Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Territoires > Scolytes : un plan d’urgence du gouvernement pour aider la filière forêt-bois
TERRITOIRES

Scolytes : un plan d’urgence du gouvernement pour aider la filière forêt-bois

PUBLIÉ LE 16 AVRIL 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Scolytes : un plan d’urgence du gouvernement pour aider la filière forêt-bois
Epicéa ravagé par les scolytes / Crédits : Adobestock
Le ministère de l’Agriculture a présenté le 15 avril un plan pour protéger la filière forêt-bois des ravages provoqués par les scolytes. Parmi les principales mesures : des accompagnements financiers, et des outils pour diversifier les débouchés du bois touché par ces insectes.

Au cours d’un déplacement dans les Vosges, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesnau, a présenté ce 15 avril un « plan national d’actions scolytes et bois de crise ».

Ces petits insectes, et leurs larves, provoquent la mort des arbres en creusant des galeries sous les écorces. Avec le réchauffement climatique, les arbres, affaiblis, sont de plus en plus sujets aux attaques.

Les forêts d’épicéas et de sapins du Nord-Est de la France sont principalement touchées. Sur les 520 000 hectares de peuplement de ces deux essences dans les régions concernées, environ 110 000 ha ont été colonisés. Les impacts sont visibles sur les écosystèmes, sur les paysages, mais aussi sur la ressource bois, dont les flux d’approvisionnement et la qualité des produits sont perturbés.

 
Le plan comprend plusieurs mesures comme :

- La pérennisation de la cellule nationale de crise. Son périmètre sera élargi à l’ensemble des problématiques relatives à la gestion des bois de crise.
 
- Des aides financières, notamment pour enrayer la propagation des insectes via l’écorçage des arbres abattus. Le ministère soutiendra l’acquisition de "kits d’écorçage" à hauteur de 65% du prix d’achat, dans la limite de 8.000 euros par unité, dont pourront bénéficier les entreprises propriétaires d’abatteuses et exploitant mécaniquement la forêt. 
 
- Le développement de débouchés pour le bois touché par les scolytes. Si les arbres ont été coupés au début de la colonisation, ceux-ci sont encore utilisables pour la construction. Afin d’en encourager l’usage, le gouvernement entend diffuser largement auprès des prescripteurs de construction, et notamment les acheteurs publics le guide dédié publié en octobre dernier par la Fédération nationale des communes forestières (FNCofor) et l’ONF.
 
Si les arbres ont été coupés trop tard (le bois sèche et devient alors impropre à la construction), et s’il n’est pas possible de trouver une valorisation à proximité, le ministère souhaite encourager leur utilisation pour approvisionner les centrales biomasse - sous conditions. 

Enfin, une mission inter-inspections – CGAAER/IGF/IGEDD – sera lancée pour étudier « la préparation de la filière et besoins d’accompagnement en lien avec les crises sylvicoles ».
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Éclairage public : prolongation des aides à la rénovation
Éclairage public : prolongation des aides à la rénovation
Le Finistère se prépare à la montée des eaux
Le Finistère se prépare à la montée des eaux
Trophées Eco-actions : 12 collectivités récompensées
Trophées Eco-actions : 12 collectivités récompensées
Ville « amie des animaux » : Fresnes veut renforcer son engagement
Ville « amie des animaux » : Fresnes veut renforcer son engagement
Tous les articles Territoires
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS