BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Ouverture de la consultation publique du plan loup 2018-2023

Ouverture de la consultation publique du plan loup 2018-2023
Par Eva Gomez, le 9 janvier 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Depuis hier et jusqu’au 29 janvier prochain, le nouveau plan loup est soumis à la consultation du public. Il prévoit notamment la destruction de 10 % de la population, un suivi de l’hybridation ou encore la création d’un observatoire des mesures de protection.

Du 8 au 29 janvier 2018, le plan d’actions national sur le loup et les activités d’élevage pour la période 2018-2023 est ouvert à la consultation du public. « Deux expertises scientifiques collectives, l’une sur les aspects biologiques et l’autre sur les aspects sociologiques, réalisées par le Muséum national d’histoire naturelle et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), ont dégagé les données sur la viabilité de l’espèce et les facteurs d’acceptation », indique le gouvernement sur le portail des consultations publiques. Des ateliers complétant ces expertises ont « permis de dresser un bilan précis de la situation et de formuler des propositions concrètes pour réduire les situations de prédation sur les troupeaux domestiques et mieux accompagner les éleveurs », est-il précisé.

40 loups abattus en 2018, puis 10 % de la population

Concrètement, ce projet de nouveau plan loup confirme le contenu de l’arrêté publié le 20 juillet dernier, selon lequel 40 loups seront abattus en 2018, contre 36 pour l’année 2016-2017. Ce nombre permet, selon le projet de plan, « d’assurer la transition avec la gestion de l’année 2017 ». A terme, il sera porté à une proportion de 10 % de la population de loups sur le territoire français. « Dans l’hypothèse où ce plafond serait atteint avant la fin de l’année civile, le préfet coordonnateur aura la possibilité d’activer l’autorisation de tirs de défense additionnels dans la limite de 2 % supplémentaire », indique le plan en consultation. Des tirs de défense simples pourront également être fixés au-delà du plafond de 10 % de la population. A noter que les expertises scientifiques recommandent de ne pas abattre plus de 10 à 12 % de l’effectif « afin de ne pas remettre en cause la viabilité de l’espèce ».

Les tirs de défenses seront privilégiés entre janvier et septembre pour « pouvoir abattre prioritairement les loups qui attaquent les troupeaux, afin de réduire les dommages », précise le projet de plan d’actions. « Les tirs de prélèvements seront effectués dans un second temps, à l’automne, pour réduire la pression de prédation quand cette dernière est forte dans les d’attaque, et pour freiner l’expansion du loup sur certains fronts de colonisation, notamment dans les régions qui accueillent les troupeaux les plus difficiles à protéger ». Le principe de plafond annuel devrait être réexaminé, ainsi que son niveau et ses modalités de gestion, « dès lors que la population sera considérée en bon état de conservation sur le territoire par les scientifiques », souligne le document.

Suivi de l’hybridation

De plus, ce projet prévoit de suivre le phénomène d’hybridation dans la population de loups. L’ONCFS a procédé à une évaluation en juillet dernier en fournissant 228 échantillons au laboratoire Antagene, « reconnu au plan international dans le domaine des analyses génétiques sur la faune sauvage ». Sur 130 individus analysés, 10 sont reconnus comme hybrides. « L’hybridation récente (de 1ère génération) concerne 1,5 % des animaux, et 6 % sont concernés par de l’hybridation plus ancienne », rappelle le projet de plan d’actions. Ainsi, « la question des hybrides fera l’objet d’une attention particulière, afin d’évaluer si son taux de 1 à 2 % de la population, évolue et justifie un dispositif permettant de les exclure du plafond ».

Observatoire des mesures de protection

Les modalités de la mise en place des mesures protection – à savoir, gardiennage renforcé, parc de regroupement mobile électrifié, chiens de protection, parc de pâturage de protection renforcé électrifié et analyse de vulnérabilité – sont également détaillées dans le projet de plan d’action du gouvernement. L’accompagnement des éleveurs sur l’évolution des techniques de protection, la mise en place d’un réseau « chiens de protection » ou encore l’adaptation de l’indemnisation selon le niveau d’attaques subies, en font partie. Par ailleurs, la création d’un « observatoire de diagnostic (…) de la protection des troupeaux » est prévue. Cet observatoire agirait comme un « outil d’alerte sur les situations extrêmes de prédation et sur d’éventuelles anomalies entre le niveau de protection et le niveau de prédation », mais également comme un outil d’aide à la décision pour l’État concernant les politiques en la matière.

Le 12 janvier prochain, le Conseil national de la protection de la nature donnera son avis sur ce projet. En février, suite à la consultation publique, et après l’approbation des ministères de la transition écologique et solidaire et de l’agriculture, le plan national d’actions 2018-2023 entrera en vigueur. Il doit assurer « la nécessaire conjugaison de protection de la biodiversité d’une part et des activités économiques d’élevage et d’entretien du territoire grâce au pastoralisme d’autre part rendent nécessaires  la prise en compte et le respect des impacts environnementaux, humains et économiques », estime le ministre de l’agriculture Stéphane Travert.
Pixabay
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Zapping : la température monte !
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
N° 1796
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant homologation de la décision n° 2022-DC-0729 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 15 juillet 2022 fixant, de manière temporaire, de nouvelles limites de rejets thermiques applicables aux réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey (INB n° 78 et n° 89) Lire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé de la ville et du logement) Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant modification de l'arrêté du 5 juillet 2022 portant retrait du marché et rappel de bouteilles de plongée Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet de la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargée de l'écologie) Lire
Décision du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (direction générale de l'alimentation) Lire
Décret n° 2022-996 du 8 juillet 2022 modifiant les statuts de l'établissement public d'aménagement de Paris-Saclay Lire
Décret n° 2022-993 du 7 juillet 2022 déclarant d'utilité publique le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue Cigéo et portant mise en compatibilité du schéma de cohérence territoriale du Pays Barrois (Meuse), du plan local d'urbanisme intercommunal de la Haute-Saulx (Meuse) et du plan local d'urbanisme de Gondrecourt-le-Château (Meuse) Lire
Décret n° 2022-992 du 7 juillet 2022 inscrivant le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue (Cigéo) parmi les opérations d'intérêt national mentionnées à l'article R. 102-3 du code de l'urbanisme Lire
Décret n° 2022-978 du 2 juillet 2022 relatif aux contrôles de l'alcoolémie et de l'usage de stupéfiants dans le domaine de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-977 du 1er juillet 2022 relatif aux missions du BRGM Lire
Décret n° 2022-976 du 1er juillet 2022 modifiant le décret n° 97-444 du 5 mai 1997 relatif aux missions de SNCF Réseau et portant diverses dispositions d'adaptation du droit ferroviaire Lire
Décret n° 2022-975 du 1er juillet 2022 relatif à l'extension aux éléments de décoration textiles de la filière à responsabilité élargie du producteur des éléments d'ameublement et modifiant diverses dispositions relatives aux déchets Lire
Arrêté du 22 juin 2022 accordant un permis exclusif de recherches de gîtes géothermiques, dit « Permis des Sources » (Bas-Rhin), à la société Lithium de France SAS Lire
Décret n° 2022-945 du 28 juin 2022 fixant les modalités d'application de l'expérimentation relative à l'institution du médiateur de l'hydroélectricité et portant application de l'article L. 511-14 du code de l'énergie Lire
Arrêté du 23 juin 2022 portant création d'une zone interdite temporaire dans la région de Versailles (Yvelines), identifiée Versailles Sommet économique, dans la région d'information de vol de Paris Lire
Arrêté du 22 juin 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant la liste des sites ou services de la direction générale de l'aviation civile en application de l'arrêté du 26 décembre 2016 Lire
Arrêté du 17 juin 2022 portant nomination au conseil d'administration de Voies navigables de France Lire
Arrêté du 17 juin 2022 autorisant l'ouverture de concours pour le recrutement de professeurs de l'enseignement supérieur agricole (grade de deuxième classe) au titre de l'année 2022 Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement par voie de PACTE pour l'accès au corps des agents d'exploitation des travaux publics de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture et fixant le nombre de postes offerts pour le recrutement sans concours d'adjoints administratifs des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
À lire également
Matthieu Orphelin prend la direction générale de la LPO
Matthieu Orphelin prend la direction générale de la LPO
Matthieu Orphelin succédera à Yves Verilhac qui quittera sa fonction de directeur général de la LPO au 31 décembre 2022.
Enquête | Les atlas de la biodiversité communale, un levier pour l’action locale
Enquête | Les atlas de la biodiversité communale, un levier pour l’action locale
Depuis que l’Office français de la biodiversité les soutient, les atlas de la biodiversité communale rencontrent un succès croissant auprès des collectivités. Cette démarche participative représente une porte d’entrée pour agir sur la biodiversité locale.
Île-de-France : six forêts régionales certifiées FSC en 2022
Île-de-France : six forêts régionales certifiées FSC en 2022
À l’issue de l’audit 2022, six nouvelles forêts franciliennes dotées d’un plan d’aménagement entrent dans la certification Forest Stewardship Council (FSC). Désormais 8 499 hectares, soit près de 80 % de la surface forestière gérée par l’Agence des espaces verts est certifiée.
Le Loiret protège 1000 hectares d’espaces naturels
Le Loiret protège 1000 hectares d’espaces naturels
Le Loiret (Centre-Val de Loire) attribue la labellisation espaces naturels sensibles (ENS) au domaine de Flotin à Nibelle. Avec ce 18e ENS, le département dépasse les 1000 hectares d’espaces protégés sur son territoire.
Réchauffement climatique : les Alpes perdraient jusqu'à 76 jours de couverture neigeuse d'ici 2100
Réchauffement climatique : les Alpes perdraient jusqu'à 76 jours de couverture neigeuse d'ici 2100
Selon une nouvelle étude, le nombre de jours de couverture neigeuse pourrait diminuer de moitié dans les Alpes françaises d’ici à la fin du siècle, si les émissions de gaz à effet de serre restent élevées.
Décryptage | Cultiver les jachères, un caillou sur le chemin vert
Décryptage | Cultiver les jachères, un caillou sur le chemin vert
Dérogation temporaire ou démantèlement progressif ? Devant l’affaissement des exportations russes et ukrainiennes de céréales, Bruxelles a autorisé les cultures de printemps sur les jachères et n’exclut pas une reconduction à l’automne. La hausse de production sera symbolique. Sa portée politique l’est encore plus : la stratégie « de la ferme à la table » apparaît compromise.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
En partenariat avec
Événements
PRODURABLE
13 Septembre 2022
Innopolis Expo 2022
20 Septembre 2022
Université de l'autoconsommation photovoltaïque
20 Septembre 2022
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN DE MAINTENANCE H/F
- Alternance - Data Analyst (H/F)
- Ingénieur(e) environnement-hygiène-sécurité en industrie
- Chef de projets Sites et Sols Pollués F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.