tonnes de CO2 »
Michel Gioria : « Il faut apprendre à vivre avec un revenu mensuel et un budget annuel de 2 tonnes de CO2 »
A la veille de l’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi sur l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage, le directeur de l’Ademe d’Ile-de-France dit tout le bien qu’il pense du texte … sachant que l’essentiel est ailleurs : pour Michel Gioria, c’est la fiscalité écologique qui permettra de découpler la croissance économique et la dégradation de l’environnement, dont l’inflation de déchets.
Tous les articles TERRITOIRES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
Conférence ADN Environnemental
23 Janvier 2020
Conférence ADN Environnemental
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
+ d'événements
Emploi
- Inspecteur Réseaux d'Assainissement H/F
- Opérateur de production/traitement H/F
- Jardinier / Jardinière d'espaces verts
- CHARGE DE MISSIONS HSE F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.